Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - Agence canadienne d'inspection des aliments

Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à  des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à  jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à  la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à  la page « Contactez-nous ».

1. Vue d’ensemble de l’Agence

1.1 Message du ministre

J’ai l’honneur de prsenter le Rapport sur le rendement de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour la priode du 1er avril 2006 au 31 mars 2007. L’ACIA se voue protger l’approvisionnement alimentaire du Canada ainsi que les ressources animales et vgtales dont dpendent la salubrit et la qualit leve des aliments. Par ses activits, elle contribue de faon directe et importante la sant et au bien-tre des consommateurs, de l’environnement et de l’conomie du pays.

Tout au long de 2006-2007, la salubrit des aliments ainsi que la lutte contre l’introduction, l’closion et la propagation de maladies animales et de phytoravageurs sont demeures au cœur des priorits de l’ACIA et ont contribu de faon significative la scurit et la performance conomique du Canada.

L’ACIA, en collaboration avec ses partenaires des secteurs public et priv, continue de faire preuve d’une profonde dtermination grer les risques associs des maladies animales telles que l’encphalopathie spongiforme bovine (ESB) et l’influenza aviaire, et elle est reconnue cet gard. En tmoignage du haut degr de confiance des autres pays dans le rgime rglementaire du Canada, l’Organisation mondiale de la sant animale (OIE) a recommand que le Canada soit reconnu comme un pays  risque matris  en ce qui a trait l’ESB.

L’ACIA continue de travailler en troite collaboration avec ses partenaires fdraux, provinciaux et rglements dans le cadre des activits de parachvement et de mise l’essai de ses plans d’intervention d’urgence en cas de pandmie d’influenza aviaire. Les stratgies de prvention constituent galement une priorit au calendrier de ses activits, puisque l’Agence a sensibilis l’industrie agricole canadienne au besoin de renforcer les mesures de bioscurit.

Je suis encourag par la faon dont l’ACIA a nou d’troites relations avec ses partenaires et les intervenants, tant au sein du gouvernement que de l’industrie, au fil des activits en vue de mettre en place un systme intgr favorisant la salubrit des aliments et la protection de la sant animale et vgtale pour tous les Canadiens.

En ma qualit de ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, je suis impressionn par le dvouement de l’quipe du portefeuille qui m’a t confi l’gard de ce secteur et, en bout de ligne, de tous les Canadiens. J’ai constat les avantages du travail en quipe sur des priorits comme l’laboration de la politique agricole et agroalimentaire de prochaine gnration. Je suis convaincu que cet esprit de collaboration demeurera une caractristique inhrente mon portefeuille au fil de la mise en œuvre des nouvelles politiques au cours des mois venir.

Il ne fait aucun doute mes yeux que l’ACIA, grce son personnel dvou, comptent et diligent, ainsi qu’ sa solide collaboration avec ses partenaires et les intervenants, continuera exceller en tant qu’organisme de rglementation vocation scientifique inspirant confiance et respect l’chelle nationale et internationale.

Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre responsable de la Commission canadienne du bl,
L’honorable Gerry Ritz

1.2 Message de la prsidente

J’ai l’honneur de prsenter le Rapport sur le rendement de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour la priode du 1er avril 2006 au 31 mars 2007. L’ACIA se voue protger les ressources vgtales et animales sur lesquelles repose l’approvisionnement alimentaire du Canada et protger ainsi les consommateurs canadiens. Le personnel de l’Agence, en collaboration avec les partenaires canadiens et internationaux, vise amliorer la sant et le bien-tre de la population canadienne, ainsi que l’environnement et l’conomie du pays, qui sont au cœur des objectifs du gouvernement du Canada.

Le 1er avril 2007 marquait le 10e anniversaire de l’ACIA. Au fil de ses 10 annes d’existence, l’Agence a pris de l’ampleur.

