Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada - Rapport

Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à  des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à  jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à  la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à  la page « Contactez-nous ».

Section II – Analyse des activits de programme par rsultat stratgique

Rsultat Stratgique - Les gens : des professionnels hautement qualifiés en sciences et en génie au Canada

En appuyant 29 500 tudiants et stagiaires postdoctoraux dans les universits canadiennes et l'tranger, en offrant des programmes d'aide au corps enseignant des universits et en faisant la promotion des sciences et du gnie auprs des jeunes Canadiens, le CRSNG assurera un effectif adquat de personnel hautement qualifi (PHQ) pour l'industrie, le gouvernement et le milieu universitaire au Canada. La majorit des tudiants appuys par le CRSNG souhaitent vivement faire carrire en R et D. D'ailleurs, les donnes sur le rendement recueillies indiquent que c'est le cas dans une large mesure. L'aide la formation assure par le CRSNG permettra au Canada de maintenir ou d'accrotre le nombre de chercheurs qui occupent un emploi au pays. La figure 2.1 prsente le nombre total de chercheurs par millier d'employs par rapport d'autres pays de l'Organisation de coopration et de dveloppement conomiques (OCDE). l'heure actuelle, le Canada occupe le 11e rang, mais il suit de prs l'Australie au 9e rang moins de 2 %. Au Canada, le nombre de chercheurs par millier d'emplois a augment de 26 % au cours des10 dernires annes, comparativement une hausse moyenne de 19 % au sein de l'OCDE.

Nombre de chercheurs par millier d'emplois, 2007 ou anne la plus rcente

Nombre de chercheurs par millier d'emplois, 2007 ou anne la plus rcente

On trouvera ci-aprs des prcisions sur le rendement du CRSNG pour les trois activits de programme qui se rapportent ce rsultat stratgique. Parmi les retombes pour le Canada, mentionnons le renforcement de la culture des sciences et de l'innovation au pays, les mesures encourageant les jeunes tudier en sciences et en gnie, l'augmentation du nombre de titulaires d'un diplme d'tudes suprieures en sciences et en gnie ainsi que l'appui aux meilleurs scientifiques et ingnieurs afin qu'ils incitent d'autres chercheurs et tudiants de fort calibre s'installer au Canada ou y demeurer.

Activit de programme: Promouvoir les sciences et le génie

Description : Cette activit de programme stimule l'intrt de tous pour les sciences, les mathmatiques et le gnie et vise dvelopper chez les jeunes Canadiens des aptitudes en sciences, en mathmatiques et en gnie.

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
6,5 6,6 6,6 1 1 0
Résultat escompté Indicateurs de rendement Cibles Rendement Sommaire du rendement
On encourage les étudiants à s’intéresser à la recherche en sciences naturelles, en mathématiques et en génie. Pourcentage des projets de promotion des sciences où les activités prévues ont été réalisées avec succès Supérieur à 80 % Résultats dépassant les attentes D’après les enquêtes menées auprès des ex-titulaires, 85 % des subventions de PromoScience ont permis d’atteindre pleinement les objectifs visés.
Nombre d'activités de transfert de connaissances qui ciblent les enseignants Supérieur à 100 % Résultats dépassant les attentes Plus de 2 500 enseignants ont bénéficié de quelques 200 activités de transfert de connaissances qui ont eu lieu.

Principaux programmes
Programme Description Dépenses en 2009-2010
(en millions de dollars)
PromoScience Le programme PromoScience offre un appui aux organismes sans but lucratif qui œuvrent auprès des jeunes Canadiens afin de nourrir leur intérêt pour les sciences et le génie, de motiver et d’encourager leur participation aux activités liées aux sciences et au génie, et de former les enseignants chargés de l’enseignement des sciences et des mathématiques aux jeunes Canadiens. 2,7
CRYSTAL Ce programme réunit des partenaires partageant l’objectif d’aider les enseignants de sciences et de mathématiques à perfectionner leurs compétences et à en acquérir de nouvelles, d’une part, et d’améliorer les ressources dont ils disposent pour mieux préparer les jeunes Canadiens dans ces matières fondamentales, d’autre part. 0,6
Prix Ils rendent hommage à des chercheurs canadiens, à des équipes de recherche et à des étudiants qui se sont particulièrement distingués. Ils permettent de renforcer le développement de carrière de scientifiques et ingénieurs remarquables et fort prometteurs et de souligner l’excellence soutenue des membres du corps enseignant des universités canadiennes. Ils reconnaissent aussi publiquement les partenariats durables en R et D établis entre les universités et l’industrie, et rendent hommage aux jeunes entrepreneurs canadiens. 2,4

Grâce au programme PromoScience, les organisations vouées à la promotion des sciences peuvent offrir davantage de possibilités et faire participer beaucoup plus de jeunes Canadiens, en particulier les filles et les jeunes Autochtones. Ces efforts revêtent d’autant plus d’importance que, comparativement aux jeunes de nombreux autres pays, les jeunes Canadiens qui entrent à l’université sont moins enclins à choisir les sciences ou le génie (voir la figure 2.2). Un rapport final est présenté à la fin de la période de validité de chaque subvention PromoScience. Quatre-vingt-cinq pour cent des titulaires de subventions ayant pris fin en 2009-2010 considèrent que cette aide a porté ses fruits. Grâce aux subventions, les organismes participants ont pu interpeler des centaines de milliers de jeunes Canadiens et promouvoir une culture des sciences.

Premier diplme universitaire décerné en sciences naturelles ou en génie par habitant, 2006 or année la plus récente

Premier diplme universitaire décerné en sciences naturelles ou en génie par habitant, 2006 ou année la plus récente

Mis sur pied en octobre 2003 en tant que programme pilote, le programme CREAS a accru la portée et changé la nature des activités de recherche sur l’enseignement des sciences, des mathématiques et de la technologie. Le programme a accru les activités de valorisation des connaissances et de sensibilisation. En effet, les centres ont entrepris un large éventail d’activités, visant à atteindre les enseignants. À la fin de la troisième année, les centres comptaient à leur actif 677 activités de valorisation ou application des connaissances ciblant les enseignants et ils avaient élaboré 479 outils d’application des connaissances à leur intention. Malgré les bons résultats obtenus, le programme n’a pas dépassé l’étape de l’essai pilote après l’examen stratégique de 2008-2009, car on a jugé qu’il ne s’agissait pas d’un élément essentiel du mandat du CRSNG.

Titulaire d'une subvention PromoScience – ACTUA

Camps en sciences et en génie pour les jeunes Autochtones dans six collectivités rurales, nordiques et mal desservies

Cette subvention PromoScience a permis de tenir des ateliers pratiques sur mesure en sciences et en génie ainsi que de camps d’été pour les jeunes Autochtones de six collectivités : Rankin Inlet, Igloolik, Tuktoyaktuk, Kugaruuk, Nain et Charlottetown. Au total, 3 125 jeunes ont participé aux activités financées grâce à cette subvention d’une durée de trois ans, soit quatre fois plus que le nombre de 750 participants prévu à l’origine.

Ce programme visait à mobiliser les jeunes Autochtones et à les inciter à explorer et à découvrir les sciences et le génie en prenant part à des activités amusantes liées à leur vie quotidienne. En outre, des membres de la communauté autochtone servent de modèle ou de mentors pour faciliter la mise en œuvre de programmes en harmonie avec leur culture. La subvention du CRSNG a permis de mettre aux point de nouveaux programmes bien adaptés et un programme de formation d’une semaine qui propose des activités originales portant sur des sujets tels que l’espace, l’écologie, le génie et la chimie. Non seulement ces activités intègrent des éléments tels que la résolution de problème et le renforcement de l’esprit d’équipe, mais aussi elles montrent toutes aux jeunes l’importance des sciences et du génie dans leur vie de tous les jours. Qui plus est, en participant à ce programme, les jeunes Autochtones ont appris qu’ils avaient un rôle à jouer en façonnant une nouvelle génération de découvreurs et d’innovateurs fort variés.

