Section 2 : Analyse des activités de programmes

Résultat stratégique

Grâce à des expériences significatives, les Canadiens et Canadiennes ont un lien solide avec leurs parcs nationaux, leurs lieux historiques nationaux et leurs aires marines nationales de conservation. Ils jouissent de ces lieux protégés de façon à les laisser intacts pour les générations d’aujourd’hui et de demain.

Parcs Canada atteint son résultat stratégique en veillant à la pertinence de ses activités et investissements aux yeux des Canadiens et Canadiennes et en créant de ce fait des expériences significatives de leur jouissance des lieux patrimoniaux nationaux. Ainsi, cette mesure favorisera un sentiment profond d’attachement dans le cœur et dans l’esprit des Canadiens et Canadiennes, sachant que ces endroits sont protégés de sorte que les générations d’aujourd’hui et de demain puissent en jouir pleinement.

Parcs Canada a élaboré trois indicateurs de rendement tangibles et mesurables qui informeront la direction sur les progrès que réalise l’Agence vers l’atteinte de son résultat stratégique. Les résultats de toutes les activités de programmes qui constituent l’architecture des activités de programmes de l’Agence contribuent directement à ces attentes de haut niveau. La mesure de ces résultats permet à Parcs Canada d’évaluer son rendement global et de déterminer l’étendue des progrès réalisés dans l’atteinte de ses objectifs à long terme.

Les résultats de rendement de Parcs Canada, pour toutes les activités de programmes, sont évalués au moyen du système d’évaluation du rendement établi par le Conseil du Trésor :

Indicateur de rendement, date prévue pour l’atteindre et rendement en 2009-2010

1. Maintenir ou améliorer l’état général de l’intégrité écologique dans tous les parcs nationaux entre mars 2008 et mars 2013.

En date du 31 mars 2010, les 42 parcs nationaux avaient tous défini des indicateurs clés d’intégrité écologique. Vingt-neuf parcs avaient déterminé l’état de ces indicateurs et vingt-quatre en avaient constaté la tendance. Des programmes portant sur des initiatives visant à améliorer l’intégrité écologique dans les parcs nationaux du pays sont en cours de réalisation. En 2009-2010, Parcs Canada a fourni le financement de première année pour des projets pluriannuels de gestion active et de restauration dans le cadre de la stratégie de financement intégré Agir sur le terrain. Cette stratégie constitue une amélioration par rapport à des programmes passés en raison de son approche plus ciblée qui incorpore les indicateurs d’intégrité écologique des écosystèmes clés des parcs dans le cadre du programme. Le rendement de Parcs Canada lié à cet indicateur sera évalué en 2013.

L’état et la tendance de l’ensemble des indicateurs clés d’intégrité écologique déterminés pour chaque parc national dressent un portrait de l’intégrité écologique générale de ce parc et fournissent une base de référence par rapport à laquelle le maintien ou l’amélioration sont évalués.

À certains endroits, des forces environnementales externes telles que le changement climatique, la perte de la biodiversité et l’omniprésence d’espèces exotiques/invasives dans l’écosystème élargi des parcs, qui ont tous des répercussions sur l’intégrité écologique des parcs nationaux, exercent un stress considérable sur la biodiversité et l’habitat indigènes. Afin d’atténuer ces risques, Parcs Canada a ciblé des investissements dans des initiatives prioritaires de gestion active et de restauration visant à améliorer les indicateurs écologiques et à apporter des changements tangibles. Les exemples de ces initiatives comprennent diverses mesures de rétablissement pour les espèces en péril, la gestion active et la restauration des écosystèmes détériorés, le rétablissement du feu et l’assainissement des sites contaminés. Des exemples concrets de ces initiatives sont présentés un peu plus loin dans le présent rapport, sous Activité de programme 2.

2. Améliorer la moyenne générale de l’intégrité commémorative, la faisant passer de 6,0 sur 10, en mars 2008, à 6,6 sur 10 en mars 2013.

En mars 2010, Parcs Canada a obtenu une moyenne générale d’intégrité commémorative de 6,52. Celle-ci englobe les données de 133 lieux évalués à cette date ainsi que les nouveaux résultats attribués à des réévaluations de sites effectuées pendant la période visée par le présent rapport. Le programme officiel d’évaluations de référence relatives à l’intégrité commémorative s’est terminé en 2009 avec l’évaluation de 133 lieux historiques nationaux sur un total de 167. Les 34 évaluations restantes seront effectuées dans le cadre d’un nouveau processus de planification de gestion, mais il ne faut pas s’attendre à ce que de nouvelles références soient établies au cours de l’exercice 2010-2011.

Parcs Canada continue à faire de nouvelles évaluations officielles des éléments d’intégrité commémorative qui ont été cotés comme étant faibles après cinq ans. Ce processus continuera jusqu’en 2013. À ce moment-là, tous les lieux ayant obtenu une cote faible au moment de la première évaluation de référence auront été réévalués. Le rendement de Parcs Canada en ce qui concerne cet indicateur sera évalué en 2013.

L’intégrité commémorative est basée sur trois éléments : l’état des ressources culturelles, les pratiques de gestion choisies et l’efficacité des communications. Quatre des sept lieux historiques nationaux qui ont été réévalués en 2009-2010 ont amélioré leur intégrité commémorative : les dégradations importantes ou très importantes ont disparu et il ne reste plus que des dégradations mineures, ce qui contribue directement à l’amélioration de l’intégrité commémorative générale. Le Ranch-Bar U a amélioré sa cote, qui était faible, en ce qui a trait à l’état des ressources culturelles de l’intégrité commémorative, et a également amélioré sa cote en matière de pratiques de gestion choisies, tout comme la Voie-Navigable-Trent–Severn. Les lieux historiques nationaux du Blockhaus-de-Merrickville, de Boishébert et de la Voie-Navigable-Trent–Severn ont amélioré leur cote en ce qui concerne l’efficacité des communi-cations. Voir la figure 1 pour de plus amples détails sur les réévaluations effectuées en 2009-2010.

En 2009-2010, 62 pour 100 (82) des 133 lieux historiques nationaux qui ont été évalués jusqu’à présent ne montrent pas de dégradation ou seulement une dégradation mineure de leur intégrité commémorative, 30 pour 100 (40) révèlent une dégradation importante et 8 pour 100 (11) une dégradation très importante ou grave. Voir la figure 2 pour de plus amples détails.

Au cours des trois dernières années, Parcs Canada a progressivement et constamment amélioré sa moyenne générale d’intégrité commémorative, la faisant passer de 6,0 en 2007-2008 – cote établie en fonction des 119 évaluations de référence effectuées à ce moment-là – à 6,4 en 2008-2009 et à 6,5 en 2009-2010. Ces données démontrent que l’Agence est sur la bonne voie pour atteindre son objectif, soit une moyenne générale d’intégrité commémorative de 6,6 en 2013.

FIGURE 1
Résultats des réévaluations de l’intégrité commémorative effectuées en 2009-2010

Lieu historique national Évaluation de référence de 2004-2005 Réévaluation de 2009-2010
Cote d’intégrité commémorative Cote du
degré de dégradation
Cote d’intégrité commémorative Cote du degré de dégradation
LHN du Ranch-Bar U 3 Très importante 8 Mineure
LHN de Boishébert 4 Importante 7 Mineure
LHN du Blockhaus-de-Merickville 5 Importante 9 Mineure
LHN de la Voie-Navigable-Trent–Severn 2 Très importante 7 Mineure

FIGURE 2
Niveau de dégradation de l’intégrité commémorative des lieux historiques nationaux

Niveau de dégradation 2008-2009 2009-2010
Nombre de lieux Pourcentage du nombre total des lieux Nombre de lieux Pourcentage du nombre total des lieux
Aucune dégradation 9 7 % 9 7 %
Mineure 69 52 % 73 55 %
Importante 41 31 % 40 30 %
Très importante 12 9 % 9 7 %
Grave 2 1 % 2 1 %
Total 133 100 % 133 100 %
3. Augmenter le pourcentage des Canadiens et Canadiennes disant éprouver un attachement personnel aux lieux administrés par Parcs Canada d’ici mars 2014.

Le sentiment d’attachement qu’un Canadien ou une Canadienne peut éprouver à l’égard des lieux patrimoniaux est une chose très personnelle. Pour certaines personnes, le sentiment d’attachement est inspiré par la beauté du lieu, la signification naturelle ou historique du lieu ou le fait de voir la faune dans son milieu naturel. Pour d’autres, ce sentiment est suscité par de bons souvenirs des expériences vécues en marchant dans les pas de ses ancêtres ou en ayant l’occasion de se trouver dans un lieu patrimonial avec sa famille ou avec ses amis.

En 2008-2009, Parcs Canada a pu déterminer, grâce au sondage d’opinion national, qu’environ 55 pour 100 de la population a un sentiment d’attachement aux lieux patrimoniaux du Canada. On a constaté que la visite aux lieux patrimoniaux nationaux constitue un élément important dans le développement d’un sentiment d’attachement. Neuf Canadiens sur dix ayant visité l’un des parcs nationaux du Canada éprouvent un attachement à ceux-ci, tandis que seulement deux Canadiens sur dix n’ayant pas visité de parc national éprouvent le même sentiment. Les résultats du sondage sont semblables pour les lieux historiques nationaux. On a constaté que les occasions d’apprendre et de découvrir les lieux patrimoniaux nationaux dans un cadre officiel ou informel jouent un rôle important dans l’appréciation et le soutien du public à leur égard.

En 2009-2010, Parcs Canada a entrepris, pour l’ensemble de l’Agence, un certain nombre d’initiatives destinées à favoriser et à renforcer parmi les Canadiens et Canadiennes un sentiment d’attachement aux lieux patrimoniaux qu’elle administre. Elle a notamment organisé, en mai et juin 2009, une campagne publicitaire nationale de six semaines à la télévision et sur Internet. Elle a également mis sur pied une campagne télévisée de trois semaines pendant les Jeux olympiques d’hiver de 2010 qui ont eu lieu à Vancouver, elle a participé à des épisodes de l’émission Rick Mercer Report au réseau de télévision de la Canadian Broadcasting Corporation et elle a accueilli le relais de la flamme olympique dans 34 parcs nationaux et lieux historiques nationaux. De plus, des initiatives de sensibilisation du public telles que la publication de reportages et d’articles spécialisés dans les médias imprimés et sociaux, la participation à des émissions radiophoniques et télévisées, des événements communautaires et des visites d’écoles par des membres du personnel de Parcs Canada, ont permis de faire connaître à la population canadienne l’esprit et le merveilleux des lieux patrimoniaux nationaux. Par ailleurs, Parcs Canada a offert à 4 672 employés une formation sur les normes d’un service de qualité et sur les interactions avec les visiteurs, et elle a diversifié son offre en ce qui concerne l’hébergement et les sentiers dans les parcs nationaux afin de répondre aux différents besoins des visiteurs. L’Agence a aussi organisé une rencontre avec les intervenants et les partenaires pour examiner des façons d’inciter les Canadiens et Canadiennes à nouer des liens avec la nature et l’histoire et de les mobiliser pour qu’ils appuient la conservation des trésors nationaux du Canada. Le rendement de Parcs Canada lié à cet indicateur sera évalué en 2014.