L’ACIA est le plus grand organisme de rglementation vocation scientifique du pays, et pour prendre des dcisions objectives, crdibles et dfendables, elle doit puiser aux meilleures sources de la science et prendre en compte de faon nuance les autres facteurs inhrents une bonne politique publique. Au cours de l’exercice coul, nous avons adopt une dmarche quilibre face aux problmes auxquels nous nous sommes heurts tout en servant les Canadiens et en protgeant leurs rserves alimentaires.

En 2006, nous avons t mis au dfi par un certain nombre d’incidents relis la salubrit des aliments, notamment la prsence de salmonelle dans le chocolat et d’E. coli dans les pinards. L’ACIA a travaill avec ses partenaires et l’industrie afin d’identifier, de grer et de minimiser les risques. l’automne 2006, l’Agence a mis plusieurs alertes importantes de danger pour la sant. L’intervention rapide et efficace de l’ACIA face ces dangers continue de rpondre aux attentes des Canadiens.

En mme temps que nous devions grer l’radication et le confinement de phytoravageurs d’importance internationale, nous avons t aux prises avec la dtection du nmatode dor au Qubec, ravageur qui touche les plants de pomme de terre. Avec nos partenaires et l’industrie, nous avons rapidement pris des mesures pour matriser sa propagation et attnuer les rpercussions sur la vente des pommes de terre canadiennes.

La poursuite du programme de surveillance de l’encphalopathie spongiforme bovine (ESB) de l’Agence permet d’acclrer l’radication de cette maladie du cheptel canadien et renforce la rputation de l’Agence dans la sphre internationale. Cette anne, par exemple, l’Organisation mondiale de la sant animale (OIE) a dsign plusieurs laboratoires de l’ACIA comme tant les laboratoires de rfrence mondiale de l’OIE pour l’ESB et l’influenza aviaire. En fait, le rseau de laboratoires de l’ACIA comprend 13 des 17 laboratoires de rfrence internationale du Canada.

L’Agence, en travaillant avec ses partenaires et intervenants au cours de l’anne et des 10 dernires annes, a jou un rle de premier plan dans la vie de notre pays. Grce ses hommes et femmes dvous, comptents et professionnels, elle a jet les bases d’une institution dont il y a tout lieu d’tre fier.

La prsidente,
Carole Swan

1.3 Renseignements sommaires

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a pour vocation de prserver la salubrit des aliments, la sant des animaux et la protection des vgtaux l’appui de la sant et du bien-tre des Canadiens, de l’environnement et de l’conomie. L’ACIA sert les Canadiens en les protgeant contre les risques sanitaires vitables, en assurant un rgime rglementaire juste et efficace, en protgeant les ressources vgtales et animales et en faisant la promotion de la scurit de l’approvisionnement alimentaire et des ressources agricoles du pays. l’appui de ces activits, l’ACIA est rsolue assurer une gestion interne efficace.

Nota : Lorsqu’il est question d’objectifs dans le prsent document, nous l’avons indiqu par le symboleobjectif.

Sommaire du rendement par rapport aux priorits de l’Agence

L’Agence tablit ses plans et rend compte de son rendement selon l’Architecture des activits de programme (APP) labore et mise en œuvre en collaboration avec le Conseil du Trsor. Le prsent rapport dfinit les rsultats cls en matire de rendement dans la perspective de quatre des cinq1 rsultats stratgiques de l’Agence, et en regard des rsultats prvus et des objectifs tablis.

En 2006-2007, l’ACIA a atteint voire dpass 31 des 40 (78 p. 100) rsultats viss comparativement 26 des 36 (72 p. 100) rsultats viss en 2005-2006. L’augmentation d’anne en anne des rsultats atteints par rapport au rsultats viss est attribuable l’atteinte supplmentaire d’un rsultat vis sous le rsultat stratgique de la scurit publique et l’atteinte d’un autre rsultat vis sous le rsultat stratgique de la protection des espces vgtales et animales. Les politiques de l’ACIA en matire de conformit et d’application de la loi, de mme que ses stratgies de programme appuient son mandat de base dfini dans les diffrentes lois dont l’Agence est charge d’assurer ou de contrler l’application. Cependant, il y a place pour l’amlioration dans quelques secteurs de programme et des ajustements sont apports en consquence en ce qui concerne les politiques et l’excution des programmes pour corriger les lacunes.