Pour faire connaître les réalisations importantes de scientifiques et d’ingénieurs qui font de la recherche au Canada et aider par le fait même à garder au pays les professeurs d’université, le CRSNG décerne de prestigieux prix à des chercheurs individuels ou à des équipes de recherche. Le profil du lauréat de la Médaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en génie du Canada 2009-2010 est présenté ci-après.

Gilles Brassard, informatique
Universit de Montral

Se classant parmi les informaticiens les plus influents du monde, Gilles Brassard est considéré comme le fondateur de l’informatique quantique au Canada et l’un de ses pionniers dans le monde Grâce à sa pensée visionnaire et à ses travaux révolutionnaires, il a joué un rôle fondamental dans la transformation d’un sujet de recherche qui semblait au début marginal en un domaine passionnant et dynamique, où la mécanique quantique est utilisée de façon novatrice pour améliorer le traitement de l’information de façons qui paraissaient auparavant impossibles.

Parmi les percées les plus connues du professeur Brassard, signalons l’invention de la cryptographie quantique et de la téléportation quantique, qui sont largement considérées comme des pierres angulaires de l’informatique quantique. Ses autres découvertes influentes comprennent l’amplification de la confidentialité, la distillation de l’intrication et l’amplification de l’amplitude. La cryptographie quantique permet de communiquer en toute confidentialité à l’insu de n’importe quel intrus qui disposerait d’une puissance de calcul illimitée et d’une technologie restreinte uniquement par les lois de la physique.

Auteur de trois livres traduits en huit langues et ancien rédacteur en chef du Journal of Cryptology, Gilles Brassard a signé des articles scientifiques et des livres qui ont été cités plus de 15 000 fois. Au nombre des nombreuses distinctions qu’il a reçues, mentionnons qu’il est le premier Canadien à avoir été nommé Fellow de l’International Association for Cryptologic Research.

Activit de programme: Appuyer les étudiants et les stagiaires postdoctoraux

Description : Cette activité de programme appuie la formation de personnel hautement qualifié par l’entremise de programmes de bourses.

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
152,2 168,8 159,9 24 26 +2
Résultat escompté Indicateurs de rendement Cibles Rendement Sommaire du rendement
Un bassin de personnes hautement qualifiées (PHQ) ayant des connaissances scientifiques de pointe et des compétences en recherche au profit de l’industrie, du gouvernement et des universités du Canada. Pourcentage d’étudiants appuyés qui occupent un emploi au Canada après l’obtention de leur diplôme 750 % Résultats dépassant les attentes 82 % des étudiants épaulés travaillaient au Canada neuf ans après l’obtention de leur bourse et plus de la moitié de ceux qui étaient à l’étranger envisageaient de revenir au pays (données d’enquête du CRSNG, consultez la figure 2.3).
Taux moyen d’achèvement parmi les titulaires d’une bourse du CRSNG par rapport à la population d’étudiants en SNG Le taux d’achèvement des titulaires d’une bourse du CRSNG est 10 % supérieur à celui de la population générale d’étudiants en SNG. Résultats dépassant les attentes 98 % des participants ont achevé leur diplôme (maîtrise ou doctorat) à la suite de leurs études subventionnées par le CRSNG (données d’enquête du CRSNG, consultez la figure 2.3) par rapport à 80 % représentant l’ensemble des participants qui ont obtenu leur diplôme.
Principaux programmes
Programme Description Dépenses en 2009-2010
(en millions de dollars)
Programme de bourses de recherche de 1er cycle Ce programme offre une aide financière aux étudiants de 1er cycle pour qu’ils fassent un stage de quatre mois en recherche dans un laboratoire universitaire (3 411 bourses) ou industriel (740 bourses). 18,6
Programme de bourses d’études supérieures du CRSNG Le CRSNG appuie des étudiants au niveau de la maîtrise (920) et du doctorat (1 564), en leur accordant une bourse annuelle qui permet de soutenir leur intérêt pour la recherche. Ils peuvent obtenir ainsi un appui pendant quatre ans au maximum au cours de leurs études supérieures dans un établissement au Canada ou à l’étranger ou encore dans un laboratoire industriel canadien (544). 51,7

Programme de bourses d’études supérieures du Canada (BESC)

Les bourses d’études supérieures du Canada (qui peuvent être détenues uniquement dans une université canadienne) sont attribuées aux meilleurs candidats au niveau de la maîtrise (1 156) et du doctorat (1 037). Les suppléments pour études à l’étranger (82) permettent à des titulaires de BESC de poursuivre une formation de courte durée à l’extérieur du pays. Au cours de la première année du nouveau Programme de BESC Vanier, 54 bourses ont été accordées. 59,1

Programme de bourses postdoctorales du CRSNG et Programme de bourses postdoctorales de R et D industrielle

Ces bourses d’une durée de deux ans appuient les chercheurs qui ont obtenu leur doctorat et elles leur fournissent des fonds pour poursuivre leur programme de recherche. Les bourses postdoctorales peuvent être détenues dans n’importe quel établissement universitaire (504) et les bourses postdoctorales de R et D industrielle, au sein d’une entreprise canadienne active en recherche (214). 20,9

Le CRSNG offre un appui financier direct aux étudiants des premier, deuxième et troisième cycles par l’entremise de programmes comme ceux décrits ci-dessus. Le CRSNG apporte aussi une aide financière aux étudiants et aux stagiaires postdoctoraux grâce à l’appui offert par les professeurs au moyen de leurs subventions du CRSNG. Il offre également, de la même manière, un appui intégral ou partiel à la formation de 18 200 étudiants et stagiaires postdoctoraux.

Le CRSNG mène des enquêtes continues auprès des étudiants financés à tous les niveaux. La figure 2.3 met en évidence certaines réalisations importantes des étudiants et des stagiaires postdoctoraux financés par le CRSNG. Tous les programmes de bourses du CRSNG atteignent leurs objectifs, et les étudiants financés obtiennent à l’issue de leurs études des emplois bien rémunérés et productifs. La grande majorité (98 %) des étudiants appuyés par le CRSNG obtiennent leur diplôme et ce, plus rapidement que les autres étudiants (consultez la figure 2.4).

Depuis 1978, le CRSNG a appuyé la formation d’environ 90 000 étudiants à la maîtrise et au doctorat en SNG. Les résultats généraux au niveau macroéconomique pour les titulaires d’un diplôme universitaire en sciences naturelles ou en génie donnent une idée fort éloquente des résultats positifs du financement direct ou indirect du CRSNG pour les étudiants qui en bénéficient. Comme le montre la figure 2.5, le taux de chômage en sciences naturelles ou en génie est nettement inférieur au niveau national. Les salaires annuels dans ce groupe sont supérieurs de près d’un tiers à la moyenne nationale. Quant aux possibilités d’emploi, elles continuent d’augmenter alors que la main-d’œuvre en sciences naturelles et en génie a dépassé la barre du million de personnes, ce qui en fait le groupe professionnel ayant connu la croissance la plus rapide au cours des vingt dernières années.

Les principaux résultats de l’évaluation du Programme de bourses d’études supérieures du CRSNG et du Programme de bourses d’études supérieures du Canada terminée en 2009-2010 s’établissent comme suit.