Activité de programme 1 : CRÉATION DE LIEUX PATRIMONIAUX


Ressources financières
  Ressources humaines
2009-2010 (000 $)   2009-2010 (Équivalents temps plein)
Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles   Prévues Réelles Écart
24 031 25 625 15 240   92 90 2

Avantages pour les Canadiens et Canadiennes

La création de nouveaux parcs nationaux et de nouvelles aires marines nationales de conservation et l’agrandissement des parcs nationaux existants permettent de protéger des parties des paysages terrestres et marins propres au Canada et leurs écosystèmes respectifs. La désignation de nouveaux lieux, personnes et événements d’importance historique nationale contribue au développement de notre système de commémorations nationales, qui est à l’image de l’étendue et de la diversité de l’histoire canadienne. Les nouveaux lieux patrimoniaux contribuent au développement économique régional et au bien-être des collectivités, en plus d’offrir aux visiteurs de nouvelles possibilités d’expérience, d’éducation et de participation significative à long terme à la planification et la gestion de ces endroits. Ces lieux représentent notre manière de léguer aux générations de demain le patrimoine qui nous a été donné par les générations d’hier. L’établissement de ces endroits particuliers est essentiel à leur protection continue.

Attentes en matière de rendement

Résultat attendu
Les régions sont représentées dans le réseau des parcs nationaux et celui des aires marines nationales de conservation; le réseau de lieux historiques nationaux représente l’étendue et la diversité de l’histoire du Canada.

Le résultat attendu de cette activité de programme est mesuré par cinq indicateurs de rendement.

Indicateur de rendement 1 Cible et date prévue pour l’atteindre Résultat en date de mars 2010 État du rendement
Nombre de régions naturelles terrestres représentées dans le système des parcs nationaux Augmenter le nombre de régions naturelles terrestres représentées le faisant passer de 28 en mars 2007 à 30 sur 39 d’ici mars 2010 28 régions naturelles terrestres représentées dans le réseau des parcs nationaux. Aucune nouvelle région n’a été représentée entre mars 2007 et mars 2010 Ne satisfait pas aux attentes
Indicateur de rendement 2 Cible et date prévue pour l’atteindre Progrès en date de mars 2010 État du rendement
Nombre de régions non représentées dans lesquelles des progrès ont été accomplis dans les étapes menant à l’établissement de parcs nationaux Faire des progrès concrets vers l’établissement de quatre parcs nationaux dans trois régions non représentées d’ici mars 2011 Progrès concrets dans quatre projets de parcs nationaux dans trois régions non représentées

Le rendement sera évalué en 2011

Les progrès réalisés pour atteindre le résultat ciblé sont détaillés dans le texte suivant

Analyse du rendement

Parcs Canada n’a pas pu atteindre son objectif de représentation de nouvelles régions naturelles terrestres dans le réseau de parcs nationaux avant mars 2010. Cependant, l’Agence a fait des progrès dans la création de quatre parcs nationaux dans des régions non représentées et elle a agrandi la réserve de parc national Nahanni. Le réseau de parcs nationaux consiste aujourd’hui en 42 parcs en exploitation représentant 28 des 39 régions naturelles terrestres. Avec l’expansion de la réserve de parc national Nahanni, le réseau des parcs nationaux englobe actuellement 301 473 kilomètres carrés, ce qui représente une augmentation de 9 pour 100 par rapport à l’an passé.

Depuis mars 2007, Parcs Canada concentre ses efforts sur six projets de parcs nationaux et sur l’expansion d’un parc. L’état d’avancement de ces projets est présenté à la figure 3. En 2009-2010, l’Agence a fait des progrès concrets dans les projets de création des parcs nationaux suivants : Monts Mealy, Nááts’ihch’oh, Nord-de-l’Île-Bathurst et Bras-Est-du-Grand-Lac-des-Esclaves. Il n’y a eu aucune activité dans la région des plateaux et montagnes intérieurs du Nord au cours de l’année passée à Wolf Lake, lieu envisagé actuellement pour la création d’un parc national. Comme c’est le cas pour toutes les régions non représentées pour lesquelles il n’y a pas de lieu proposé confirmé ou actif, Parcs Canada envisagera d’autres possibilités de protection, lorsqu’elles se présenteront.

Le processus de création d’un parc national commence par la détermination de plusieurs aires naturelles représentatives d’une région naturelle (étape 1), suivie de la sélection d’une aire d’intérêt pour un éventuel parc national (étape 2), la réalisation d’une étude de faisabilité incluant des consultations (étape 3), la négociation des ententes de création d’un parc (étape 4) et la protection officielle du parc en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada (étape 5).

FIGURE 3
État d’avancement des projets de création et d’expansion de parcs nationaux

Région naturelle terrestre et aire d’intérêt de parc national État d’avancement en 2009-2010
Monts Mackenzie Expansion de la Nahanni et Nááts’ihch’oh (T.-N.-O.)

Adoption de la législation (étape 5)
Le parlement a adopté une loi qui a eu pour effet de sextupler la taille de la réserve du parc national Nahanni dans la région du Dehcho.

Négociation des ententes (étape 4)
Parcs Canada a entrepris des consultations publiques et a organisé des réunions avec la collectivité pour discuter des possibilités de limites d’une nouvelle réserve de parc national (Nááts’ihch’oh) dans la zone désignée du Sahtu. L’Agence a terminé la négociation d’un plan sur les répercussions et les avantages avec les Dénés et les Métis du Sahtu, qui ont entrepris un processus de ratification.
Région boréale de la côte est Monts Mealy (T.-N.-L)

Négociation des ententes (étape 4)
Le ministre de l’Environnement et le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador ont signé une entente afin d’entreprendre les négociations pour une entente de transfert de terres en vue de la création d’une réserve de parc national de 10 700 kilomètres carrés dans les Monts Mealy et ont confirmé les limites du parc. Parcs Canada a tenu d’autres consultations avec les Innus du Québec, dont les revendications se chevauchent.

Extrême-Arctique Ouest Nord-de-l’Île-Bathurst (NU)

Négociation d’une entente (étape 4)
Parcs Canada a eu plusieurs rencontres avec la Qikiqtani Inuit Association et des représentants de la communauté de la baie Resolute. Ils ont convenu d’entreprendre des négociations en vue d’une entente sur les répercussions et les avantages avec les Inuits qui aboutirait à la création d’un nouveau parc national au nord de l’île Bathurst.

Hautes terres boréales du Nord-Ouest Bras-Est-du-Grand-Lacdes- Esclaves (T.-N.-O)

Étude de faisabilité (étape 3)
L’étude sociale et économique ainsi que l’évaluation technique d’Évaluation des ressources minérales et énergétiques ont progressé. Parcs Canada a négocié une entente cadre avec la Première nation Łutsel K’e Dene qui engagerait les deux parties à négocier une entente pour la création d’un parc. L’Agence a également négocié une entente cadre semblable avec la nation Métis des Territoires-du-Nord-Ouest, en engageant les deux parties à négocier un plan sur les répercussions et les avantages.

Basses-Terres du Manitoba Basses-Terres du Manitoba (Man.)

Discussions avec les Premières nations en vue d’une entente (étape 3)
Parcs Canada a mené des discussions avec la Nation Crie de Misipawistik et le gouvernement du Manitoba concernant un éventuel protocole d’entente qui guiderait un processus communautaire visant à apaiser les préoccupations de la Nation Crie relativement à la possibilité de l’installation d’un parc national sur leur territoire traditionnel et à améliorer sa compréhension à ce sujet.

Plateau Intérieur Okanagan-Sud – Basse Similkameen (C.-B.)

Étude de faisabilité (étape 3)
Parcs Canada a continué de collaborer avec le gouvernement de la Colombie-Britannique pour réviser son approche et tenir compte des observations soulevées par le milieu des éleveurs, d’autres intervenants et les Premières nations au cours du processus de consultation.

Remarque : Une région peut être représentée par un parc national ou une réserve de parc national. Une réserve est une superficie gérée au même titre qu’un parc national, mais dont les terres font l’objet d’une ou plusieurs revendications territoriales de la part des peuples autochtones, lesquelles ont été acceptées par le gouvernement du Canada à des fins de négociations. Une région est considérée représentée lorsqu’un ou plusieurs parcs nationaux ou une ou plusieurs réserves de parc national sont en exploitation, en conséquence de : la signature d’une entente visant la création d’un parc (ententes fédérales-provinciales ou autochtones), du transfert des terres au gouvernement du Canada (par la province), du fait que le parc ou la réserve figure au nombre des régions visées par la Loi sur les parcs nationaux du Canada.

Leçons apprises

L’établissement de relations positives et productives avec les groupes autochtones, les autres organismes du gouvernement et les collectivités est essentiel à l’atteinte de résultats concluants dans le processus complexe de création de parcs nationaux. Cela a été évident en 2009-2010, au moment de l’expansion de la réserve de parc national Nahanni, qui s’est déroulé avec succès. Cet agrandissement s’est réalisé parce que Parcs Canada a travaillé à l’établissement de relations solides avec les Premières nations du Dehcho. Il a également été rendu possible grâce à l’important soutien public et politique accordé à ce site du patrimoine mondial au fil des ans pour qu’il reçoive une protection accrue.

En ce qui concerne la proposition de parc national dans les Monts Mealy, un comité directeur composé de représentants des gouvernements, d’organisations autochtones et de collectivités locales a recommandé un cadre pour le maintien de l’utilisation des terres traditionnelles par les Labradoriens à l’intérieur du parc proposé. C’est précisément cette approche qui a permis aux gouvernements du Canada et de Terre-Neuve-et-Labrador de déclarer que l’établissement d’une réserve de parc national dans les Monts Mealy était faisable, de convenir des limites de cette réserve et de lancer les négociations en vue de sa création.

Pour respecter le rythme actuel des propositions d’établissement de parcs tout en tenant compte des ressources financières disponibles pour mettre au point et entreprendre de nouveaux projets, Parcs Canada s’est fixé comme objectif de rendement, dans son Plan d’entreprise 2010-2011 à 2014-2015, d’augmenter le nombre de régions naturelles terrestres représentées en le portant à 29 d’ici mars 2013, et de faire des progrès concrets vers l’établissement des parcs nationaux dans trois régions non représentées d’ici mars 2011.