Tableau 1.3.1 — Ressources financires

Dpenses prvues (millions de dollars)

Total des autorisations (millions de dollars)

Dpenses relles (millions de dollars)

637,6

662,0

620,6

Source : SATURNE et le Rapport sur les plans et les priorits de 2006-2007



Tableau 1.3.2 — Ressources humaines

quivalents temps plein prvus (ETP)*

ETP rels

Diffrence

6 401

6 098

303

* Le calcul des ressources humaines sur la base des quivalents temps plein (ETP) diffre du calcul reposant sur le nombre d’employs dans la mesure o il tient compte de l’emploi temps partiel, des employs embauchs pour une priode dtermine et du partage d’emploi, si bien que deux employs mi-temps sont pris en compte pour constituer un ETP.

Source : Systme de gestion des salaires et Rapport sur les plans et les priorits de 2006-2007


Le tableau 1.3.3 prsente les dpenses prvues et les dpenses relles de l’ACIA, de mme que certains des faits saillants relatifs au rendement de l’Agence pour quatre de ses rsultats stratgiques : protger les Canadiens contre les risques vitables pour la sant lis la salubrit des aliments ou la transmission de maladies animales aux humains; assurer la scurit contre les menaces dlibres envers les rserves alimentaires et les ressources agricoles canadiennes; protger les consommateurs au moyen d’un rgime de rglementation juste et efficace pour les aliments, les animaux et les vgtaux l’appui de marchs comptitifs nationaux et internationaux; et assurer le maintien des ressources vgtales et animales. Les faits saillants concernant le rendement illustrent le succs des plans mis en œuvre par l’ACIA, de mme que ses progrs l’appui des priorits et des rsultats prvus par rapport aux engagements pris par l’Agence dans le Rapport sur les plans et les priorits de 2006-2007. On trouvera une analyse plus dtaille du rendement de l’ACIA la section 2.

Tableau 1.3.3 — Sommaire des rsultats en matire de rendement et de dpenses1 (du 1er avril 2006 au 31 mars 2007)

Tableau 1.3.3 — Sommaire des résultats en matière de rendement et de dépenses (du 1er avril 2006 au 31 mars 2007) (suite)

Tableau 1.3.3 — Sommaire des résultats en matière de rendement et de dépenses (du 1er avril 2006 au 31 mars 2007) (suite)

Tableau 1.3.3 — Sommaire des résultats en matière de rendement et de dépenses (du 1er avril 2006 au 31 mars 2007) (suite)

Le contexte de l’ACIA

L’ACIA compte un effectif de plus de 6 000 quivalents temps plein constitu d’employs hautement qualifis qui travaillent aux quatre coins du pays et occupent un large ventail de postes scientifiques, techniques, oprationnels et administratifs. Le personnel de l’Agence participe des activits d’valuation et de gestion du risque, d’laboration des politiques et des programmes, de dpistage et d’analyse, de recherche et dveloppement, ainsi qu’ des discussions et des ngociations internationales. Il se charge galement de la certification, de l’inspection des tablissements et des produits, de l’chantillonnage, des activits de contrle et de vrification, d’activits de surveillance, d’mission d’avertissements, de confiscations, de saisies, de rappels et d’autres activits de conformit connexes.

Le succs de l’Agence dans sa mission de protection de l’approvisionnement alimentaire et des ressources vgtales et animales du Canada l’appui de la salubrit et de la qualit des aliments repose sur quatre facteurs interdpendants, savoir :

Des principes scientifiques prouvs. L’ACIA est le plus grand organisme de rglementation canadien vocation scientifique et sa vision est d’exceller en tant qu’organisme de rglementation s’appuyant sur les sciences, digne de confiance et respect la fois par les Canadiens que par la communaut internationale. Pour concrtiser cette vision, l’ACIA s’appuie systmatiquement sur des donnes et des avis scientifiques dans son travail d’laboration, d’examen et d’amlioration de la rglementation, des normes internationales, ainsi que des politiques et des programmes relatifs l’inspection, au dpistage et aux mesures d’intervention en cas d’urgence.