Résultats de l'évaluation

Programme de bourses d’études supérieures (ES) du CRSNG et Programme de bourses d’études supérieures du Canada (BESC)

  • Les données montrent clairement que les bourses du CRSNG ont des effets positifs importants, notamment, l’augmentation du revenu des étudiants, la réduction de la nécessité du travail rémunéré, la réduction du fardeau de la dette d’études, l’amélioration de la capacité des bénéficiaires d’étudier où ils le souhaitent, l’augmentation de la participation des étudiants de doctorat à des activités de recherche fondamentale, l’augmentation de la participation des étudiants de maîtrise à la recherche dans différents environnements, l’augmentation du développement des compétences intellectuelles (auto-évaluation), amélioration de l’employabilité (auto-évaluation) et de la possibilité de faire valoir ses titres universitaires.
  • Au niveau du doctorat, les bénéficiaires d’une bourse ES et d’une BESC étaient quelque peu plus nombreux à avoir obtenu leur diplôme que ceux qui n’avaient pas reçu une bourse (23 % et 18 % respectivement, comparativement à 13 % des non-bénéficiaires).
  • Parmi les bénéficiaires de bourses, environ 85 % étaient d’accord pour dire que le gouvernement fédéral apporte une contribution significative au soutien de la formation en recherche au Canada.
  • Les étudiants de maîtrise qui ont reçu une bourse ES ou une BESC et qui ont, depuis, obtenu leur diplôme étaient plus susceptibles que les non-bénéficiaires d’occuper un emploi exigeant une maîtrise et relié à leurs études.

Figure 2.3 - Résultats ayant trait aux bourses du CRSNG

Étudiants de premier cycle
Résultats à court terme7
  • 90 % des répondants considèrent que leur expérience à titre de titulaires d’une BRPC a été de bonne à excellente.
  • Les étudiants affirment avoir appris des techniques et des méthodes pratiques et acquis des compétences essentielles en gestion.
  • 72 % des étudiants signalent que la supervision et la formation dont ils ont profité étaient excellentes.
  • 80 % des étudiants ont accru ou maintenu leur intérêt dans la recherche durant la période critique de leur choix de carrière.
  • 75 % des étudiants titulaires d’une BRPC en milieu industriel ont accru ou maintenu leur intérêt pour une carrière dans l’industrie.
Résultats à plus long terme8
  • La majorité des étudiants (70 %) croient essentiellement que l’expérience de travail qu’ils ont acquise dans le cadre de leur BRPC améliorera leur perspective d’emploi permanent.
  • Un nombre important (28 %) d’étudiants comptent poursuivre leurs études universitaires plus longtemps parce qu’ils ont acquis de l’expérience de travail dans le cadre de leur BRPC, en plus du tiers des étudiants qui prévoient déjà mener des études supérieures.
Étudiants aux cycles supérieurs
Résultats à court terme
  • 49 % des étudiants indiquent que leur bourse du CRSNG a été « très importante » dans leur décision de poursuivre leurs études aux cycles supérieurs.
  • 98 % des participants ont achevé leur diplôme (maîtrise ou doctorat) à la suite de leurs études subventionnées par le CRSNG.
  • Près de 44 % des étudiants estimaient que les fonds du CRSNG les aideraient à achever leur diplôme plus rapidement.
  • Les résultats scientifiques moyens par étudiant sont les suivants : 1,6 pour les publications dans des revues spécialisées, 1,3 pour les actes de conférences et 1,4 pour les présentations à l’occasion de conférences.
Résultats à plus long terme
  • Les étudiants diplômés sont moins confrontés à des problèmes de chômage (2,4 %) que la moyenne nationale (environ 7 %) des étudiants. 82 % des étudiants épaulés travaillaient au Canada neuf ans après l’obtention de leur bourse et plus de la moitié de ceux qui étaient à l’étranger envisageaient de revenir au pays.
  • La grande majorité (93 %) a trouvé un emploi à temps plein.
  • Plus de la moitié (59 %) signalent que leur emploi comporte des activités de recherche et développement.
  • Leur revenu est beaucoup plus élevé que celui de la moyenne canadienne, et plus de 74 % gagnent plus de 65 000 $ par année.
  • 65 % signalent que leurs études supérieures ont été « essentielles » à l’obtention de leur emploi actuel.
Stagiaires postdoctoraux
Résultats à court terme
  • 93 % des stagiaires postdoctoraux estiment que les fonds du CRSNG ont eu une importance de modérée à très grande dans leur décision de poursuivre leur recherche en milieu universitaire.
  • Les résultats scientifiques moyens par stagiaire sont les suivants : 3,7 pour les publications dans les revues spécialisées, 1,6 pour les actes de conférence et 2,1 pour les présentations à l’occasion de conférences.
  • La grande majorité des titulaires de BP (93 %) estiment avoir reçu une supervision adéquate.
  • Dans l’ensemble, 97 % des répondants ont déclaré que leur BP améliorerait leurs chances de trouver un emploi dans un domaine pertinent.
  • Près de 75 % des titulaires de BP prendraient la même décision, c’est-à-dire qu’ils accepteraient un poste de niveau postdoctoral après l’obtention de leur doctorat.
Résultats à plus long terme
  • Les titulaires de BP ont un taux de chômage de 0 %.
  • 82 % des stagiaires postdoctoraux gagnent plus de 75 000 $ par année.
  • 71 % des titulaires de BP ont obtenu un poste de professeur dans une université et contribuent à l’heure actuelle à la formation de la nouvelle génération de scientifiques et d’ingénieurs.
  • La vaste majorité (89 %) est encore engagée dans des activités de recherche, soit à titre de professeur universitaire, de chercheur ou d’ingénieur.
  • 78 % des stagiaires postdoctoraux soulignent que leur formation postdoctorale a joué un rôle fondamental dans leur carrière.

Dure moyenne des tudes menant  la matrise selon le domaine d'tudes

Dure moyenne des tudes menant la matrise selon le domaine d'tudes

Rsultats sur le march du travail relatifs aux scientifiques et ingnieurs (SNG)

Rsultats sur le march du travail relatifs aux scientifiques et ingnieurs (SNG)

Plan d'action conomique du Canada

Par l'entremise du Plan d'action conomique du Canada (PAEC), le gouvernement fdral a temporairement tendu le Programme de bourses d'tudes suprieures (BESC) qui appuie les meilleurs tudiants la matrise et au doctorat du Canada. Il a notamment prvu 35 millions de dollars sur trois ans au titre du Programme de bourses d'tudes suprieures du Canada (BESC) pour permettre au CRSNG d'accorder 200 bourses de doctorat supplmentaires pendant trois ans en 2009-2010 et 400 bourses de matrise supplmentaires en 2009-2010 et en 2010-2011.

Par l'entremise du PAEC, le gouvernement fdral a galement fourni 3,5 millions de dollars de plus sur deux ans afin d'offrir 600 stages d'tudes suprieures supplmentaires dans le domaine des sciences et des affaires dans le cadre du Programme de stages en R et D industrielle (SRDI) qui a t instaur dans le budget de 2007. Le Programme de SRDI vise crer des dbouchs supplmentaires pour les tudiants comptents des cycles suprieurs et les stagiaires postdoctoraux en les mettant en contact avec les entreprises qui peuvent favoriser leurs talents et en tirer parti. Par consquent, le programme contribue accrotre les activits de sciences et technologie (S et T) des entreprises et cre de nouvelles occasions pour le personnel hautement qualifi.

Par l'entremise du PAEC, le programme Acclration Canada a reu, en plus de sa subvention actuelle, 2,5 millions de dollars en fonds de stimulation conomique pour le Programme de SRDI afin d'offrir 350 stages supplmentaires en 2009-2010, c'est--dire un total de 1 000 stages. En outre, aprs un solide examen du rendement, la subvention du programme Acclration Canada a t prolonge d'un an grce au solde de 1 million de dollars du budget de 2009 et du financement initial de 5,8 millions de dollars provenant du budget de 2007, ce qui permettra Acclration Canada d'offrir 1 000 bourses en 2010 2011.

Bien qu'il soit trop tt pour recueillir les renseignements sur le rendement pour les dpenses lies au PAEC, tout indique que les effets seront trs similaires aux excellents rsultats prsents la figure 2.3 pour les tudiants des cycles suprieurs et les stagiaires postdoctoraux.

Activité de programme: Attirer et garder en poste des membres du corps d'enseignant

Description : Cette activité de programme vise à attirer et à garder en poste les membres du corps enseignant.