Indicateur de rendement 3 Cible et date prévue pour l’atteindre Résultat en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage des désignations recommandées pour les thèmes sous-représentés de l’histoire du Canada 33 % de désignations recommandées annuellement le sont pour les thèmes sous-représentés de l’histoire du Canada 55 % Dépasse les attentes

Information sur les thèmes sous-représentés : http://www.pc.gc.ca/fra/docs/r/system-reseau/sec4.aspx
Information sur la liste des désignations : http://www.pc.gc.ca/clmhc-hsmbc/index_f.asp

Analyse du rendement

Le ministre de l’Environnement a procédé à 33 nouvelles désignations en 2009-2010, dont 18 étaient pour des thèmes sous-représentés de l’histoire du Canada; ce qui représente 55 pour 100 du nombre total de nouvelles désignations. Les trois thèmes sous-représentés sont les suivants : l’histoire des Autochtones, les communautés ethnoculturelles et les femmes. Les désignations peuvent également chevaucher plus d’un thème, tels que les communautés ethnoculturelles et les femmes, l’histoire des Autochtones et les femmes, et les communautés ethnoculturelles et l’histoire des Autochtones. Parmi les désignations dans les thèmes sous-représentés, quatre étaient liées à l’histoire des femmes, une à l’histoire des Autochtones et onze à l’histoire des communautés ethno-culturelles; deux avaient trait à plusieurs de ces thèmes. Voir la figure 4 pour de plus amples détails. En mars 2010, 2 021 personnages, lieux et événements d’importance historique nationale étaient désignés comme ayant une importance historique nationale.

Un exemple de désignation pour un thème sous représenté est Waapushukamikw, à la baie James au Québec, qui a été désigné lieu historique national en avril 2009. La désignation de ce lieu de pratique religieuse des Cris de Mistassini, renommé pour son quartzite blanc et dur, renforce le thème de l’histoire des Autochtones. Un autre exemple est celui des réfugiés de la révolution hongroise de 1956 : cet événement a été désigné événement historique national en janvier 2010 et met en valeur le thème des communautés ethnoculturelles. Cette désignation commémore la première grosse vague d’immigration en provenance du bloc oriental. En ce qui concerne le thème de l’histoire des femmes, Ethel Johns (1879-1968), leader en soins infirmiers, enseignante et infirmière administratrice, a été désignée personnage historique national du Canada en avril 2009.

FIGURE 4
Désignations ministérielles par type

  2007-2008 2008-2009 2009-2010  
  Total Thèmes
sous-
représentés
Total Thèmes
sous-
représentés
Total Thèmes
sous-
représentés
Total des désigna-
tions en date du 31 mars 2010
Type Nombre Nombre Pourcen-
tage
Nombre Nombre Pourcen-
tage
Nombre Nombre Pourcen-
tage
 
Lieux 12 5 11 % 13 5 11 % 9 3 9 % 956
Personnages 15 10 22 % 21 17 39 % 16 12 36 % 648
Événements 18 12 27 % 10 6 14 % 8 3 9 % 417
Total 45 27 60 % 44 28 63 % 33 18 55 % 2 021

Remarque : Les totaux pourraient ne pas correspondre en raison de l’arrondissement des données.

Leçons apprises

Par l’entremise de l’Initiative des nouvelles commémorations, Parcs Canada a investi 900 000 $ au cours des trois derniers exercices en vue de mobiliser des organisations de femmes ainsi que des organisations autochtones et ethnoculturelles autour de la préparation de nominations au sein de ces trois thèmes sous-représentés. L’objectif de cette initiative est d’encourager le public à participer à la recherche de nominations potentielles dans ces domaines et à leur présentation à la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. En attendant que l’examen des résultats des investissements dans les consultations publiques obtenus entre 2000 et 2010 soit terminé, Parcs Canada investira encore 200 000 $ dans cette initiative en 2010-2011.

L’examen des activités et des résultats de l’initiative était en cours à la fin de 2009-2010. Les constatations préliminaires indiquent que les investissements modestes dans la mobilisation directe des collectivités prioritaires ont considérablement contribué à l’atteinte de l’objectif consistant à faire en sorte que le réseau des lieux historiques nationaux représente l’étendue et la diversité de l’histoire du Canada. Plus de 70 pour 100 de toutes les nouvelles commémorations dans les trois domaines prioritaires pour la période de 2007-2008 à 2009-2010 sont le résultat de consultations financées par Parcs Canada. Le rapport d’évaluation finale, qui sera produit en 2010-2011, comprendra des recommandations pour l’avenir.

Indicateur de rendement 4 Cible et date prévue pour l’atteindre Résultat en date de mars 2010 État du rendement
Nombre de régions marines représentées dans le système des aires marines nationales de conservation Augmenter le nombre de régions marines représentées, le faisant passer de trois en octobre* 2007 à quatre sur vingt-neuf d’ici mars 2010 Trois régions marines représentées. Aucune nouvelle région n’a été représentée entre mars 2007 et mars 2010 Ne satisfait pas aux attentes
Indicateur de rendement 5 Cible et date prévue pour l’atteindre Progrès en date de mars 2010 État du rendement
Nombre de régions non représentées dans lesquelles des progrès ont été accomplis dans les étapes menant à l’établissement d’aires marines nationales de conservation Faire des progrès concrets vers l’établissement d’aires marines nationales de conservation dans deux régions non représentées d’ici mars 2011 Progrès concrets dans deux propositions d’aires marines nationales de conservation dans trois régions marines non représentées

Le rendement sera évalué en 2011

Les progrès réalisés pour atteindre le résultat ciblé sont détaillés dans le texte suivant

Aires marines nationales de conservation et leur création : http://www.pc.gc.ca/fra/progs/amnc-nmca/pr-sp/index.aspx
* Le Plan d’entreprise 2009-2010 à 2013-2014 indique, par erreur, mars 2007. En effet, la date exacte est octobre 2007.

Analyse du rendement

Parcs Canada n’a pu atteindre son objectif consistant à faire passer la représentation des régions marines à quatre sur vingt-neuf avant mars 2010 étant donné qu’aucune aire marine nationale de conservation n’a été établie au cours de la période visée par le présent rapport. Au 31 mars 2010, trois régions marines sur vingt-neuf étaient représentées. Toutefois en juin 2010, l’Agence a proposé au Parlement un décret qui protège légalement la réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas. Cette mesure fait passer le nombre de régions représentées à cinq étant donné que le projet de réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine représente deux régions marines : le détroit d’Hécate et la plate-forme Reine-Charlotte.

Depuis 2007, Parcs Canada concentre ses efforts sur quatre propositions d’aires marines nationales de conservation dans des régions non représentées et a fait des progrès concrets dans deux de ces propositions : la réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas et l’aire marine nationale de conservation du détroit de Lancaster. Les progrès réalisés en 2009-2010 dans la création d’aires marines nationales de conservation dans des régions non représentées sont indiqués à la figure 5.

Le processus de création d’une aire marine nationale de conservation commence par la détermination de plusieurs aires représentatives d’une région marine (étape 1), suivie de la sélection d’une aire marine nationale de conservation éventuelle (étape 2), la réalisation d’une étude de faisabilité incluant des consultations (étape 3), la négociation d’ententes en vue de l’établissement d’une aire marine nationale de conservation (étape 4) et la protection officielle de l’aire marine en vertu de la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada (étape 5).

FIGURE 5
État d’avancement des projets de création d’aires marines nationales de conservation

Région marine et zone d’intérêt d’aire marine nationale de conservation État davancement en 2009-2010
Détroit d’Hécate/Plate-forme Reine-Charlotte
Réserve d’AMNC et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas (C.-B.)

Négociation d’une entente et préparation d’un plan directeur provisoire (étapes 4 et 5).
L’entente entre le gouvernement du Canada et la Nation haïda en vue de la création de la réserve d’aire marine de conservation Gwaii Haanas a été signée en janvier 2010. La version finale du plan directeur provisoire a été élaborée en consultation avec la Nation haïda et les autres parties intéressées. En collaboration avec Pêches et Océans Canada, Parcs Canada a terminé les consultations avec le secteur de la pêche. Le travail de préparation d’un décret à présenter à la Chambre des communes et au Sénat en vue de désigner légalement l’aire marine en vertu de la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada a commencé. (Remarque : le décret a été présenté le 7 juin 2010.)

Détroit de Lancaster
Détroit de Lancaster (NU)

Étude de faisabilité (étape 3)
Le ministère fédéral de l’Environnement, la Qikiqtani Inuit Association et le gouvernement du Nunavut ont signé un protocole d’entente devant guider l’étude. Parcs Canada mènera l’étude en étroite collaboration avec le gouvernement du Nunavut, la Qikiqtani Inuit Association, les collectivités locales et d’autres ministères fédéraux.

Détroit de Georgia
Détroit de Georgia Sud (C.-B.)

Étude de faisabilité (étape 3)
Parcs Canada et le gouvernement de la Colombie-Britannique ont continué à analyser les enjeux et les options afin de pouvoir terminer l’étude de faisabilité. L’Agence a continué à étendre les consultations avec les Premières nations.

Bancs de la Madeleine
Les Îles-de-la-Madeleine (Qc)

Étude de faisabilité (étape 3)
Parcs Canada a entamé les premières étapes d’une étude de faisabilité et poursuit ses travaux avec le gouvernement du Québec en vue d’établir un protocole d’entente destiné à guider le travail d’évaluation.

Remarque : Une région marine est considérée comme représentée lorsqu’une ou plusieurs aires ou réserves d’aires marines nationales de conservation sont en exploitation, en conséquence de : la signature d’une entente visant la création d’une aire (ententes fédérales-provinciales ou autochtones), du transfert de fonds marins ou de terres au gouvernement du Canada (par la province), ou du fait que la réserve/aire marine nationale de conservation figure au nombre des régions visées par la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada.

Leçons apprises

Les efforts réalisés par l’Agence Parcs Canada au cours des dernières années ont fait progresser la proposition de création d’aire marine de Gwaii Haanas, de telle manière qu’elle est maintenant sur le point de créer la première aire marine en vertu de la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada, permettent de tirer plusieurs leçons importantes sur lesquelles l’Agence peut s’appuyer. Ces leçons se trouvent premièrement dans l’étroite collaboration avec le gouvernement de la Colombie-Britannique et la Nation haïda, deuxièmement dans l’utilisation de diverses techniques de consultation telles que les conseils consultatifs provisoires et les consultations bilatérales avec les principales parties intéressées et finalement dans la collaboration continue avec les leaders d’opinion régionaux afin de pouvoir réagir aux divers enjeux et possibilités.

En tenant compte de la création de la réserve d’aire marine nationale de conservation Gwaii Haanas en juin 2010 qui représente deux régions, et pour respecter le rythme actuel des propositions d’établissement d’aires marines, Parcs Canada révisera l’attente de rendement pour son Plan d’entreprise 2011-2012 à 2015-2016, puisque celle d’augmenter le nombre des régions marines représentées en le faisant passer à cinq entre 2010 et 2013, déjà publiée dans son Plan d’entreprise 2010-2011 à 2014-2015, sera atteinte.