Une assise rglementaire efficace. Pour protger les consommateurs et l’industrie du pays, de mme que les partenaires commerciaux du Canada, l’ACIA s’efforce d’amliorer continuellement ses rglements et de promouvoir des normes fondes sur des principes scientifiques prouvs l’appui du commerce mondial des aliments, des animaux et des vgtaux. Des rglements clairs, efficaces et excutoires, appliqus de faon quitable et cohrente, constituent des outils essentiels l’appui de la ralisation d’objectifs stratgiques d’intrt public. Par exemple, les priorits du Canada en matire de rglementation des produits imports et exports s’appuient sur les obligations de l’Organisation mondiale du commerce. L’ACIA incite galement ses partenaires commerciaux dans ses interactions bilatrales et multilatrales aider le Canada atteindre ses objectifs conomiques.

Des services d’inspection efficaces. Il incombe en bout de ligne l’industrie de faire le ncessaire pour respecter, voire dpasser, les normes de salubrit alimentaire, de sant animale et de protection des vgtaux tablies par les lois fdrales. L’Agence est charge d’administrer et d’appliquer les lois fdrales et les rglements connexes pour effectuer ses inspections, ses vrifications, l’chantillonnage de produits, la vrification et d’autres activits.

Des partenariats solides. Des partenariats solides sont ncessaires afin de donner l’Agence la capacit voulue pour atteindre ses rsultats stratgiques. L’ACIA partage de nombreux domaines de comptence et de responsabilit avec d’autres ministres fdraux, les autorits provinciales, territoriales et municipales, de mme que d’autres intervenants. Par exemple, elle partage la responsabilit de l’tablissement et de l’application des normes propres assurer l’intgrit des systmes d’approvisionnement alimentaire, de sant animale et de protection des vgtaux. l’appui du Cadre stratgique pour l’agriculture d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, l’ACIA labore et met en œuvre des rglements afin de contrler la fabrication des aliments mdicaments destins aux animaux. En collaboration avec Agriculture et Agroalimentaire Canada, ainsi que les provinces et les territoires, l’ACIA met galement en œuvre un programme qui prvoit la reconnaissance gouvernementale de programmes de salubrit des aliments la ferme labors par l’industrie.


Principaux partenaires fdraux de l’ACIA :

Sant Canada
Portefeuille d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, y compris la Commission canadienne des grains
Scurit publique Canada
Agence des services frontaliers du Canada
Agence de sant publique du Canada
Pches et Ocans Canada
Ressources naturelles Canada, y compris le Service canadien des forts
Affaires trangres Canada et Commerce international Canada
Environnement Canada, y compris le Service canadien de la faune


On trouvera d’autres dtails sur les responsabilits complmentaires exerces par chaque partenaire de l’ACIA la section 2.3 — Rendement par rsultat stratgique.

Cadre d’exploitation de l’ACIA

Le milieu agricole et agroalimentaire o l’ACIA volue et excute ses programmes selon des objectifs stratgiques prtablis est un milieu dynamique. De nouvelles menaces mergent continuellement dans les systmes biologiques et la nature de ces menaces est souvent imprvisible. Il s’ensuit que l’ACIA est frquemment appele mobiliser ses ressources pour intervenir face de nouveaux dangers comme l’influenza aviaire, de nouveaux cas d’encphalopathie spongiforme bovine, d’importants rappels l’appui de la salubrit des aliments et la dtection de nouveaux phytoravageurs au Canada. C’est un dfi constant pour l’Agence que d’tre en mesure la fois d’orchestrer des interventions rapides et pertinentes en cas de crise et de s’acquitter de ses responsabilits courantes.