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
167,2 165,2 154,6 11 11 0
Résultat escompté Indicateurs de rendement Cibles Rendement Sommaire du rendement
Capacité de recherche accrue en sciences et en génie Nombre de nouveaux candidats, instruits à l’étranger, présentant une demande au Programme de subventions à la découverte du CRSNG Plus de 100 par année Résultats dépassant les attentes Le Canada continue d’attirer un grand nombre de professeurs d’université de l’étranger (consultez les figures 2.6 et 2.7). En 2010, près de 200 nouveaux titulaires de subventions à la découverte arrivaient de l’étranger.
Nombre de professeurs appuyés par le CRSNG qui quittent le pays Moins de 100 par année Résultats dépassant les attentes Moins de 0,5 % des titulaires de subventions du CRSNG quittent le Canada pour aller travailler à l’étranger au cours d’une année donnée (consultez la figure 2.8). Seulement 16 ont quitté le pays en 2009‑2010.
Principaux programmes
Programme Description Dépenses en 2009-2010
(en millions de dollars)
Programme des chaires de recherche du Canada Ce programme des trois organismes subventionnaires (CRSNG, IRSC et CRSH) accorde un appui financier à un maximum de 2 000 professeurs de toutes les régions du Canada, dont 900 occupent un poste en SNG. L’objectif clé de ce programme est de permettre aux universités canadiennes d’atteindre les niveaux d’excellence les plus élevés en recherche et de devenir des centres de recherche de calibre international dans l’économie mondiale axée sur le savoir. 117,6
Programme de professeurs-chercheurs industriels du CRSNG Ce programme aide les universités à créer la masse critique d’expertise requise et à nouer des relations durables avec des partenaires industriels dans des domaines de recherche d’intérêt pour l’industrie. Les chaires de recherche industrielle peuvent également améliorer la capacité des universités à recruter des chercheurs chevronnés et des directeurs de recherche provenant de l’industrie ou d’autres secteurs. 27,0

La figure 2.6 indique le nombre de nouveaux candidats au Programme de subventions la dcouverte, le plus important programme du CRSNG, qui ont obtenu la fois leur baccalaurat et leur doctorat l'tranger (ce nombre donne une bonne ide de l'attrait du programme puisque la grande majorit des nouveaux professeurs en sciences naturelles et en gnie prsentent une demande au programme). Comme l'indique la figure, les universits canadiennes attirent chaque anne dans leur corps professoral des centaines de personnes ayant fait leurs tudes l'tranger. Plus de 30 % des nombreux candidats qui prsentent leur premire demande au CRSNG ont fait leurs tudes l'tranger. Les investissements rcents effectus par le gouvernement dans la recherche universitaire ont cr un milieu attrayant pour la recherche et des personnes hautement qualifies d'autres pays viennent au Canada pour y faire carrire.

Le Programme de chaires de recherche du Canada a contribu crer au pays un climat de recherche propre attirer les meilleurs chercheurs et les conserver de faon durable. Un nombre important de titulaires de chaire ont t attirs au Canada et de nombreux scientifiques canadiens de haut calibre sont demeurs au pays aprs avoir obtenu une chaire. La figure 2.7 montre le pourcentage de titulaires d'une chaire de recherche du Canada en sciences naturelles et en gnie recruts l'tranger depuis le dbut du programme. (Remarque : les variations la figure 2.7 rsultent de la petite taille des cohortes enregistres certaines annes.)

Nombre de nouveaux candidats au Programme de subventions a la dcouverte du CRSNG ayant fait leurs tudes  l'tranger

Nombre de nouveaux candidats au Programme de subventions a la dcouverte du CRSNG ayant fait leurs tudes l'tranger

Recrutement de titulaires de chaires de recherche de Canada (CRSNG)  l'tranger, par anne

Recrutement de titulaires de chaires de recherche de Canada (CRSNG) l'tranger, par anne

Le CRSNG se penche galement sur les raisons qui motivent les titulaires lorsqu'ils abandonnent leur chaire avant la fin du mandat. Comme l'illustre la figure 2.8, peu de professeurs appuys par le CRSNG ont invoqu leur dpart du pays pour expliquer qu'ils abandonnaient leur chaire au cours des dix dernires annes. Les professeurs appuys par le CRSNG qui quittent le pays reprsentent un pourcentage extrmement faible sur les quelque 12 000 professeurs bnficiant d'un appui du CRSNG chaque anne et ils sont beaucoup moins nombreux que les nouveaux professeurs attirs au Canada chaque anne (consultez les figures 2.6 et 2.7).

Nombre de professeurs appuys par le CRSNG qui on quitt le pays

Nombre de professeurs appuys par le CRSNG qui on quitt le pays

En 2009-2010, Eldad Haber de la University of British Columbia a t dsign comme titulaire de l'une des 21 nouvelles chaires de recherche industrielle pour ses travaux en goscience. On trouvera ci-aprs un portrait de M. Haber.

Eldad Haber
Chaire de recherche industrielle CRSNG-Barrick-Xstrata-Teck-Newmont-Vale en informatique applique aux gosciences

L'industrie a eu recours des mthodes lectromagntiques pour dcouvrir des minraux, du ptrole et des contaminants souterrains et, rcemment, pour surveiller le CO2. Une caractristique cl de la technologie est qu'elle offre la capacit de simuler des champs lectromagntiques dans des milieux hautement homognes et, l'aide des mesures lectromagntiques, de produire une image tridimensionnelle de la Terre qui correspond aux donnes. On propose, dans le cadre de la chaire, d'laborer des simulations modernes ainsi que des algorithmes et des codes d'optimisation afin d'obtenir une reprsentation souple et exacte des champs lectromagntiques de la Terre et de leur conductivit. Les codes et les algorithmes issus des travaux de recherche de la chaire accrotront la prcision de la dtection de minraux et donc la rentabilisation et l'cologisation des activits d'exploration.

Le titulaire a travaill chez Schlumberger. Depuis sept ans, il est professeur d'informatique applique aux sciences au Dpartement d'informatique et de mathmatiques de la Emory University, et il contribue depuis 15 ans la cration de codes de modlisation et de simulation pour des entreprises minires du monde entier.

L'exploitation et l'exploration minires reprsentent une part importante de l'conomie canadienne, et amliorer les activits d'exploration minire en les rendant plus cologiques et plus rentables est un objectif conomique important. De plus, la cration de codes permettra l'industrie de progresser sur le plan technologique et ncessitera du personnel hautement qualifi.

Rsultat stratgique - La dcouverte : la recherche concurrentielle de haute qualit en sciences naturelles et en gnie au Canada

Le CRSNG stimule et favorise l'excellence mondiale en recherche axe sur la dcouverte. C'est sur la recherche fondamentale que reposent tous les progrs scientifiques et technologiques, et cette recherche permet de former les gens qui peuvent gnrer de nouvelles connaissances au Canada et bien saisir les nouvelles connaissances gnres de par le monde. Si le Canada demeure la fine pointe de la cration de connaissances, c'est qu'il dispose d'une solide capacit de recherche fondamentale dans une foule de disciplines allant des domaines traditionnels en SNG jusqu' de nouvelles disciplines telles que la gnomique, la nanotechnologie et l'informatique quantique. Cette activit de programme permet aussi au Canada de connatre et de tirer parti des progrs en S et T raliss dans d'autres pays.