Activité de programme 2 : CONSERVATION DES RESSOURCES PATRIMONIALES


Ressources financières
  Ressources humaines
2009-2010 (000 $)   2009-2010 (Équivalents temps plein)
Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles   Prévues Réelles Écart
200 604 253 072 191 926   1 272 1 236 36

Avantages pour les Canadiens et Canadiennes

Le maintien de la santé et de la diversité des écosystèmes dans les parcs nationaux permet aux Canadiens et aux Canadiennes de continuer à jouir d’un vaste éventail de biens et de services environnementaux qui sont essentiels au bien-être humain, tels que l’approvisionnement en eau potable de qualité et l’atténuation des effets des changements climatiques et des catastrophes naturelles. Les parcs nationaux contribuent à l’économie du Canada en offrant des possibilités de tourisme et, en tant que lieux sacrés et ressources récréatives, ils renforcent la santé physique et mentale de la population. Les lieux historiques nationaux et autres endroits historiques relient les Canadiens et les Canadiennes à leur passé et sont des manifestations tangibles de l’étendue et de la diversité de l’histoire du Canada. Ils jouent également un rôle contemporain important dans les collectivités en tant que lieux de rassemblement, d’affaires, de loisirs, de tourisme et d’unité sociale. Ces lieux patrimoniaux font partie intégrante de l’identité canadienne. La conservation des parcs nationaux et des lieux historiques nationaux ainsi que l’utilisation écologique des aires marines nationales de conservation ont une importance primordiale car, ensemble, elles donnent aux Canadiens et aux Canadiennes la possibilité d’apprécier réellement les lieux et les histoires d’intérêt national, de s’en rapprocher et de participer directement dans la gestion des trésors nationaux du Canada.

Attentes en matière de rendement

Résultat attendu
Les mesures de gestion permettent d’améliorer les indicateurs de l’intégrité écologique dans les parcs nationaux; et l’état des ressources culturelles dans les lieux historiques nationaux est amélioré.

Le résultat attendu de cette activité de programme est mesuré par deux indicateurs de rendement.

Indicateur de rendement 1 Cible et date prévue pour l’atteindre Progrès en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage des parcs nationaux ayant au moins un indicateur d’intégrité écologique amélioré À l’exception des parcs nationaux dans le Grand Nord dont l’état de l’intégrité écologique est déjà acceptable, 80 % des parcs nationaux ont au moins un indicateur d’intégrité écologique amélioré entre mars 2008 et mars 2013 Des parcs nationaux sélectionnés ont reçu un financement pour des initiatives ciblées pluriannuelles de gestion active des priorités et de restauration afin d’améliorer les indicateurs d’intégrité écologique

Le rendement sera évalué en 2013

Les progrès réalisés pour atteindre le résultat ciblé sont détaillés dans le texte suivant

Agir sur le terrain II : http://www.pc.gc.ca/fra/docs/bib-lib/~/media/docs/bib-lib/pdfs/aslt2%20aotg2_f.ashx
Principes et lignes directrices pour la restauration écologique dans les aires naturelles protégées du Canada : http://www.pc.gc.ca/fra/docs/pc/guide/resteco/index.aspx
Rapports sur l’état des parcs nationaux : http://www.pc.gc.ca/fra/docs/bib-lib/docs5hi.aspx

Analyse du rendement

En mars 2010, les 42 parcs nationaux avaient identifié des indicateurs clés d’intégrité écologique, ce qui constitue une amélioration par rapport aux 39 parcs de 2008-2009. Vingt-neuf parcs avaient déterminé l’état de ces indicateurs (une hausse par rapport à 25 en 2008-2009) et parmi ceux-ci, 24 parcs3 avaient déterminé leur tendance (une hausse par rapport à 23 en 2008-2009). Ces déterminations forment la base de référence qui servira à évaluer les changements dans les indicateurs d’intégrité écologique en 2013.

En 2009-2010, dans le cadre de sa stratégie Agir sur le terrain – financement intégré, Parcs Canada a mis en œuvre des projets de gestion active et de restauration pour des parcs nationaux sélectionnés. Cette consolidation des sources de financement est destinée à améliorer la prestation intégrée des programmes de l’Agence et à faciliter les investissements pluriannuels ciblant les questions prioritaires d’intégrité écologique dans les parcs nationaux. La figure 6 donne des exemples en fournissant les détails de six projets.

Les améliorations dans les indicateurs d’intégrité écologique résultant de mesures de gestion peuvent se produire de l’une des trois manières suivantes : amélioration de l’état de l’indicateur (par exemple : de faible à passable ou de passable à bon); amélioration de la tendance de l’indicateur (par exemple de à la baisse à stable); et atteinte d’objectifs d’efficacité de gestion déterminés. Étant donné que les écosystèmes sont complexes et sont parfois lents à réagir aux interventions de gestion, la troisième méthode suppose la réalisation de résultats d’intégrité écologique (par exemple, amélioration de 15 pour 100 du ratio herbes indigènes/herbes exotiques) à la suite de la mise en œuvre de mesures de gestion active planifiées. Avec la mise en place d’un système de surveillance et de rapports sur l’intégrité écologique, l’établissement de principes et de lignes directrices nationales en matière de restauration écologique, et l’exécution d’initiatives pluriannuelles ciblées de gestion active et de restauration qui se déroulent essentiellement comme prévu, Parcs Canada est bien placée pour déclarer des améliorations en matière d’intégrité écologique au cours des prochaines années.

Parcs Canada a également continué à élaborer des programmes de surveillance coordonnée de l’intégrité écologique pour les parcs situés dans le Nord. Étant donné la grandeur et la situation éloignée de ces parcs nationaux, des outils de télédétection par satellite seront importants pour mesurer les changements écologiques et produire des rapports sur ceux-ci. En 2009-2010, Parcs Canada, en collaboration avec les scientifiques du Centre canadien de télédétection, a commencé à travailler à l’élaboration de méthodes rentables d’évaluation des changements dans la toundra, les milieux humides, les glaciers et les écosystèmes côtiers, dans le cadre du projet ParkSPACE qui est financé par l’Agence spatiale canadienne. Un livrable important du projet ParkSPACE est un plan opérationnel qui déterminera les tâches requises et évaluera les ressources humaines et financières requises à long terme pour mesurer l’intégrité écologique par télédétection aux fins de production de rapports.

FIGURE 6
Exemples de projets Agir sur le terrain et leurs réalisations

Parc national Indicateur d’intégrité écologique à améliorer Objectif général du projet Réalisations du projet en 2009-2010

Amélioration de l’intégrité écologique attendue d’ici 2013

PN Forillon Milieu côtier Mettre en œuvre une approche intégrée pour résoudre le problème prioritaire d’intégrité écologique de la péninsule de Penouille

Entente de contribution mise en place pour mener des études

On a entrepris un travail afin de mieux comprendre les processus côtiers

L’étude sur la fréquentation et les activités des visiteurs de la péninsule de Penouille est terminée

Les objectifs d’efficacité de la gestion seront atteints
PN des Prairies Prairies Améliorer l’intégrité écologique dans l’indicateur relié aux prairies

34 putois ont été libérés en octobre 2009; 35 % ont été retrouvés au moment de l’étude du printemps

On a traité 70 hectares de nouvelles parcelles d’agropyres à crête

On a ensemencé 32 hectares de champs cultivés avec des espèces indigènes

Du brûlage dirigé a été effectué sur 94 hectares

Des taux de stockage intérimaire ont été appliqués dans six unités de pâturage, ce qui représentait 56 % des avoirs du parc en 2009-2010

La population de bisons des plaines a augmenté; avec 34 animaux de plus, le total de la population s’élevait à 149 au 31 mars 2010

Les objectifs d’efficacité de la gestion seront atteints
PN Jasper Biodiversité indigène Améliorer la situation de la population de caribous des bois dans les parcs des montagnes

Des relevés aériens ont été effectués pour recenser la population de caribous

On a fait le cadrage requis pour un projet de cartographie de l’habitat

Une analyse génétique a été effectuée

Le taux de croissance de la population a été mesuré

On a entrepris l’élaboration d’un plan de participation du public et d’une stratégie de communication

Des produits de communication et de mobilisation du public ont été mis au point

On a mené des consultations sur la faisabilité de la translocation

Amélioration de la condition de l’indicateur
PN de la Mauricie

Écosystème aquatique







Forêt





Milieux humides

Restaurer le niveau d’eau de certains lacs, l’habitat riverain et l’intégrité des communautés de poissons



Améliorer l’intégrité écologique de la forêt du parc



Restaurer le niveau d’eau des plans d’eau et les milieux humides associés

Une planification a été faite pour la réhabilitation des plans d’eau endommagés par l’exploitation forestière avant la création du parc

Deux brûlages dirigés ont étés effectués et des plans sont en place pour des futurs brûlages

Des plans sont complétés pour la réhabilitation des terres humides endommagées par l’exploitation forestière avant la création du parc

Amélioration de la condition des indicateurs
PN du Mont- Riding Forêt Éliminer la tuberculose bovine de l’écosystème régional du Mont-Riding

On a déterminé des niveaux de surveillance ciblés et des objectifs

La population des wapitis a été testée

On a procédé au recensement annuel de la population faunique (ongulés et loups)

On a entrepris un programme de réduction des risques afin de réduire les interactions entre la faune et le bétail

Amélioration de la tendance de l’indicateur
PN Terra-Nova Forêt Améliorer l’état de santé de la forêt en rétablissant le rôle critique du feu dans l’écosystème, en réduisant l’impact des espèces surabondantes et en restaurant les sites d’épinettes noires et de sapins baumiers

Un plan de gestion de la surabondance d’orignaux a été établi

Un contrôle de l’efficacité a été établi

On a mené 30 séances de consultation publique

La préparation du brûlage dirigé est terminée

Amélioration de la tendance de l’indicateur

Remarque : Pour de plus amples renseignements sur les indicateurs d’intégrité écologique, consulter le Rapport sur l’état des aires patrimoniales protégées 2007-2009 au : http://www.pc.gc.ca/fra/docs/pc/rpts/edapp-sopha/index.aspx

Leçons apprises

Les écosystèmes sont complexes et parfois lents à réagir aux interventions de gestion. Les facteurs externes qui ne dépendent pas de la volonté de Parcs Canada tels que les changements climatiques et l’invasion d’espèces envahissantes et exotiques influent également sur la santé des écosystèmes. C’est pourquoi, en tenant compte des réalités budgétaires actuelles, Parcs Canada a modifié son objectif de rendement qui indique, dans le Plan d’entreprise 2010-2011 à 2014-2015, que 20 parcs doivent améliorer un indicateur d’intégrité écologique d’ici mars 2014.