Initiatives spciales de l’Agence en 2006-2007

laborer et mettre en œuvre une stratgie nationale pour la sant animale. Les cosystmes et les conomies de la plante sont interdpendants. Bien qu’il soit plus difficile d’investir dans la prvention des risques outre frontires, il ne suffit plus dsormais de grer les risques une fois qu’ils se matrialisent en sol canadien. L’ACIA doit donc grer les risques pesant sur la sant animale l’chelle nationale et internationale de manire intgre. Il lui faut donc s’attacher dsormais assurer une prvention stratgique et proactive de la maladie. La stratgie nationale en matire de sant animale s’attache cinq rsultats cls : maintenir la confiance nationale et internationale dans le systme canadien d’inspection de la sant des animaux et de la salubrit des aliments; attnuer les consquences conomiques et sociales de la dtection de maladies; offrir aux intervenants de l’industrie et aux organismes rglements un meilleur accs aux marchs ainsi qu’une scurit, une prvisibilit et une comptitivit accrues; assurer l’accs aux derniers rsultats scientifiques l’appui de dcisions fondes sur des donnes probantes; et aider les consommateurs tre mieux informs. L’laboration du Programme sur la sant des animaux aquatiques poursuit la coopration entre les gouvernements fdral et provinciaux et propose un programme de lutte contre la maladie qui sera reconnu par les partenaires commerciaux du Canada et en raison des initiatives qu’il met en place pour prvenir la propagation de maladies du poisson au Canada. L’ACIA travaille en partenariat avec Agriculture et Agroalimentaire Canada ainsi qu’avec les provinces et les territoires en vue d’laborer une stratgie pancanadienne globale pour la sant animale.

Faciliter la reconnaissance du Centre scientifique canadien de sant humaine et animale (Winnipeg) en tant que laboratoire de rfrence international pour l’influenza aviaire (IA) et l’encphalopathie spongiforme bovine (ESB). Le Centre scientifique canadien de sant humaine et animale, situ Winnipeg, est le seul complexe de laboratoires du pays qui comporte des installations de confinement de scurit de niveau 4. Le complexe abrite galement le Laboratoire national de microbiologie et le Centre national des maladies animales exotiques de l’ACIA, qui a t approuv en tant que laboratoire de rfrence international pour l’influenza aviaire et l’ESB par l’Organisation mondiale de la sant animale (OIE).

Amliorer la scurit, la prosprit et la qualit de vie des citoyens d’Amrique du Nord. Le Partenariat nord-amricain pour la scurit et la prosprit est une initiative annonce le 23 mars 2005 pour s’attaquer aux dfis relatifs la scurit et l’conomie l’chelle du continent nord-amricain par la mise en œuvre de plans de travail convenus dans une enceinte trilatrale. L’ACIA et Sant Canada codirige la participation du Canada aux activits ayant une incidence sur la bioprotection et la rglementation alimentaire et agricole. Par exemple, les partenaires travaillent l’laboration d’un mcanisme nord-amricain de coordination de la salubrit des aliments pour valuer les normes applicables la salubrit des aliments l’chelle du continent. Parmi les principales initiatives de bioprotection pilotes par l’ACIA, mentionnons : laboration d’une approche concerte pour mettre en vidence et grer les menaces pesant sur les animaux, les vgtaux et les humains; exercices d’intervention d’urgence en concertation; expansion de la banque de vaccins pour animaux afin d’intervenir dans le cadre d’un plus grand nombre de maladies animales; et interventions en concertation pour mettre en œuvre des actions d’application de la loi.

tablir une rserve vtrinaire canadienne. L’ACIA met sur pied une rserve vtrinaire canadienne en partenariat avec l’Association canadienne des mdecins vtrinaires, les gouvernements provinciaux, les associations provinciales de vtrinaires et secrtaires gnraux, de mme que l’Agence de sant publique du Canada et Scurit publique Canada. Cette initiative crera un registre du personnel ayant la formation voulue pour intervenir en cas d’urgence, afin d’amliorer la prparation du pays. Elle renforcera galement la capacit du Canada collaborer au niveau international pour s’attaquer la source des risques mergents, sans porter atteinte ses obligations relatives la poursuite des activits et oprations nationales.