L'un des premiers rsultats tangibles des investissements dans la R et D universitaire est la publication d'articles dans une revue scientifique ou de gnie. Comme la grande majorit (prs de 90 %) des publications du Canada en sciences et en gnie sont produites par les chercheurs universitaires, celles-ci constituent un bon indicateur du rsultat direct du financement de la recherche par le CRSNG et tmoignent de notre rendement par rapport au reste du monde.

l'instar des systmes d'valuation courants o plus la cote est leve, plus il y a de spectateurs, d'auditeurs ou de lecteurs, les citations constituent une mesure de l'utilisation potentielle des travaux d'un chercheur par ses pairs. Si le travail d'un chercheur est cit souvent par ses collgues, ceci signifie que ce travail a une grande valeur intrinsque. D'aprs le nombre de citations auxquelles donne lieu un article au cours des trois annes suivant l'anne de sa publication, on calcule pour chaque pays et chaque domaine le facteur de citation relatif moyen (FCRM), qui est normalis 1,0 pour indiquer la moyenne mondiale. La figure 2.9 prsente les valeurs du FCRM en SNG dans les pays du G20 en 2008. Pour le FCRM en SNG, le Canada se classe au 5e rang et talonne les quatre pays de tte.

Facteur de citation relatif moyen (FCRM) des publications en SNG, en 2008, pays du G20

Facteur de citation relatif moyen (FCRM) des publications en SNG, en 2008, pays du G20

On trouvera ci-aprs des dtails sur le rendement du CRSNG pour les deux activits de programme qui relvent de cet objectif stratgique. Parmi les retombes pour le Canada, mentionnons l'excellence globale de la recherche axe sur la dcouverte, les connaissances nouvelles, la capacit d'avoir accs au savoir acquis l'extrieur du Canada et d'en tirer parti ainsi que les mesures permettant d'attirer au Canada les esprits les plus brillants et de les inciter y rester en mettant leur disposition des appareils et des installations la fine pointe pour raliser des recherches de calibre mondial.

Activité de programme: Financer la recherche fondamentale

Description : Cette activité de programme permet d’investir dans la découverte par l’entremise de subventions axées sur des activités de recherche fondamentale.

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
366,8 365,1 362,9 52 53 +1
Résultat escompté Indicateurs de rendement Cibles Rendement Sommaire du rendement
Renforcement de la capacité de découverte, d’innovation et de formation des chercheurs universitaires dans le domaine des SNG par le financement de programmes permanents de recherche fondamentale Classement mondial pour le nombre de publications. Se maintenir dans les dix premiers rangs mondiaux (le Canada est actuellement au 7e rang). Résultats parfaitement atteints Le Canada a conservé le 7e rang pour la publication d’articles scientifiques (consultez la figure 2.11).
Pourcentage des fonds consacrés à la formation d’étudiants et de stagiaires postdoctoraux. 35 % Résultats dépassant les attentes En 2009‑2010, 45,2 % des fonds des subventions à la découverte ont servi à appuyer des étudiants et des stagiaires postdoctoraux (consultez la figure 2.13).
Dépenses de R et D dans le secteur de l’enseignement supérieur (DRDES), exprimées en pourcentage du produit intérieur brut (PIB), comparativement aux pays du G8. Se maintenir au même rang mondial (le Canada est actuellement au 2e rang). Résultats parfaitement atteints Le Canada se classe actuellement au 1er rang au sein du G8 pour les DRDES en pourcentage du PIB (consultez la figure 2.14).
Principaux programmes
Programme Description Dépenses en 2009-2010
(en millions de dollars)
Programme de subventions à la découverte Le Programme de subventions à la découverte est le pilier de l’aide à la recherche universitaire. Les chercheurs sont libres de travailler dans le mode qui convient le mieux au secteur de recherche, et ils peuvent poursuivre de nouveaux intérêts scientifiques qui relèvent du mandat du CRSNG. Pour obtenir un appui financier, ils doivent faire la preuve à la fois de leur excellence en recherche et d’une productivité élevée, ainsi que de leur contribution à la formation de PHQ. 343,4

Le Canada fait partie d’un groupe d’élite composé de pays qui publient un grand nombre d’articles dans des revues spécialisées en sciences et en génie. Depuis le début du siècle, les chercheurs canadiens (de tous les secteurs) en SNG ont accru leur production annuelle de publications, qui est passée d’à peu près 20 000 à la moyenne actuelle d’environ 25 000, comme l’indique la figure 2.10. Globalement, la part mondiale des publications en SNG attribuables au Canada s’établissait à 4,3 % en 2008, ce qui situe notre pays au 7e rang (consultez la figure 2.11). Les indicateurs de productivité applicables aux publications scientifiques peuvent aussi s’avérer utiles. Mentionnons notamment le nombre de publications en SNA produites par un pays par rapport au nombre d’habitants. La figure 2.12 présente le nombre de publications en SNG en 2008 par million d’habitants pour le G8. Le Canada se classe premier selon cet indicateur.

Nombre de publications canadiennes en SNG et part mondiale

Nombre de publications canadiennes en SNG et part mondiale

20 premiers pays pour la publication d'articles en SNG, en 2008

20 premiers pays pour la publication d'articles en SNG, en 2008

Nombre de publications en SNG par million d'habitants en 2008, pays du G8

Nombre de publications en SNG par million d'habitants en 2008, pays du G8

La formation de personnel hautement qualifi (PHQ) revt une importance primordiale dans le Programme de subventions la dcouverte. Chaque anne, les professeurs affectent prs de 50 % des dpenses du programme aux allocations verses aux tudiants des 1er, 2e ou 3e cycles et aux stagiaires postdoctoraux (consultez la figure 2.13). En 2009 2010, le Programme de SD a permis d'offrir un appui financier 10 700 d'entre eux.

Pourcentage des fonds des subventions  la dcouverte utilis pour appuyer les tudiants et les stagiaires postdoctoraux

Pourcentage des fonds des subventions la dcouverte utilis pour appuyer les tudiants et les stagiaires postdoctoraux

En 2008, les pays membres de l'Organisation de coopration et de dveloppement conomiques (OCDE) ont consacr 191 milliards de dollars la recherche universitaire. Les professeurs et les tudiants des universits canadiennes ont excut 5,3 % de ces travaux, comparativement 4,8 % en 1999. En pourcentage du PIB, le Canada a consacr davantage de fonds l'appui de la recherche universitaire que tous ses concurrents du G8 (consultez la figure 2.14) et se classe au 5e rang mondial.

Dpenses de R et D dans le secteur de l'enseignement suprieur (DRDES) en pourcentage du PIB, 2008 ou anne la plus rcente

Dpenses de R et D dans le secteur de l'enseignement suprieur (DRDES) en pourcentage du PIB, 2008 ou anne la plus rcente

Activité de programme: Appuyer l'achat d'appareils et l'accs aux ressources majeures de recherche

Description : Cette activité de programme contribue à appuyer l’établissement, la maintenance et l’exploitation des appareils de recherche, des ressources de recherche majeures et la capacité de recherche nécessaires pour réaliser des travaux de recherche de grande qualité en sciences naturelles et en génie.

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
46,4 40,3 74,2 9 9 0
Résultat escompté Indicateurs de rendement Cibles Rendement Sommaire du rendement
L’accès à l’équipement de recherche et aux grandes installations de recherche régionales ou nationales renforce la capacité en matière de découverte, d’innovation et de formation des chercheurs universitaires en SNG. Nombre moyen de chercheurs bénéficiant de subventions pour l’équipement Plus de 1 500 Résultats en grande partie atteints En 2009‑2010, 1e nombre de chercheurs qui ont bénéficié d’une subvention d’OIR du CRSNG a été de 1 376 (consultez la figure 2.15).
Nombre moyen de chercheurs bénéficiant d’une subvention pour les ressources majeures de recherche Supérieur à 10 % Résultats dépassant les attentes En 2009‑2010, 19 chercheurs en moyenne ont bénéficié d’un appui pour chaque subvention d’appui aux ressources majeures de recherche (consultez la figure 2.16).
Principaux programmes
Programme Description Dépenses en 2009-2010
(en millions de dollars)
Programme d’appui aux ressources majeures (ARM); Le Programme d’ARM facilite l’accès des chercheurs aux installations de recherche majeures de nature nationale ou régionale en aidant à maintenir ces ressources dans un état de disponibilité pour les chercheurs. C’est par l’intermédiaire de ce programme que le CRSNG investit dans des installations comme le Centre canadien de rayonnement synchrotron à Saskatoon. 36,8
Programme de subventions d’outils et d’instruments de recherche (OIR); Le financement de la FCI contribue à l’amélioration des laboratoires en finançant l’achat d’appareils importants et d’infrastructures majeures. Les subventions d’OIR permettent aux professeurs d’acheter les petits appareils de laboratoire nécessaires pour mener à bien de la recherche de calibre mondial. Grâce à cette source essentielle de financement, les chercheurs ont accès aux outils de recherche modernes dont ils ont besoin pour assurer un rendement optimal des autres investissements, notamment les subventions à la découverte. 36,5