Indicateur de rendement 2 Cible et date prévue pour l’atteindre Résultat en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage des éléments de l’intégrité commémorative relatifs à l’état des ressources culturelles et des pratiques de gestion ayant reçu une cote faible s’est amélioré 70 % des éléments de l’intégrité commémorative relatifs à l’état des ressources culturelles ayant reçu une cote faible seront améliorés dans un délai de cinq ans 50 % (1 lieu sur 2) Satisfaction passable
70 % des éléments de l’intégrité commémorative relatifs aux pratiques de gestion ayant reçu une cote faible seront améliorés dans un délai de cinq ans 100 % (3 lieux sur 3) Dépasse les attentes

Définition du concept d’intégrité commémorative : http://www.pc.gc.ca/fra/docs/pc/guide/guide/commemorative_1_0/commemorative_1_1.aspx
Politique sur la gestion des ressources culturelles : http://www.pc.gc.ca/fra/docs/pc/poli/princip/sec3.aspx
Liste des lieux historiques nationaux du Canada administré par Parcs Canada : http://www.pc.gc.ca/progs/lhn-nhs/recherche-search_f.asp?s=1

Analyse du rendement

Tous les cinq ans, Parcs Canada effectue une nouvelle évaluation de tous les lieux historiques nationaux qui ont obtenu une cote faible pour un élément de l’intégrité commémorative. En 2009-2010, les deux lieux historiques nationaux dont l’élément de l’intégrité commémorative relatif à l’état des ressources culturelles avait obtenu une cote faible en 2004-2005 et les trois lieux historiques nationaux qui avaient obtenu une cote faible pour les pratiques de gestion choisies ont été réévalués, la cote s’étant améliorée respectivement dans 50 pour 100 (un lieu sur deux) et 100 pour 100 des lieux (trois lieux sur trois). On trouvera de plus amples détails aux figures 7 et 8.

Depuis 2007, année où Parcs Canada a entrepris la réévaluation des lieux ayant obtenu une cote faible dans l’évaluation des éléments d’intégrité commémorative, l’Agence a investi dans 14 des lieux historiques nationaux afin d’améliorer leur cote. Six lieux sur huit (75 pour 100) ont amélioré leur cote faible pour l’élément d’intégrité commémorative relatif à l’état des ressources culturelles, tandis que neuf lieux sur onze (82 pour 100) ont amélioré leur cote pour les éléments relatifs aux pratiques de gestion choisies, ce qui a contribué à l’amélioration de l’intégrité commémorative générale des lieux historiques nationaux. Parcs Canada continue à investir dans l’intégrité commémorative et elle poursuit le processus de réévaluation des lieux historiques ayant obtenu une cote faible. Étant donné le financement obtenu dans le cadre du Plan d’action économique du Canada, on prévoit que l’intégrité commémorative des lieux historiques nationaux continuera à s’améliorer au cours des années à venir.

FIGURE 7
Résultats des réévaluations 2009-2010 des lieux historiques nationaux ayant reçu une cote faible en 2004-2005 pour l’élément de l’intégrité commémorative relatif à l’état des ressources culturelles

Lieux historiques nationaux ayant reçu une cote faible Cote 2009-2010 État d’avancement État du rendement
LHN du Ranch-Bar U Passable Les édifices du lieu qui ont une importance historique nationale ont été restaurés. 79,3 % de ces édifices sont maintenant en bon état ou dans un état passable, suite à des projets de conservation d’envergure entrepris depuis 2004, notamment dans la maison du cuisinier, la maison en bois rond et la maison Pierson. D’importants travaux de conservation sont en cours dans les box des Percherons. Satisfait à toutes les attentes
LHN des Forts-de-Lévis Faible Par le biais du Plan d’action économique du Canada, des travaux majeurs en rejointoiement de la maçonnerie afin d’améliorer l’intégrité structurale de certains édifices prendront fin en 2010-2011. La condition de ces ressources culturelles qui appartiennent à l’Agence sera améliorée par l’accomplissement du projet. Des investissements additionnels seront nécessaires dans le futur. Ne satisfait pas aux attentes

FIGURE 8
Résultats des réévaluations 2009-2010 des lieux historiques nationaux ayant reçu une cote faible en 2004-2005 pour l’élément de l’intégrité commémorative relatif aux pratiques de gestion choisies

Lieux historiques nationaux ayant reçu une cote faible Cote 2009-2010 État d’avancement État du rendement
LHN du Ranch-Bar U Passable Depuis 2004, le lieu a fait des progrès particuliers dans l’élaboration de plans d’entretien individuels pour les édifices et dans le contrôle de l’état des diverses catégories de ressources. Presque toutes les ressources culturelles sont soumises à une surveillance régulière. Satisfait à toutes les attentes
LHN de la Voie-Navigable-Trent-Severn Passable Le lieu a amélioré ses pratiques de gestion en accordant plus d’importance à la détermination, à l’évaluation et à l’atténuation des répercussions des interventions sur les ressources culturelles tout en insistant sur des pratiques appropriées de gestion des ressources culturelles. D’importantes améliorations ont été apportées à la tenue des dossiers et à la documentation et une nouvelle installation a été ajoutée pour les archives. Il faut encore des plans de maintenance de conservation pour bon nombre des ressources. Satisfait à toutes les attentes
LHN des Forts-de-Lévis Passable Il y a eu une amélioration dans les pratiques de gestion liées à la tenue des dossiers. On a aussi remarqué des améliorations dans les systèmes de surveillance et de vérification mis en place pour déterminer si les objectifs en matière de conservation et de protection sont atteints. Satisfait à toutes les attentes

Certains investissements destinés à améliorer l’intégrité commémorative des lieux historiques nationaux ont été rendus possibles grâce au Plan d’action économique du Canada. Voici quelques exemples de ces investissements :

Leçons apprises

L’état des ressources culturelles est un élément de l’intégrité commémorative qu’il n’est pas facile d’améliorer et qui exige souvent d’importants investissements. Parcs Canada a vu des améliorations dans ses ressources culturelles bâties à la suite d’investissements ciblés. Pour améliorer davantage l’état des ressources culturelles, l’Agence a établi comme priorité, en 2009-2010, de faire des investissements stratégiques dans certains lieux historiques nationaux qui avaient une cote faible en ce qui concerne l’état des ressources culturelles, en prenant de l’avance dans l’échéance de cinq ans. Grâce au Plan d’action économique, Parcs Canada a l’occasion d’accélérer certains de ses travaux au profit des visiteurs et de contribuer au développement économique local.

Activité de programme 3 : APPRÉCIATION ET COMPRÉHENSION DU PUBLIC


Ressources financières
  Ressources humaines
2009-2010 (000 $)   2009-2010 (Équivalents temps plein)
Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles   Prévues Réelles Écart
26 683 33 647 54 165   293 379 86

Note : Les dépenses réelles dépassent le total des autorisations en raison du réalignement interne des programmes et des priorités.

Avantages pour les Canadiens et Canadiennes

Afin de favoriser chez les Canadiens et Canadiennes un sentiment d’attachement aux éléments du patrimoine naturel et culturel du Canada, il est important de leur donner la possibilité de comprendre, d’apprécier et d’appuyer les lieux patrimoniaux de Parcs Canada. En retour, les Canadiens et Canadiennes exprimeront volontiers leur fierté pour ces endroits, s’ils savent qu’ils ont la possibilité d’influencer les décisions et les mesures prises en leur nom.

Attentes en matière de rendement

Résultat attendu
Les Canadiens et Canadiennes apprécient la valeur significative des lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada et comprennent l’importance de les protéger et de les mettre en valeur.

Le résultat attendu de cette activité de programme est mesuré par deux indicateurs de rendement.

Indicateur de rendement 1 Cible et date prévue pour l’atteindre Progrès en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage des Canadiens et Canadiennes qui apprécient la valeur significative des lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada Augmenter le pourcentage de Canadiens et Canadiennes qui apprécient la valeur significative des lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada d’ici mars 2014 Parcs Canada a entrepris des activités clés telles que des initiatives de sensibilisation du public et de relations extérieures ainsi que des initiatives médiatiques Le rendement sera évalué en 2014
Indicateur de rendement 2 Cible et date prévue pour l’atteindre Progrès en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage des Canadiens et Canadiennes qui comprennent l’importance de protéger et de mettre en valeur les lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada Augmenter le pourcentage de Canadiens et Canadiennes qui comprennent l’importance de protéger et de mettre en valeur les lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada d’ici mars 2014 Voir ci-dessus Voir ci-dessus

Campagne médiatique de Parcs Canada : http://www.pc.gc.ca/cp-ac/index_f.asp

Analyse du rendement

En 2008-2009, en s’appuyant sur son sondage d’opinion national, Parcs Canada a établi une base de référence pour le pourcentage des Canadiens et Canadiennes qui apprécient la valeur significative des lieux patrimoniaux qu’elle administre et qui comprennent l’importance de la protection et de la mise en valeur de ces lieux. Grâce au sondage, Parcs Canada a appris que 53 pour 100 des Canadiens et Canadiennes apprécient la valeur significative des lieux patrimoniaux et que 67 pour 100 comprennent l’importance de protéger et de mettre en valeur les lieux patrimoniaux qu’elle administre. Les données de référence étant établies, Parcs Canada travaille maintenant à l’amélioration de ces pourcentages, qu’elle entend augmenter d’ici 2014 au moyen d’initiatives de sensibilisation et de relations extérieures ainsi que d’initiatives médiatiques.

En 2009-2010, Parcs Canada a entrepris un certain nombre d’initiatives pour favoriser l’amélioration de la connaissance et de la compréhension des lieux patrimoniaux dans la population canadienne à long terme. L’Agence a organisé deux vagues de campagne publicitaire nationale télévisée, la première au cours de mai et juin 2009 et la deuxième pendant les Jeux olympiques d’hiver en février 2010. Une étude a été menée avant et après la première vague de campagne publicitaire afin d’en évaluer l’impact sur la sensibilisation générale de la population canadienne à l’égard de Parcs Canada. Les résultats ont révélé une augmentation de 4 pour 100 dans la connaissance de Parcs Canada entre l’évaluation précampagne et l’évaluation post-campagne.

Parcs Canada a également fait sentir sa présence avant les Jeux olympiques d’hiver 2010 et pendant les Jeux, ce qui lui a permis d’atteindre un vaste public. Elle a collaboré avec le Comité olympique de Vancouver et a accueilli le relais de la flamme olympique dans 34 parcs nationaux et lieux historiques nationaux pendant son parcours à travers le Canada. L’évaluation effectuée après la campagne publicitaire des Jeux olympiques a montré que le niveau de connaissance de Parcs Canada est resté stable par rapport au début de l’année.

Parcs Canada a aussi utilisé d’autres moyens pour renseigner la population canadienne sur les lieux patrimoniaux nationaux. Deux épisodes de l’émission Rick Mercer Report, qui ont attiré en moyenne un million de téléspectateurs par épisode, ont présenté les parcs nationaux et le travail du personnel de Parcs Canada. Une émission hebdomadaire en 13 épisodes intitulée Un parc en toute saison a été diffusée du 7 janvier au 1er avril 2010 au canal nature d’Oasis HD, qui attire en moyenne 1 800 téléspectateurs par minute. Finalement, 41 vidéos sur les parcs nationaux et les lieux historiques nationaux ont été téléchargées sur les canaux vidéo YouTube, MySpace et Yahoo de Parcs Canada. Dans l’ensemble les vidéos ont été visionnées environ 72 000 fois au cours de la période visée par le présent rapport.

