Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - Conseil national de recherches Canada

Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à  des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à  jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à  la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à  la page « Contactez-nous ».

Tableau 3-9 : Renseignements sur les programmes de paiements de transfert

Le CNRC gre les programmes de paiements de transfert suivants :

  • Programme d’aide la recherche industrielle (PARI-CNRC)
  • Tri-University Meson Facility (TRIUMF)
  • Tlescope Canada-France-Hawaii (TCFH), Tlescope James Clerk Maxwell (TJCM), tlescopes Gemini
On trouvera de plus amples renseignements sur les paiements de transfert l’adresse (http://www.tbs-sct.gc.ca/est-pre/estimF.asp).

1) Nom du programme de paiements de transfert : Programme d’aide la recherche industrielle (PARI-CNRC)

2) Date de cration : 1962-1963

3) Date de clture : programme continu

4) Description :
Le PARI-CNRC est le programme d’aide l’innovation et au dveloppement technologique du CNRC offert aux petites et moyennes entreprises (PME) du Canada. Depuis prs de 60 ans, le PARI-CNRC et ses prdcesseurs ont aid les entreprises canadiennes innover afin d’amliorer leur rendement technologique face la concurrence. Le PARI-CNRC offre une aide complte l’innovation, y compris de l’information technique et concurrentielle, des services consultatifs et une aide financire dans le cadre de projets technologiques et il renforce l’aide l’innovation et l’tablissement de comptences entrepreneuriales au sein des PME vocation technologique dans presque tous les secteurs industriels d’importance pour le dveloppement conomique actuel et futur du Canada.

5) Rsultats stratgiques :
Capacit d’influer sur la croissance d’entreprises par le dveloppement ou l’adaptation de technologies novatrices et, par extension, capacit d’assurer la prosprit conomique du Canada. Le PARI-CNRC dterminera si cet objectif a t atteint en examinant :

  • la croissance des entreprises clientes grce l’analyse de l’augmentation de leur chiffre d’affaires brut ou de leurs bnfices bruts et leur capacit de crer des emplois;
  • l’augmentation du nombre de clients qui ont russi commercialiser leurs produits, leurs services et leurs procds;
  • l’augmentation du nombre de clients qui russissent percer sur de nouveaux marchs.

Rsultats immdiats et intermdiaires

  • Rsultats de l’aide financire et des services consultatifs
    • Accroissement de la capacit technique de R-D des PME
    • Accroissement de la capacit de gestion, de marketing et de gestion financire des PME
    • Croissance des entreprises grce l’aide au dveloppement technologique

  • Rsultats en matire de rseautage
    • Resserrement des liens entre les PME et les rseaux d’affaires et de technologie, ce qui permet ces PME d’obtenir l’aide dont elles ont besoin
    • Augmentation du nombre de services d’innovation offerts aux PME
    • Augmentation du nombre et de la force des acteurs du systme d’innovation grce un nombre accru de consortiums au sein de la collectivit
    • Meilleure comprhension des dbouchs internationaux
    • Efforts accrus d’adoption, de commercialisation et de collaboration dans le cadre d’entreprises internationales

Rsultats finaux

  • Stimulation de la cration de richesses au sein de l’conomie canadienne.

6) Rsultats obtenus :

Rsultats de l’aide financire et des services consultatifs

Accroissement de la capacit technique de R-D des PME
A contribu l’augmentation de la capacit des PME d’entreprendre des projets de R-D technique nettement novateurs :

  • A financ l’embauche d’ingnieurs et de scientifiques hautement qualifis et comptents en plus d’offrir des stages des diplms universitaires et collgiaux (431 dans le cadre de la Stratgie Emploi Jeunesse de RHDSC).
  • A soutenu les organisations en offrant une aide technique et une aide la recherche aux PME canadiennes (8 432 entreprises).
  • A install des employs du PARI-CNRC dans les universits et les tablissements de recherche afin de favoriser un resserrement des liens (135 conseillers en technologie industrielle).
  • A contribu au financement de l’aide la prcommercialisation offerte aux PME par le programme PARI-PTC (11,6 millions de dollars).