Les subventions d’OIR permettent habituellement d’accroître, d’accélérer et d’approfondir la recherche et de compter sur du personnel hautement qualifié (PHQ) ayant reçu une solide formation. Ces retombées se sont fait sentir dans toutes les disciplines, dans toutes les régions et dans les établissements de toutes tailles. Les chercheurs ont de la difficulté à trouver des fonds pour l’achat de petits appareils et le CRSNG joue à cet égard un rôle essentiel. Étant donné que les subventions d’OIR sont plafonnées à 150 000 $ et que la plupart sont inférieures à 80 000 $, il y a actuellement peu de chevauchement, voire aucun chevauchement, entre le programme d’OIR du CRSNG et les subventions de la Fondation canadienne pour l’innovation. La figure 2.15 montre le nombre de chercheurs qui ont bénéficié d’une subvention d’OIR du CRSNG.

Nombre de chercheurs titulaires d'une subvention d'outils et d'instruments de recherche du CRSNG

Nombre de chercheurs titulaires d'une subvention d'outils et d'instruments de recherche du CRSNG

Le Programme d'ARM permet d'amliorer l'utilisation des installations, d'intensifier la collaboration entre les chercheurs et de renforcer la comptitivit internationale des chercheurs canadiens. Il complte le financement de la FCI en faveur de plusieurs installations (p. ex., le Centre canadien de rayonnement synchrotron) en fournissant l'aide ncessaire au fonctionnement et la maintenance pour assurer l'utilisation des installations pleine capacit. La figure 2.16 indique le nombre moyen de chercheurs qui ont bnfici d'une subvention d'appui aux ressources majeures de recherche. Le montant moyen des subventions n'a gure chang au cours des cinq dernires annes.

Nombre moyen de chercheurs par project qui sont titulaires d'une subevention d'appui aux ressources majeures du CRNSG

Nombre moyen de chercheurs par project qui sont titulaires d'une subevention d'appui aux ressources majeures du CRNSG

Rsultat stratgique - L'innovation : l'utilisation productive des nouvelles connaissances en sciences naturelles et en génie

Il y a création de richesse quand les Canadiens ajoutent de la valeur au processus de production de biens et de services vendus sur les marchés mondiaux, et la connaissance constitue le fondement moderne de la valorisation. Le CRSNG compte maximiser la valeur des investissements publics dans la recherche au profit de tous les Canadiens en faisant la promotion de l’innovation axée sur la recherche, des partenariats universités-industrie, des activités de transfert des connaissances et de la technologie, et de la formation de personnes ayant l’ensemble des compétences scientifiques et des compétences en affaires requises pour créer de la richesse grâce aux nouvelles découvertes en SNG.

Le CRSNG offre aux entreprises ayant une base d’opérations au Canada l’accès aux connaissances, aux compétences et aux ressources éducatives spécialisées dans des établissements postsecondaires canadiens et des possibilités de collaborations bénéfiques pour les deux parties, collaborations qui apporteront des avantages économiques ou industriels pour le Canada. Les partenaires industriels contribuent financièrement aux projets de recherche et aux bourses. En 2009‑2010, plus de 1 500 entreprises se sont associées avec le CRSNG au Canada, comparativement à 700 en 2000-2001 (consultez la figure 2.17). Au cours de cette période de 10 ans, le nombre de partenaires a augmenté de 9,3 % en moyenne. Soixante-deux des 100 principales entreprises canadiennes de R et D sont actuellement des partenaires du CRSNG. (Remarque : Un grand nombre des 100 principales entreprises qui ne sont pas des partenaires du CRSNG exercent leurs activités dans le domaine de la santé ou de la biotechnologie.)

Nombre de partenaires industriels participant aux programmes de CRSNG

Nombre de partenaires industriels participant aux programmes de CRSNG

On trouvera ci-aprs des prcisions sur le rendement du CRSNG pour les trois activits de programme qui se rapportent ce rsultat stratgique. Parmi les retombes pour le Canada, mentionnons le renforcement de la capacit dans des domaines essentiels pour l'conomie canadienne dans des priorits stratgiques pour le pays choisies minutieusement ainsi que l'tablissement de liens entre chercheurs et utilisateurs afin de transfrer et d'exploiter les connaissances et d'accrotre ainsi la prosprit du Canada.

Activité de programme: Financer la recherche dans des domaines stratégiques

Description : Cette activité de programme appuie la recherche dans des domaines d’importance nationale et des domaines émergents susceptibles de revêtir une importance pour le Canada.

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
124,1 124,2 104,0 21 21 0
Résultat escompté Indicateurs de rendement Cibles Rendement Sommaire du rendement
La recherche et la formation ciblées dans des domaines émergents d’importance nationale sont privilégiées. Pourcentage des chercheurs qui présentent une demande de subvention stratégique pour la première fois (ou qui n’ont jamais fait de demande dans un domaine particulier) Supérieur à 30 p. 100 Résultats en grande partie atteints En 2009‑2010, la proportion de nouveaux candidats au concours de subventions de projets stratégiques s’est établie à 28,8 % (consultez la figure 2.19).
Principaux programmes
Programme Description Dépenses en 2009-2010
(en millions de dollars)
Programme de subventions de projets stratégiques Ce programme a pour objet d’accélérer la recherche et la formation dans des domaines ciblés et dans des domaines nouveaux qui revêtent une importance nationale. La recherche en est à ses débuts et présente la possibilité de mener à d’importantes percées. Les domaines ciblés par le programme concordent pratiquement avec les secteurs prioritaires du gouvernement, à savoir l’environnement, l’énergie, les technologies de l’information et des communications, la fabrication, les applications automobiles, la foresterie, les pêches et la santé. 61,0
Programme de subventions de réseaux stratégiques Ce programme appuie des programmes complexes et de grande envergure qui comprennent des collaborations multisectorielles en vue d’examiner un sujet de recherche commun. Le sujet peut avoir un intérêt local et exiger un réseau local ciblé, ou il peut revêtir une importance régionale ou nationale nécessitant un réseau plus complexe et de plus grande envergure. 31,9

Les programmes de partenariats stratégiques mettent l’accent sur les priorités (domaines stratégiques ciblés par le CRSNG), si bien qu’ils fournissent un excellent cadre pour la mise en œuvre de la stratégie en matière de S et T. Selon une analyse des subventions accordées par l’intermédiaire des programmes de partenariats stratégiques en 2009-2010, plus de 90 % de ces programmes ont été consacrés aux secteurs jugés prioritaires par le gouvernement.

En 2009-2010, l’effet de levier des partenariats stratégiques a permis d’ajouter 27,5 millions de dollars aux 92,9 millions de dollars de financement du CRSNG. Compte tenu de la nature préconcurrentielle de la recherche appuyée par les subventions des partenariats stratégiques, le ratio de mobilisation de 30 % qui en découle indique un excellent taux de participation des partenaires. Le nombre de partenaires industriels participant à ces programmes continue d’augmenter : il a progressé de 64 % au cours des cinq dernières années pour atteindre 550 en 2009-2010 (consultez la figure 2.18).

L’établissement de nouvelles collaborations entre les professeurs et des partenaires industriels ou gouvernementaux pour faciliter le transfert de savoir et de technologie dans les domaines prioritaires représente un volet important du Programme de subventions de projets stratégiques. La figure 2.19 indique le nombre de chercheurs qui ont demandé une subvention de projet stratégique pour la première fois. Dans l’ensemble, ce programme compte environ 30 % de nouveaux candidats chaque année.