Leçons apprises

Le résultat stratégique de Parcs Canada est axé sur le sentiment d’appartenance des Canadiens et Canadiennes au patrimoine naturel et culturel du Canada, et en particulier aux parcs nationaux, aux lieux historiques nationaux et aux aires marines nationales de conservation. Dans son Plan d’entreprise 2009-2010 à 2013-2014, Parcs Canada a établi les objectifs généraux de rendement décrits à la page précédente. Elle a ensuite établi un objectif audacieux et précis pour le pourcentage de Canadiens et Canadiennes qui apprécient la valeur significative des lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada publié dans le Plan d’entreprise 2010-2011 à 2014-2015. Le nouvel objectif de 60 pour 100 d’ici mars 2014 s’aligne sur l’orientation de l’organisation et fait en sorte que les initiatives conçues pour joindre et mobiliser les Canadiens et Canadiennes dans leur foyer, à l’école, dans leur collectivité et dans leurs loisirs soient ciblées et stratégiques.

La compréhension conceptuelle de l’appréciation et de la compréhension du public a également évolué en 2009. L’Agence a conclu que les objectifs très importants de cette activité de programme sont de contribuer à l’appréciation des Canadiens et Canadiennes à l’égard des lieux administrés par Parcs Canada et de gagner leur appui pour la protection et l’appréciation de ceux-ci. Par conséquent, Parcs Canada a modifié sa deuxième cible de rendement dans le Plan d’entreprise 2010-2011 à 2014-2015 : elle ne mentionne plus le nombre de Canadiens et Canadiennes qui comprennent l’importance de protéger et de mettre en valeur les lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada, mais elle indique plutôt que 80 pour 100 de Canadiens et Canadiennes appuient la protection et la mise en valeur des lieux patrimoniaux administrés par Parcs Canada, d’ici mars 2014.

Activité de programme 4 : EXPÉRIENCE DU VISITEUR


Ressources financières
  Ressources humaines
2009-2010 (000 $)   2009-2010 (Équivalents temps plein)
Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles   Prévues Réelles Écart
227 360 290 057 274 984   1 951 2 093 142

Avantages pour les Canadiens et Canadiennes

Les parcs nationaux, les lieux historiques nationaux et les aires marines nationales de conservation offrent aux Canadiens et Canadiennes des possibilités d’expériences divertissantes et éducatives. Parcs Canada encourage également les peuples autochtones à renouer leurs liens avec les terres d’importance historique grâce à des activités qui rehaussent leur présence culturelle. En retour, ces activités permettent d’accroître le sentiment d’attachement des Canadiens et Canadiennes aux lieux patrimoniaux et d’en renforcer la pertinence.

Attentes en matière de rendement

Résultat attendu
Les visiteurs aux endroits faisant l’objet d’un sondage éprouvent un sentiment d’attachement personnel aux lieux visités.

Le résultat attendu de cette activité de programme est mesuré par deux indicateurs de rendement.

Indicateur de rendement 1 Cible et date prévue pour l’atteindre Résultat en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage des
visiteurs qui considèrent
le lieu significatif pour eux
En moyenne, 85 % des visiteurs aux endroits faisant l’objet d’un sondage considèrent la place significative pour eux, d’ici 2014. (Selon le Plan d’entreprise 2010-2011 à 2014-2015)

Moyenne générale de deux ans basée sur 29 lieux sondés : 82 %

78 %, en fonction de 14 lieux sondés en 2009-2010
Satisfait à presque toutes les attentes

Remarque : Le Plan d’entreprise 2009-2010 à 2013-2014 de l’Agence Parcs Canada énonce la cible de rendement comme suit : Augmenter le pourcentage des visiteurs à tous les endroits sondés qui considèrent le lieu significatif pour eux d’ici mars 2014.

Analyse du rendement

En 2008-2009, au moyen du sondage du Programme d’information sur les visiteurs, Parcs Canada a établi des données de référence pour le pourcentage de visiteurs qui considèrent que les lieux sondés ont une valeur significative pour eux. En raison du moment de la publication du Plan d’entreprise 2009-2010 à 2013-2014, auquel correspond le présent Rapport sur le rendement, une cible de rendement générale a été établie avant qu’une analyse complète des données du sondage de 2008-2009 ne soit effectuée. Une fois que cette analyse a été faite, Parcs Canada a pu établir une nouvelle cible de rendement précise dans le Plan d’entreprise 2010-2011 à 2014-2015. Pour l’exercice visé par le présent rapport, Pars Canada a décidé d’utiliser cette nouvelle cible de rendement précise et mise à jour.

L’année 2009 a été la deuxième où Parcs Canada a demandé aux visiteurs de dire si le parc national ou le lieu historique national qu’ils avaient visité avait une importance significative pour eux en indiquant leur sentiment d’attachement à ce lieu. Les résultats pour les deux parcs nationaux et douze lieux historiques nationaux ayant fait l’objet du sondage en 2009-2010, sont présentés à la figure 9.

En 2008-2009, une moyenne de 86 pour 100 des visiteurs aux lieux sondés a indiqué que le lieu visité avait une importance significative pour eux. En 2009-2010, le sondage a indiqué une moyenne de 78 pour 100, avec une moyenne de deux ans de 82 pour 100. Ces résultats encouragent Parcs Canada à constater que l’attachement des Canadiens et Canadiennes aux lieux vénérés du Canada est profond étant donné que plus de trois quarts des visiteurs qui ont répondu au sondage en 2009-2010 ont indiqué un attachement personnel au lieu visité.

Dans le cadre du Plan d’action économique du Canada, Parcs Canada a investi dans des projets qui contribueront à renforcer l’expérience du visiteur et à faciliter la création d’un lien personnel avec les lieux patrimoniaux du Canada. Voici quelques exemples de projets :

FIGURE 9
Pourcentage de visiteurs qui considèrent le parc/lieu significatif pour eux

Lieu soumis au sondage Total
PN de la Mauricie 84 %
PN du Mont-Riding 80 %
LHN du Canal-de-Carillon 67 %
LHN du Canal-de-Saint-Ours 73 %
LHN des Forges-du-Saint-Maurice 79 %
LHN du Fort-Malden 73 %
LHN de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-
des-Irlandais
82 %
LHN des Îles-Canso 78 %
LHN de L’Anse aux Meadows 90 %
LHN Louis-S.-St-Laurent 77 %
LHN du Manoir-Papineau 77 %
LHN de Port au Choix 72 %
LHN Province House 78 %
LHN de Red Bay 80 %
Moyenne pour le sondage de 2009-2010 seulement 78 %
Moyenne générale de l’Agence 82 %

Remarque : La valeur significative est évaluée depuis 2008. La moyenne générale est basée sur 29 lieux sondés en 2008 ou en 2009.

Leçons apprises

Un attachement personnel est évidemment personnel. La rétroaction obtenue des visiteurs aux lieux sondés en 2009-2010 a montré que les parcs nationaux et les lieux historiques nationaux du Canada avaient une importance significative pour les visiteurs, mais pour de nombreuses différentes raisons. Pour certains visiteurs, les bons souvenirs du temps passé avec de la famille et des amis ou des choses apprises sur leurs ancêtres suscitent un sentiment d’attachement. Pour d’autres, ce sont des activités telles que le camping, les pique-niques ou l’observation de bateaux passant sur un canal qui créent ce sentiment d’attachement personnel. Et pour d’autres encore, ce qui les attire dans les lieux patrimoniaux de Parcs Canada, c’est l’occasion de se renseigner davantage sur un événement, de s’adonner à leur passion pour l’histoire ou de satisfaire leur curiosité.

Les commentaires formulés par les visiteurs sur ce qui est important pour eux dans les parcs nationaux et dans les lieux historiques nationaux fournissent des renseignements précieux sur ce qui les captive et aident l’Agence à rendre ces lieux significatifs pour eux. Par exemple, à certains endroits, les visiteurs ont mentionné le besoin d’aménagements – tels que des bancs le long d’un sentier ou à un belvédère et des tables de pique-nique à des endroits pittoresques – qui leur permettraient de prendre leur temps, d’établir un lien avec le lieu visité à leur propre rythme et de partager leur expérience avec d’autres personnes. Certains visiteurs ont indiqué qu’un plus grand nombre d’histoires différentes, qui font revivre un lieu – c’est-à-dire l’histoire vivante – les aideraient à s’intéresser davantage au lieu visité et à s’y attacher, tandis que d’autres visiteurs ont exprimé le désir d’avoir des lieux de solitude pour régénérer leur esprit. Parcs Canada continuera à tenir compte des commentaires des visiteurs dans ses prises de décisions concernant ses services aux visiteurs afin d’encourager plus de Canadiens et Canadiennes à tisser un lien personnel avec les lieux qu’elle administre.

Indicateur de rendement 2 Cible et date prévue pour l’atteindre Résultat en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage de visiteurs qui sont satisfaits de leur visite 85 % des visiteurs aux endroits sondés sont satisfaits de leur visite

14 lieux sondés sur 14 ont dépassé la cible

Satisfait à toutes les attentes
Le pourcentage de visiteurs qui sont très satisfaits de leur visite 50 % des visiteurs aux endroits sondés sont très satisfaits de leur visite

14 lieux sondés sur 14 ont dépassé la cible

Satisfait à toutes les attentes

Analyse du rendement

En 2009-2010, Parcs Canada a satisfait aux attentes ciblées en ce qui concerne les visiteurs satisfaits et très satisfaits de leur visite aux endroits sondés. De nombreux éléments contribuent au degré de satisfaction des visiteurs, notamment la présence et la qualité d’activités éducatives, d’activités récréatives et d’information préalable à la visite, l’état des installations, la qualité de service du personnel, les visites précédentes et le rapport qualité-prix. Ces éléments ont eux aussi été évalués dans le cadre du sondage du Programme d’information sur les visiteurs.

Les 14 lieux soumis au sondage en 2009-2010 (2 parcs nationaux et 12 lieux historiques nationaux) ont dépassé la cible de 85 pour 100 de visiteurs satisfaits de leur visite, l’un d’eux ayant même obtenu un résultat de 100 pour 100. L’objectif de 50 pour 100 de visiteurs se déclarant très satisfaits de leur visite a été dépassé à tous les endroits sondés. La moyenne générale des visiteurs qui se sont dits satisfaits et très satisfaits de leur visite à l’un des lieux de Parcs Canada ayant mené le sondage du Programme d’information sur les visiteurs est, respective-ment, de 95 et 68 pour 100. Les résultats des lieux soumis au sondage en 2009-2010 sont indiqués à la figure 10.