Principaux facteurs ayant eu une incidence sur l’Agence en 2006-2007

L’volution du march. L’ACIA a la responsabilit de veiller ce que les aliments canadiens, qu’ils soient exports ou consomms sur le territoire national, rpondent aux exigences du march. Les marchs internationaux deviennent de plus en plus comptitifs et les partenaires commerciaux exigent que les exportations canadiennes satisfassent de nouvelles normes et exigences, qui s’ajoutent l’appareil normatif dj en place. Paralllement, les consommateurs canadiens demandent de plus en plus une information exacte sur les tiquettes alimentaires et dans la publicit de faon faire des choix clairs. Les consommateurs canadiens s’attendent galement la scurit de l’approvisionnement alimentaire et de l’environnement, qui est la base de tout.

Nouvelles maladies animales. L’ACIA a d ragir promptement et adopter de nouvelles mthodes pour dtecter la prsence de nouvelles maladies animales comme la souche h4N1 hautement pathogne du virus de l’influenza aviaire et la septicmie hmorragique virale, un virus infectueux qui affecte principalement la truite arc-en-ciel, qui svit dans les Grands Lacs partags par le Canada et les tats-Unis. Le dpistage prcoce de ces nouvelles maladies est indispensable pour protger la sant animale au Canada ainsi que les produits destins au march intrieur et l’exportation.

Principaux problmes et risques

La capacit de l’ACIA atteindre ses rsultats stratgiques dpend considrablement de sa capacit, et de celle de ses partenaires, cerner, grer et attnuer le risque. Dans son Rapport sur les plans et les priorits de 2006-2007, l’ACIA a mis en vidence les principaux problmes et risques auxquels elle est confronte, et elle a tabli un plan pour s’attaquer ces questions. Les stratgies d’attnuation du risque ont t mises en vidence dans la section 3.1 par le symbole  feuille grise .

Maladies d’origine alimentaire. Les Canadiens bnficient d’un systme d’approvisionnement alimentaire sr et nutritif. L’ACIA et ses partenaires vocation rglementaire, de mme que l’industrie et les groupes de dfense des consommateurs, se sont efforcs de rduire considrablement le risque de maladies d’origine alimentaire au Canada. Cependant, le risque que de telles maladies surviennent subsistera toujours. L’ACIA travaille grer et attnuer les risques en collaboration avec ses partenaires.

Apparition et propagation de maladies animales affectant l’tre humain (zoonoses). Les animaux, aussi bien domestiques que sauvages, peuvent transmettre des agents pathognes l’tre humain. Parmi les exemples de maladies d’origine animale risquant d’avoir des consquences pour la sant humaine, on peut citer l’encphalopathie spongiforme bovine, l’influenza aviaire, le virus du Nil occidental et de nouvelles souches du virus de la rage rcemment dtectes (bien que toutes ces maladies ne soient pas prsentes au Canada). L’insuffisance de connaissances scientifiques sur la nature de la transmission des nouvelles maladies et le caractre inadquat, dans de nombreux pays, de l’infrastructure de sant publique vtrinaire et animale ne fait qu’ajouter la complexit de la prise en charge de ces maladies. L’ACIA protge les Canadiens contre ces types de maladie en travaillant en troite collaboration avec les professionnels de la sant animale, les leveurs, les provinces et la communaut internationale pour favoriser le dpistage rapide, la dclaration et le contrle de ces maladies.

Cadre de rglementation internationale. L’ACIA continue de travailler par l’intermdiaire des institutions internationales en vue de participer l’laboration et la mise en œuvre des rgles d’change internationales pour assurer la protection de la vie humaine, animale et vgtale ainsi que de l’cosystme. C’est pour les mmes raisons que l’ACIA privilgie l’laboration de normes et de politiques internationales fondes sur des principes scientifiques prouvs dans divers forums internationaux. En œuvrant pour le maintien, la consolidation et le renforcement des rgles et des mthodes scientifiques au sein du cadre rglementaire international, le Canada atteint ses propres objectifs en matire de rglementation et protge les exportateurs canadiens contre des obstacles discriminatoires et inutiles.