Nombre de partenaires industriels - Partenariats stratégiques

Nombre de partenaires industriels - Partenariats stratégiques

Nombre de nouveaux candidats au Programme de subventions de projects stratégiques du CRSNG

Nombre de nouveaux candidats au Programme de subventions de projects stratégiques du CRSNG

Activité de programme: Financer des partenariats universités-industrie-gouvernement

Description : Cette activité de programme favorise la collaboration entre les chercheurs universitaires et d’autres secteurs, y compris le gouvernement et l’industrie, afin de créer des connaissances et des compétences et de transférer ces connaissances et ces compétences à des organismes situés au Canada.

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
109,3 110,5 119,9 42 46 +4
Résultat escompté Indicateurs de rendement Cibles Rendement Sommaire du rendement
La collaboration mutuellement avantageuse entre le secteur privé et les chercheurs des universités produit des retombées industrielles ou économiques au profit du Canada. Augmentation du pourcentage des contributions des partenaires Supérieur à 5 % Résultats parfaitement atteints Au cours des 10 dernières années, le pourcentage des contributions des partenaires industriels au Programme de subventions de RDC a affiché une hausse moyenne de 5 % par année (consultez la figure 2.20).
Satisfaction des partenaires par rapport aux résultats de la recherche 75 % des partenaires sont satisfaits Résultats dépassant les attentes Selon les sondages réalisés après la période de validité de la subvention, plus des trois quarts des partenaires sont extrêmement satisfaits de leur collaboration avec les chercheurs et étudiants universitaires.
Principaux programmes
Programme Description Dépenses en 2009-2010
(en millions de dollars)
Programme de subventions de recherche et développement coopérative (RDC) Ce programme offre aux entreprises ayant une base d’opérations au Canada l’accès à des connaissances, à des compétences et à des ressources éducatives uniques dans des établissements postsecondaires canadiens et permet des collaborations bénéfiques pour les parties visées qui procurent des avantages économiques ou industriels au Canada. 52,5
Programme des Réseaux de centres d’excellence (RCE) Les réseaux de centres d’excellence (y compris les réseaux de centres d’excellence dirigés par l’entreprise) sont des partenariats uniques entre les universités, l’industrie, le gouvernement et les organismes sans but lucratif qui visent à transformer la recherche et le talent entrepreneurial canadien en avantages socio-économiques pour tous les Canadiens. Ces partenariats de recherche pancanadiens, multidisciplinaires et multisectoriels assurent la jonction de l’excellente recherche avec le savoir-faire industriel et l’investissement stratégique. Ils créent une masse critique en matière de capacité de recherche en établissant des réseaux entre les chercheurs et les partenaires de l’ensemble du pays. 47,6

Les contributions des partenaires industriels au Programme de subventions de recherche et développement coopérative) RDC constituent l’un des principaux indicateurs de l’importance que les partenaires du CRSNG accordent à la recherche universitaire. La figure 2.20 compare le financement accordé par le CRSNG avec les contributions de l’industrie dans le cadre du Programme de subventions de RDC. Les partenaires industriels contribuent davantage que le CRSNG aux projets de RDC. Entre 2000‑2001 et 2009‑2010, leurs contributions sont montées en flèche, passant de 39 à 59 millions de dollars, soit une hausse moyenne de 5 % par année.

Contributions au Programme de subventions de recherche et développement coopérative (RDC) du CRSNG

Contributions au Programme de subventions de recherche et développement coopérative (RDC) du CRSNG

Le CRSNG suit de près les résultats du Programme de recherche et développement coopérative en assurant un suivi auprès de chercheurs et de partenaires. Les résultats des derniers suivis sont présentés ci-dessous.

  • Dans leurs rapports, les titulaires de subventions de RDC devaient attribuer une cote globale pour indiquer la mesure dans laquelle les objectifs globaux du programme étaient atteints. Les réponses ont été cotées sur une échelle de 1 à 7, où 1 signifie « pas du tout », 4 « un peu » et 7 « beaucoup. Des cotes de 6 et 7 ont été attribuées pour 74 % des projets, ce qui indique que les objectifs avaient été atteints et les étapes franchies dans une large mesure. Personne n’a répondu que les objectifs n’avaient « pas du tout » été atteints.
  • Sur les 276 projets, 49 % ont contribué à la création de produits ou de procédés nouveaux et 67 % à l’amélioration de produits ou de procédés.
  • Dix-huit nouvelles licences ont été accordées. Sur les 103 demandes de brevet déposées, 24 avaient été examinées au moment de la réception des rapports. Treize projets ont donné naissance à des entreprises.

En 2009‑2010, le Programme de subventions de CRD a fait l’objet d’une évaluation portant sur la période comprise entre 1997 et 2008. Les principaux résultats de cette évaluation s’établissent comme suit.

Résultats de l'évaluation

Programme de subventions de recherche et développement coopérative (RDC)

  • Le Programme de subventions de RDC permet aux partenaires industriels de tirer profit d’une R et D coopérative avec un expert universitaire sur des projets bien définis visant à répondre à une vaste gamme de besoins et avec des objectifs de projet correspondants.
  • En plus d’acquérir de nouvelles connaissances découlant des résultats des recherches du Programme de subventions de RDC, 80 % des partenaires industriels ont observé des effets concrets découlant des projets du Programme de subventions de RDC. Ces effets sont notamment de nouveaux produits et services, ainsi que des processus améliorés ou nouveaux, qui entraînent souvent une augmentation de la productivité.
  • Les chercheurs universitaires qui ont participé au programme ont créé de nouvelles connaissances et de nouvelles technologies qui ont été distribuées à grande échelle aux partenaires industriels et à la grande communauté universitaire. Le transfert des connaissances s’est effectué par l’obtention de plusieurs centaines de brevets et la publication de plusieurs milliers d’articles.
  • Par leurs interactions avec les partenaires industriels et leur exposition à la R et D dans des environnements industriels, les étudiants qui ont participé à un projet de RDC ont acquis des compétences et une expérience utiles et avait généralement moins besoin de formation une fois embauchés. Par conséquent, une proportion élevée a trouvé un emploi dans son domaine – y compris 10 % dans l’organisation du partenaire industriel.

En 2006, le programme des Réseaux de centres d’excellence (RCE), en collaboration avec le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), a lancé l’Initiative de Partenariats internationaux (IPI), à titre d’initiative pilote. Le budget total du concours pour ces initiatives d’une durée de deux ans s’élevait à environ 7 millions de dollars. Certaines constatations issues de l’évaluation dont a fait l’objet cet élément du Programme des réseaux de centres d’excellence en 2009‑2010 sont présentées ci-après.

Résultats de l'évaluation

Initiative de partenariats internationaux (IPI) des Réseaux de centres d’excellence

  • Dans l’ensemble, l’incidence de l’IPI à ce jour a été de mettre l’accent sur la création de la base d’une recherche concertée pour aborder les problèmes communs, particulièrement dans les secteurs ou domaines de pertinence mondiale, où des solutions aux problèmes nécessitent des stratégies mondiales (p. ex. la recherche sur les changements climatiques; la recherche sur les enjeux communs relatifs à la santé, comme l’obésité ou les accidents vasculaires cérébraux (AVC); la recherche dans de nouveaux domaines, où les chercheurs peuvent tirer parti de l’expertise accumulée à l’échelle internationale, comme la recherche sur les cellules souches ou la recherche sur les prions, la propagation des maladies, et d’autres domaines ou enjeux).
  • Amélioration de la connaissance des aptitudes et des compétences en recherche au Canada parmi les partenaires internationaux et accroissement de leur sensibilisation à ces aspects;
  • Amélioration de la connaissance de la recherche globale et du transfert des connaissances, ainsi que des enjeux d’application des politiques, parmi les chercheurs des réseaux et accroissement de leur sensibilisation à ces aspects;
  • Capacité de promouvoir l’expertise canadienne en matière de recherche à l’échelle internationale;
  • Appui aux organismes des pays à faible revenu et des pays à revenu intermédiaire pour l’élaboration de leurs propres activités de réseautage dans ces pays où cela n’avait pas été entrepris précédemment;
  • Élaboration de partenariats avec des organismes et des chercheurs étrangers entraînant, dans certains cas, la présentation de propositions conjointes.