FIGURE 10
Pourcentage de visiteurs satisfaits et très satisfaits de leur visite

Lieu soumis au sondage Satisfaits Très Satisfaits
PN de la Mauricie 94 % 55 %
PN du Mont-Riding 89 % 52 %
LHN du Canal-de-Carillon 95 % 71 %
LHN du Canal-de-Saint-Ours 96 % 72 %
LHN des Forges-du-Saint-Maurice 95 % 74 %
LHN du Fort-Malden 97 % 77 %
LHN de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais 93 % 60 %
LHN des Îles-Canso 98 % 87 %
LHN de L’Anse aux Meadows 96 % 79 %
LHN Louis-S.-St-Laurent 99 % 88 %
LHN du Manoir-Papineau 96 % 74 %
LHN de Port au Choix 95 % 67 %
LHN Province House 95 % 65 %
LHN de Red Bay 100 % 84 %
Moyenne en 2009-2010 96 % 72 %
Moyenne générale de l’Agence 95 % 68 %

Remarque : La satisfaction est évaluée dans le cadre du Programme d’information sur les visiteurs depuis 2001. La moyenne générale est basée sur 104 des 212 lieux administrés par Parcs Canada.

Leçons apprises

De nombreux choix sont offerts à la population canadienne en matière de voyages et de tourisme et, en ces temps d’incertitude économique, il est très important d’offrir un service d’un bon rapport qualité-prix. Parcs Canada reconnaît que, pour être compétitive sur le marché canadien du tourisme et attirer un plus grand nombre de visiteurs dans ses lieux patrimoniaux, elle doit veiller à offrir la meilleure qualité possible, que ce soit dans ses programmes (visites guidées, activités d’interprétation, activités récréatives, etc.) ou dans ses services (hébergement, service de réservation, etc.) et elle doit faciliter les occasions, pour les Canadiens et Canadiennes, de découvrir la nature et l’histoire de manière à répondre à leurs besoins. C’est pourquoi, Parcs Canada hausse sa cible de rendement en ce qui concerne le nombre de visiteurs satisfaits de leur visite, en la faisant passer à 90 pour 100 à partir de l’exercice 2010-2011.

Parcs Canada reconnaît également qu’il faut énormément de travail pour maintenir un niveau élevé de satisfaction des visiteurs dans tous ses lieux patrimoniaux. Un important facteur qui contribue au niveau de satisfaction des visiteurs est la qualité des interactions avec le personnel de l’Agence. En 2009-2010, Parcs Canada a mis en œuvre des normes de service de qualité, en établissant une promesse de services de haut niveau pour les visiteurs. Elle a également élaboré des lignes directrices qui axent ses ressources sur des activités de prévention favorisant des interactions positives avec les visiteurs. À l’appui de ces deux initiatives, une formation a été offerte à 4 672 membres du personnel sur le terrain.

La disponibilité et la qualité des services s’ajoutent aux facteurs qui contribuent à la satisfaction générale. Même si le niveau de satisfaction à cet égard demeure élevé, Parcs Canada, désireuse de répondre aux besoins changeants des visiteurs, a introduit de nouvelles formes d’hébergement en camping, telles que des yourtes et des tentes-chalets, et elle a gelé les droits d’entrée des personnes pour l’année.

Activité de programme 5 : INFRASTRUCTURE DES LOTISSEMENTS URBAINS ET ROUTES DE TRANSIT


Ressources financières
  Ressources humaines
2009-2010 (000 $)   2009-2010 (Équivalents temps plein)
Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles   Prévues Réelles Écart
97 086 141 787 153 628   322 260 62

Avantages pour les Canadiens et Canadiennes

L’infrastructure des lotissements urbains et des routes de transit de Parcs Canada offre divers avantages aux Canadiens et Canadiennes. Les routes et les autoroutes entretenues par Parcs Canada qui traversent les parcs nationaux fournissent des liaisons essentielles à un certain nombre de collectivités du pays. Un réseau de voies navigables soutient la navigation commerciale et la navigation de plaisance. Les barrages qui font partie de l’infrastructure des voies navigables règlent le niveau des eaux en fournissant de l’eau pour la navigation, la consommation et la protection contre les incendies.

Cinq des parcs nationaux du Canada sont de véritables havres pour des lotissements urbains dynamiques, auxquels Parcs Canada fournit entre autres, une palette de services municipaux. L’Agence veille par ailleurs à la gestion et à l’entretien des routes et des voies navigables provinciales et interprovinciales qui relient les collectivités et traversent les parcs et les lieux historiques nationaux.

Attentes en matière de rendement

Résultat attendu
L’état de l’infrastructure contemporaine des lotissements urbains et des voies navigables est maintenu ou amélioré, et les routes de transit sont ouvertes à la circulation.

Le résultat attendu pour cette activité de programme se mesure au moyen de trois indicateurs de rendement.

Indicateur de rendement 1 Cible et date prévue pour l’atteindre Progrès en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage des biens contemporains des lotissements urbains dont l’état est maintenu, et le pourcentage des biens contemporains des lotissements urbains cotés faibles ou passables dont l’état est amélioré L’état de 75 % des biens contemporains des lotissements urbains est maintenu et l’état de 25 % des biens cotés faibles ou passables est amélioré d’ici mars 2013

Parcs Canada a entrepris trois grands projets d’immobilisations pour maintenir ou améliorer l’état des biens, en investissant 13,2 millions de dollars en 2009-2010

Le rendement sera évalué en 2013

Les progrès réalisés pour atteindre le résultat ciblé sont détaillés dans le texte suivant

Plan communautaire de Lake Louise : http://www.pc.gc.ca/fra/pn-np/ab/banff/docs/planll/index.aspx
Plan communautaire de Wasagaming : http://www.pc.gc.ca/~/media/pn-np/mb/riding/pdf/2000wasag_f.ashx
Plan directeur du PN de Prince Albert : http://www.pc.gc.ca/~/media/pn-np/sk/princealbert/pdfs/pd-mp_f.ashx
Plan directeur du PN des Lacs-Waterton : http://www.pc.gc.ca/pn-np/ab/waterton/plan/index_f.asp
Plan communautaire de Field : http://www.pc.gc.ca/fra//docs/v-g/yoho/fieldplan/index.aspx

Analyse du rendement

En 2009-2010. Parcs Canada a investi environ 13,2 millions de dollars dans des projets d’immobilisations pour maintenir ou améliorer l’état de ses biens contemporains dans les lotissements urbains. Parcs Canada fournit un certain nombre de services municipaux et connexes aux lotissements urbains suivants situés dans ses parcs nationaux : Field dans le parc national Yoho, Lake Louise dans le parc national Banff, Wasagaming dans le parc national du Mont-Riding, Waskesiu dans le parc national de Prince Albert et Waterton dans le parc national des Lacs-Waterton.

Parcs Canada suit normalement un cycle quinquennal pour faire l’évaluation de ses biens et valider en même temps les données dans le système de gestion des biens. Étant donné que les efforts sont actuellement axés sur l’exécution de projets associés au Plan d’action économique du Canada, l’Agence a reporté à plus tard certaines évaluations. L’inspection des biens devrait se faire un peu plus tard en 2010 à Waterton et à Wasagaming, en 2011 à Waskesiu et en 2012 à Field et à Lake Louise.

L’information actuelle sur l’état des biens contemporains situés dans les cinq lotissements urbains est présentée à la figure 11. Pour le moment, 161 biens contemporains sont en bon état, 28 ont été fermés et les 181 autres sont dans un état passable ou mauvais. Cet inventaire des biens sera utilisé à l’avenir comme référence pour déterminer les futurs progrès. Les projets visant à améliorer l’état des biens sont décrits à la figure 12.

FIGURE 11
État des biens contemporains des lotissements urbains

Lotissement urbain Évaluation de l’état  
Bon Passable Mauvais Fermé Non évalué Total
Field 16 3       19
Lake Louise 24 4 3 4 2 37
Wasagaming 55 22 11     88
Waskesiu 36 35 20     91
Waterton 30 44 39 24   137
Total 161 108 73 28 2 372
Pourcentage 43 % 29 % 20 7,5 % 0,5 % 100 %

FIGURE 12
Projets d’immobilisations dans les lotissements urbains

Lotissement urbain Bien État avant le projet Description du projet État attendu à la fin du projet Date prévue de fin de projet
Wasagaming Lagune Mauvais Amélioration du réseau d’égouts Bon Mars 2011
Waskesiu Chemins du lotissement urbain Passable et mauvais Remplacement du revêtement et reconstruction de
12,5 km de chemins résidentiels sérieusement détériorés
Bon Décembre 2010
Installation de traitement des eaux usées Mauvais Amélioration des cellules no 1 et no 2 et installation de deux filtres intermittents à sable Bon Août 2010

 

Indicateur de
rendement 2
Cible et date prévue pour l’atteindre Progrès en date de mars 2010 État du rendement
Le pourcentage des biens contemporains des voies navigables dont l’état est maintenu, et le pourcentage des biens contemporains des voies navigables cotés faibles ou passables dont l’état est amélioré L’état de 75 % des biens contemporains des voies navigables est maintenu et l’état de 25 % des biens contemporains des voies navigables
cotés faibles ou passables est amélioré d’ici mars 2013

Parcs Canada a entrepris 19 projets pour améliorer l’état des biens contemporains des voies navigables
en investissant
5,7 millions de dollars en 2009-2010

Le rendement sera évalué
en 2013

Les progrès réalisés pour atteindre le résultat ciblé sont détaillés dans le texte suivant

Analyse du rendement

En plus des investissements qu’elle a faits pour améliorer l’état des biens contemporains des voies navigables, Parcs Canada a commencé à investir, par l’entremise du Plan d’action économique du Canada, dans 19 projets destinés à améliorer les déversoirs, les écluses, les barrages, les ponts et les murs de soutènement dans les canaux qui étaient dans un état passable ou mauvais. La valeur prévue de ces projets est de 35 millions de dollars, dont 5,7 millions ont été dépensés en 2009-2010. Ces projets comprennent la remise en état des barrages et des tabliers de ponts en béton ainsi que la remise en état des tabliers en acier et la pose des couches protectrices. Ces projets amélioreront l’état d’un bon nombre de biens situés sur les canaux de Chambly, de Lachine et Rideau ainsi que sur la voie navigable Trent-Severn.

Sur les 231 barrages gérés par Parcs Canada, 206 barrages et structures de rétention des eaux font partie des biens des voies navigables de l’Agence et constituent un sous-ensemble complexe. Ces barrages se trouvent principalement en Ontario et au Québec et dans divers parcs nationaux et lieux historiques nationaux du pays. Pour réduire les risques potentiels de danger et en assurer une gestion active continue, l’Agence a mis en œuvre la Directive du programme de sécurité des barrages en avril 2009 et a fait des progrès depuis. L’objectif est de fournir une gestion uniforme de la sécurité des structures de Parcs Canada et de se conformer aux pratiques de sécurité des barrages dans les provinces concernées ainsi qu’aux pratiques exemplaires à l’échelle nationale et internationale. Le financement du Plan d’action économique sert à remettre en état des barrages situés le long de la voie navigable Trent-Severn, l’écluse 37 – Bolsover (voie navigable Trent-Severn), le barrage-déversoir de Jones Falls (canal Rideau) et à remplacer des pièces de bois des barrages en bois dans la région d’Haliburton. Dans les deux dernières années, la majorité des barrages (31 sur 42) qui ont fait l’objet d’une inspection ont été déterminés être dans un état bon ou passable.