Cadre lgislatif national. Des lois obsoltes et des pouvoirs insuffisants pourraient empcher l’ACIA de s’acquitter pleinement et efficacement de son mandat. En outre, le manque de cohrence entre les lois fdrales, provinciales et territoriales affaiblit le cadre lgislatif national. L’ACIA cherche des mcanismes pour actualiser et moderniser son cadre lgislatif.

Entre et propagation de phytoravageurs, de parasites et de maladies des vgtaux et des animaux rglements portant atteinte aux ressources. L’existence de ressources vgtales et animales saines et durables est d’une importance cruciale pour rpondre aux objectifs sociaux, et pour l’environnement et l’conomie du pays. L’ACIA, de concert avec ses partenaires prend de nombreuses mesures pour mettre en vidence et attnuer les dangers pesant sur les ressources vgtales et animales, depuis les enqutes et le contrle des dplacements jusqu’ l’radication et les interventions d’urgence.

Prparation et intervention en cas d’urgence. L’ACIA doit tre en mesure de prendre rapidement des mesures efficaces pour protger les rserves alimentaires ainsi que les vgtaux et les animaux terrestres et aquatiques contre des vnements accidentels ou les actes dlibrs qui pourraient porter atteinte leur salubrit ou leur intgrit. cette fin, l’ACIA doit administrer et mettre l’essai des plans et des procdures d’intervention d’urgence bien penss pour faire face des situations d’urgence internationales ou non internationales ainsi qu’ des catastrophes naturelles. Des relations de coopration solides avec ses partenaires, y compris ceux des autres pays, sont absolument indispensables au succs de ses mesures de scurit et d’intervention.

Demande de services nouveaux et valeur ajoute. La demande accrue de services nouveaux et valeur ajoute de la part des producteurs et des consommateurs a exerc une pression supplmentaire sur les ressources de l’ACIA. L’Agence doit absorber le surplus de travail attribuable la croissance des industries nationales, notamment l’ouverture de nouveaux tablissements de transformation des viandes et l’augmentation des demandes d’inspection et de certification des produits qui en dcoule. De mme, l’ACIA doit tre en mesure de rpondre aux proccupations et aux besoins grandissants des consommateurs, par exemple des demandes de renseignements plus prcis sur la teneur en lments nutritifs et les mthodes de production de denres alimentaires.

Information sur le rendement. Pour tayer la prise de dcisions stratgiques au quotidien, l’ACIA doit amliorer son information sur le rendement et laborer des stratgies d’attnuation l’appui de l’utilisation de l’information sur le rendement et de la collecte de donnes. L’amlioration de l’information sur le rendement, par l’intermdiaire du perfectionnement et du dveloppement continus des systmes d’information, renforcera en bout de ligne la capacit de l’Agence faire rapport de ses rsultats aux Canadiens.

Ressources financires et humaines. L’ACIA est constamment aux prises avec la ncessit de grer les ressources de faon tre en mesure de poursuivre ses activits courantes, de faire des investissements stratgiques dans le remaniement de programmes, et de rpondre aux situations d’urgence touchant la sant des animaux et la protection des vgtaux. Le Plan d’immobilisation long terme de l’Agence a t remani pour assurer une assise de ressources durable. En outre, l’ACIA adopte des pratiques appropries en matire de recrutement, de maintien l’effectif et de formation pour attirer de nouveaux employs et conserver en son sein le personnel ayant les comptences, les connaissances et les capacits voulues.

Conception de programme. L’ACIA doit continuer examiner sa conception de programme de faon tenir compte des avances technologiques et scientifiques. Cet examen continu met l’accent sur l’atteinte des objectifs sociaux et environnementaux pour la sant humaine et animale et la grance des ressources disponibles tout en permettant aux entreprises agricoles canadiennes de demeurer concurrentielles. Alors que la prestation de services requiert des solutions novatrices, l’ACIA travaille leur laboration avec les intervenants.