De plus, le volet Nouvelle initiative – Réseau de centres d’excellence (NI-RCE) a fait l’objet d’une évaluation en 2009‑2010. Cette initiative pilote a été créée pour : faciliter la création de réseaux à l’échelle nationale comme internationale; appuyer les activités de réseautage parmi les équipes de recherche ou les chercheurs bien établis afin de les encourager à instaurer de nouveaux partenariats avec les communautés réceptrices (p. ex., l’industrie, le gouvernement, les organismes sans but lucratif, etc.); et répondre aux besoins des chercheurs comme des communautés réceptrices en matière d’interaction, de partenariat et de réseautage.

Résultats de l'évaluation

Programme pilote Nouvelle initiative des Réseaux de centres d’excellence (NI-RCE)

  • Le succès des réseaux était-il lourdement tributaire des fonds NI-RCE qu’ils ont reçus tant pour leur infrastructure que pour leur gestion. L’image de marque « RCE », associée aux réseaux, a par ailleurs accru la confiance des chercheurs, organismes et membres de conseils d’administration de haut niveau. Amélioration de la connaissance des aptitudes et des compétences en recherche au Canada parmi les partenaires internationaux et accroissement de leur sensibilisation à ces aspects;
  • L’utilisation de la contribution à titre d’indicateur indirect de réseautage et de transfert des connaissances révèle un excellent rendement du programme pilote NI-RCE à cet égard.
  • Des centaines d’étudiants diplômés ont activement participé aux activités des réseaux, notamment en siégeant au sein des comités de gouvernance et d’exploitation; en participant à des réseaux auxiliaires exploités par les étudiants (établis pour deux des réseaux); à des programmes d’apprentissage et de développement de compétences; à des projets de mobilisation des connaissances; à des créations d’affiches et à des séances de présentation orales; et plus encore. Le financement du programme pilote NI‑RCE a amélioré la capacité des promoteurs de promouvoir l’expertise canadienne en matière de recherche à l’échelle internationale.
  • Le besoin continu d’un programme pilote NI-RCE au sein du système S et T canadien est élevé, compte tenu du fait qu’aucun autre programme au Canada n’élabore ni ne soutient un réseautage et une infrastructure de transfert des connaissances de manière continue, à grande échelle et couvrant plusieurs disciplines.

Activité de programme : Appuyer la commercialisation

Description : Cette activit de programme appuie l'innovation et fait la promotion du transfert des connaissances et de la technologie vers des entreprises canadiennes.

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
46,4 44,5 41,5 17 14 -3
Résultat escompté Indicateurs de rendement Cibles Rendement Sommaire du rendement
Le transfert des connaissances et de la technologie des universités et des collèges du Canada vers le secteur des utilisateurs est privilégié.  Accroissement des activités de transfert des connaissances et de la technologie 5 p. 100 de croissance Résultats dépassant les attentes Pour les huit années à l’égard desquelles les données sont connues (consultez la figure 2.21), les indicateurs de la commercialisation de la PI dans le milieu universitaire ont affiché une hausse moyenne supérieure à 5 % par année, sauf le nombre d’inventions protégées.
Principaux programmes
Programme Description Dépenses en 2009-2010
(en millions de dollars)
Programme de centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR) Ce programme, qui vise à faire avancer la recherche et à faciliter la commercialisation des technologies, des produits et des services, appuie des centres de classe mondiale œuvrant dans les domaines de priorité de la stratégie en matière de S et T : la technologie de l’information et des communications, l’environnement, l’énergie et les ressources naturelles et la santé. 19,1
Programme d’innovation dans les collèges et la communauté (ICC) Le Programme d’ICC vise à accroître l’innovation à l’échelle communautaire et régionale en permettant aux collèges canadiens de renforcer leur capacité de travailler avec des entreprises industrielles locales, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME). ll appuie la recherche appliquée et les collaborations qui favorisent la commercialisation, le transfert de technologie ainsi que l’adaptation et l’adoption de technologies nouvelles. 14,6
Programme De l’idée à l’innovation (INNOV); Ce programme a pour objectif d’accélérer le développement préconcurrentiel des technologies prometteuses et de promouvoir leur transfert vers des entreprises canadiennes. Le programme appuie des projets de R et D, dont le potentiel sur le plan du transfert de technologie est reconnu, en offrant une aide essentielle aux chercheurs universitaires aux premiers stades de la validation de la technologie et de la création de liens d’affaires. 6,3

Statistique Canada mène chaque année une enquête sur la commercialisation de la propriété intellectuelle dans le milieu universitaire. Les principaux résultats des enquêtes des sept premières années sont présentés à la figure 2.21. Tout indique que la majorité des indicateurs de la commercialisation présentés à la figure 2.21 peuvent être attribuables au financement du CRSNG (le financement en général et non pas seulement celui relevant de cette activité de programme). L’accroissement assez important de la plupart des activités de commercialisation observée au cours de ces huit années constitue un résultat positif.

Figure 2.21 - Enqute sur la commercialisation de la proprit intellectuelle
Activité de commercialisation 1999 2001 2003 2004 2005 2006 2007
Inventions divulguées 829 1 105 1 133 1 432 1 452 1 356 1 357
Inventions protégées 509 682 597 629 761 707 668
Nouvelles demandes de brevets 829 1 105 1 133 1 432 1 452 1 356 1 357
Brevets délivrés 325 381 347 397 374 339 479
Nombre total de brevets détenus 1 826 2 133 3 047 3 827 3 961 4 784 4 185
Nouvelles licences 218 320 422 494 621 437 538
Nombre total de licences actives 1 109 1 338 1 756 2 022 2 836 2 038 2 679
Redevances découlant de l’octroi de licences (M$) 18,9$ 52,5$ 55,5$ 51,2$ 55,2$ 59,7$ 52,5$
Entreprises issues de la recherche 454 680 876 968 1 027 1 103 1 174

Source: Statistique Canada

Les premières subventions versées dans le cadre du Programme de centres d’excellence en commercialisation et en recherche ont été attribuées à la fin de 2007‑2008. Les points saillants du rapport final de l’évaluation formative dont ce programme a fait l’objet en 2009‑2010 sont présentés ci-après.

Résultats de l'évaluation

Programme de centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR)

  • Le Programme des CECR a été mis en œuvre d’une manière qui lui permettra vraisemblablement d’atteindre les objectifs visés. Le processus de sélection, qui repose sur l’examen par les pairs et sur une quête de l’excellence, a été largement apprécié en tant qu’élément clé destiné à faire en sorte que les centres subventionnés atteignent les résultats visés au chapitre de la recherche et de la commercialisation.
  • Le programme a subventionné des centres s’attaquant aux quatre domaines prioritaires de la stratégie des S et T.
  • Les entrevues nous ont livré plusieurs signes préliminaires indiquant que les CECR sont dans la bonne voie pour atteindre la plupart des résultats immédiats visés par le programme au chapitre de la recherche et de la commercialisation.
  • Nombre de centres ont obtenu l’appui du gouvernement provincial et font partie de réseaux avec des établissements de recherche d’autres pays.

Activité de programme : Services internes

Ressources financières (en millions de dollars) 2009-2010

Ressources humaines (équivalents temps plein) 2009-2010

Dépenses prévues Total des autorisations Dépenses réelles Prévues Réelles Écart
25,9 30,0 27,7 180 190 +10