La classification préliminaire des dangers, première étape de l’application de la directive sur la sécurité des barrages, est maintenant terminée pour 165 barrages. Cette détermination préliminaire des dangers est un élément clé du programme de sécurité des barrages de Parcs Canada étant donné qu’elle a une influence directe sur la fréquence et le type des inspections. La classification du canal Rideau, du canal de St. Peters et du canal de Sault Ste. Marie a été effectuée en 2008, celle de la voie navigable Trent-Severn en 2009. La classification des 41 autres barrages est prévue pour 2010. Jusqu’à présent, 97 barrages dans les voies navigables sont classés parmi les biens présentant un risque élevé, ce qui signifie qu’ils peuvent constituer un risque pour la sécurité des personnes ou que l’infrastructure et les services ont subi des dommages importants. Ces barrages à risque élevé ont besoin de plus d’attention et d’inspections plus fréquentes en raison des conséquences possibles de leur mauvais fonctionnement. Jusqu’à présent, 158 barrages ont été classés comme présentant un risque élevé, important ou faible et chacun d’eux devra être soumis à un examen de sécurité effectué par une équipe d’ingénieurs. Quatre barrages à risque élevé du canal Rideau ont été soumis à un examen de sécurité et un examen est actuellement en cours sur les lieux de deux barrages de la voie navigable Trent-Severn.

Les ponts au-dessus des voies navigables constituent eux aussi des biens de valeur. Parcs Canada possède 116 ponts routiers, passerelles pour piétons et ponceaux construits au-dessus de ses voies navigables. Ils enjambent la voie navigable Trent-Severn, le canal Rideau et principalement quatre canaux de navigation dans la région de Montréal : les canaux de Carillon, de Chambly, de Lachine et de Saint-Ours. L’état de 73 pour 100 de ces ponts a été évalué au cours des cinq dernières années; 21 sont en bon état, 37 dans un état passable et 25 en mauvais état.

Parcs Canada a non seulement élaboré et mis en œuvre des politiques, des directives et des normes, mais elle a aussi pris de mesures actives pour assurer la sécurité des visiteurs et du personnel, en investissant de manière stratégique les fonds obtenus par l’entremise du Plan d’action économique dans la réfection et la remise en état des infrastructures des voies navigables à risque élevé.

Le pont du chemin Lakeshore et le pont no 60 Port Severn du lieu historique national de la Voie-Navigable-Trent-Severn ainsi que le pont no 9 du lieu historique national du Canal-de Chambly sont en reconstruction et des améliorations sont apportées aux ponts du lieu historique national du Canal-Rideau situés à Perth, Smith's Falls et au poste d'éclusage Rideau Narrows.

En plus de prendre des décisions responsables et de réorienter ses ressources pour atténuer les risques potentiels, Parcs Canada renforce sa capacité afin de gérer plus efficacement son portefeuille des voies navigables, en veillant à ce que le personnel connaisse les directives et les normes de l'Agence et les applique.

De plus amples renseignements sur l'état des biens des voies navigables et sur les projets visant à l'améliorer sont présentés aux figures 13, 14 et 15.

FIGURE 13
Classification des dangers des barrages

Voies navigables Nbre de bar-
rages
Nbre de barrages classifiés Résultats de la classification des dangers
Risque élevé Risque important Faible risque Très faible risque Non évalué
Canaux de Carillon, de Chambly, de Lachine, de Sainte-Anne-de-Bellevue et de Saint-Ours 40 0         40
Canal Rideau 40 40 17 13 7 3  
Canal de St. Peters 1 1       1  
Canal de Sault Ste. Marie 1 1   1      

Voie navigable Trent-Severn

124 123 80 23 17 3 1
Total 206 165 97 37 24 7 41
Pourcentage 100 % 80 % 47 % 18 % 12 % 3 % 20 %

FIGURE 14
État des ponts et des barrages sur les voies navigables

Voies navigables Nombre et pourcentage Évaluation de l’état
Bon Passable Mauvais Fermé Non évalué
Ponts 116 21 37 25 6 27
100 % 18 % 32 % 22 % 5 % 23 %
Barrages 206 7 24 9 2 164
100 % 3 % 12 % 4 % 1 % 80 %

FIGURE 15
Exemples de projets liés aux ponts et aux barrages sur les voies navigables

Voies navigables Bien État Projet État attendu à la fin du projet Date prévue de fin de projet
Canal de Chambly Pont no 9 À réévaluer Réfection majeure du pont no 9 Bon Décembre 2010
Déversoirs
no 3 et no 4
Passable Réfection des déversoirs no 3 et no 4 Bon Novembre 2010
Canal de Lachine Écluses no 1
et no 2
Mauvais Réfection des écluses no 1 et no 2 Passable Mars 2011
Canal Rideau Pont de Perth Mauvais Réfection des parties tournantes et fixes du pont de Perth Bon Janvier 2011
Mur de soutènement Mauvais Réfection des murs de soutènement dans le secteur d’Ottawa Bon Mars 2011
Pont de Smiths Falls Mauvais Réfection du pont tournant sur la rue Abbott à Smiths Falls Bon Novembre 2010
Voie navigable
Trent-Severn
Pont no 60 Mauvais (Fermé en 2009 pour des raisons de sécurité) Réfection du pont no 60 - Bolsover Bon Janvier 2011
Pont no 50 Mauvais (Fermé en août 2008 pour des raisons de sécurité) Réfection du pont no 50 - Bolsover Bon Juillet 2010
Pont no 43 Mauvais (Fermé en décembre 2008 pour des raisons de sécurité) Réfection du pont no 43 - Bolsover Bon Mars 2011
Barrages d’Haliburton Mauvais Remplacement du bois dans les barrages d’Haliburton Bon Juillet 2010

 

Indicateur de
rendement 3
Cible et date prévue pour l’atteindre Résultat en date de mars 2010 État du rendement
Nombre de jours de fermeture des routes de transit en raison
de leur état
0 jour de fermeture des routes de transit en raison de leur état

0 jour de fermeture en 2009-2010

Satisfait à toutes les attentes

Rapport et études sur le réseau routier national : http://www.comt.ca/french/rapports.htm

Analyse du rendement

Parcs Canada n’a observé aucune fermeture de route servant à la circulation de transit pour cause de mauvais état. Pour continuer à atteindre cette cible de rendement, l’Agence a entrepris, avec le financement obtenu par l’entremise du Plan d’action économique, du Fonds pour les portes d’entrée et les passages frontaliers et de l’Initiative de la Porte et du corridor canadiens de l’Asie-Pacifique, de nombreux projets destinés à améliorer l’état des routes. En date du 31 mars 2010, la distance totale des routes de transit administrées par Parcs Canada était de 1 058 kilomètres4.

L’élargissement à quatre voies de la Transcanadienne près du parc national Banff se poursuit. L’investissement total dans l’élargissement de la Transcanadienne est de 267 millions de dollars : 130 millions sont fournis sur une période de cinq ans (2009-2010 à 2013-2014) par l’entremise du Plan d’action économique; 100 millions, investis sur une période de cinq ans (2008-2009 à 2012-2013), proviennent du Fonds pour les portes d’entrée et les passages frontaliers; et 37 millions sont investis sur une période de trois ans (2007-2008 à 2009-2010) par l’entremise de l’Initiative de la Porte et du corridor canadiens de l’Asie-Pacifique. En 2009-2010, l’Agence Parcs Canada a investi un total de 71,1 millions de dollars.

Une première portion de l’autoroute à l’est de Lake Louise (neuf kilomètres) a été mise en service en août 2009 et a nettement amélioré la sécurité en réduisant les problèmes de congestion sur ce tronçon. Le travail réalisé comprend des nouveaux ponts ainsi que des clôtures et des passages pour la faune, qui améliorent l’intégrité écologique. Les travaux se poursuivent actuellement sur 14 kilomètres, plus près de Lake Louise et devraient se terminer à l’automne 2011. Un autre tronçon de neuf kilomètres de la Transcanadienne, qui ira jusqu’à la frontière entre l’Alberta et la Colombie-Britannique devrait être complété en 2012. Tous les travaux, ponts, clôtures et passages fauniques y compris, devraient être terminés en 2013-2014.

Parcs Canada a également investi plus de 13 millions de dollars, au cours de l’exercice 2009-2010, dans divers projets concernant d’autres routes de transit. Ainsi, la reconstruction et le renouvellement de la couche de surface de nombreux tronçons de la piste Cabot dans le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton devraient améliorer l’accès des visiteurs et la sécurité du public. La réparation du revêtement de l’autoroute 16 dans le parc national Jasper et de l’autoroute 93 Sud dans le parc national Kootenay devrait régler les problèmes immédiats de sécurité. Il faut aussi mentionner la remise en état complète du pont de la rivière Belly sur la route du Mont-Chief dans le parc national des Lacs-Waterton. Le financement du Plan d’action économique est également utilisé pour améliorer l’état des routes dans le village de Banff et aux alentours (travaux terminés en 2009-2010) ainsi que dans le centre de villégiature de Waskesiu (travaux réalisés sur une période de deux ans se terminant en 2010-2011).

Leçons apprises

Parcs Canada accorde beaucoup d’importance à la gestion active et responsable de ses biens. En plus d’un cadre stratégique détaillé, l’accès à des données pertinentes et précises est essentiel pour déterminer les secteurs de risque potentiels et pour soutenir un processus de prise de décisions éclairées dans l’atténuation des risques. Parcs Canada a obtenu des fonds par l’entremise du Plan d’action économique et a réorganisé ses ressources de façon à gérer les risques reconnus en s’appuyant sur les données disponibles. L’Agence continue à déterminer des façons de mieux intégrer l’information sur les projets de gestion des biens dans ses outils et systèmes afin de fournir au bon moment des données exactes et cohérentes à l’échelle nationale, qui facilitent une prise de décisions informées et des investissements judicieux.

SERVICES INTERNES


Ressources financières
  Ressources humaines
2009-2010 (000 $)   2009-2010 (Équivalents temps plein)
Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles   Prévues Réelles Écart
79 270 83 262 87 830   487 523 36

Note: Les dépenses réelles dépassent le total des autorisations en raison du réalignement interne des programmes et des priorités.

Les services internes sont des groupes d’activités et de ressources connexes qui sont gérés de façon à répondre aux besoins des programmes et des autres obligations générales d’une organisation. Les services internes comprennent uniquement les activités et les ressources destinées à l’ensemble d’une organisation et non celles fournies à un programme particulier. On trouvera les activités réalisées par Parcs Canada en 2009-2010 et associées aux plans présentés dans son Plan d’entreprise 2009-2010 à 2013-2014 à la section 3.

Date de modification :