A runi les acteurs cls du systme d’innovation du Canada :

  • Le PARI-CNRC a collabor troitement avec les 19 instituts de recherche du CNRC, ses 2 centres de technologie et l’ICIST-CNRC; avec plus de 146 des principales organisations publiques et prives de recherche et de technologie, avec le programme Partenaires fdraux en transferts de technologie (PFTT) auquel participent 17 ministres et organismes fdraux. Il a tabli des liens formels et informels avec des organisations de S-T dans plusieurs pays.
  • Le PARI-CNRC collabore avec les autres ministres. Par exemple, le CNRC, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en gnie du Canada (CRSNG) et la Banque de dveloppement du Canada (BDC) ont sign un protocole d’entente et tabli une stratgie conjointe pour acclrer la commercialisation des fruits de la recherche finance mme le Trsor public en s’appuyant sur les atouts individuels de ces organisations et sur leur complmentarit. Le PARI-CNRC a un rle jouer dans le cadre de cette stratgie et aidera le CNRC, le CRSNG et la BDC atteindre les objectifs suivants : renforcer la capacit des PME canadiennes utiliser le savoir-faire, les technologies et les installations financs par le Trsor public et en profiter; et augmenter les possibilits de succs des entreprises technologiques en dmarrage.

A favoris et maintenu des relations de travail avec les instituts de recherche du CNRC :

  • Le PARI-CNRC a continu de tisser des liens troits avec les instituts de recherche du CNRC. Il a entrepris des consultations auprs des employs sur le terrain afin d’examiner les mthodes de fonctionnement du CNRC et de trouver des moyens d’amliorer les relations de travail. Ces relations sont importantes pour la transmission aux PME du savoir-faire du CNRC et l’identification par le CNRC des entreprises capables d’absorber ces technologies. Par exemple, un client du PARI-CNRC de la rgion du Pacifique a bnfici de l’aide d’un chercheur de l’IMI-CNRC dans le cadre d’un projet de dveloppement d’un revtement de soudure vaporisable pour coussinets soumis une forte usure. Ce client procde actuellement l’installation d’un systme automatis d’application du revtement, ce qui accrotra sa capacit de production et diminuera ses frais d’exploitation.
  • Le PARI-CNRC de l’Ouest et l’INN ont continu d’appuyer les travaux de leurs clients. Deux projets stratgiques ont t lancs et appuys par le PARI-CNRC qui a collabor avec l’INN afin d’aider l’entreprise et d’accrotre le rayonnement de l’Institut auprs des PME.
  • Le PARI-CNRC-Ontario a demand un chercheur de l’ITI-CNRC d’valuer la proposition d’un client consistant lancer un projet de recherche sur les flux de donnes dans le secteur des soins de sant. L’entreprise s’est appuye sur les conseils de ce chercheur de l’ITI-CNRC pour orienter les recherches menes dans le cadre de ce projet financ par le PARI-CNRC.
  • Deux des trois CTI de l’IMI-CNRC ont particip directement l’tablissement de relations avec les entreprises en incubation et l’laboration d’initiatives communes avec celles-ci. Ces CTI ont t les personnes-ressources de la mise en œuvre d’un accord de collaboration sign par l’IMI-CNRC et le PARI-CNRC-Qubec visant faciliter l’accs des PME aux comptences scientifiques de cet institut. Au moins dix PME ont depuis tabli des relations avec l’IMI-CNRC.
  • Une PME cliente de Charlottetown travaille actuellement avec le PARI-CNRC un projet continu qui consiste notamment concevoir une interface intelligente entre une base de donnes et un systme de reconnaissance de la voix qui permettra la saisie des donnes dans la base de donnes au moyen de la voix et la cration de contenu vocal fond sur certaines donnes prcises extraites de cette base de donnes. L’ITI-CNRC (Nouveau-Brunswick) a t consult propos de ce concept et a fourni une aide opportune et pertinente dans la slection des blocs discrets et des logiciels qui serviront l’laboration des fonctions exprimentales.
  • Le PARI-CNRC a aussi contribu l’effort de dveloppement des grappes technologiques et de commercialisation des instituts en se concentrant sur les besoins des PME de chaque grappe. Les CTI et les conseillers en innovation et en rseautage (CIR) participent activement aux activits visant faciliter le transfert du savoir vers l’industrie et peuvent offrir une aide financire aux PME dsireuses d’entreprendre des projets de recherche ou de dveloppement. Les CIR apportent aussi une contribution apprciable la croissance de la grappe en versant des contributions aux organismes sans but lucratif qui offrent des services de soutien l’innovation ou la commercialisation aux PME et en crant des possibilits de rseautage entre entreprises locales, rgionales, nationales et internationales pour faciliter l’obtention de licences d’utilisation des technologies ou le lancement de projets conjoints.
  • Le PARI-CNRC a reu 8,5 millions de dollars (sur trois ans) pour financer le dveloppement des grappes technologiques de la deuxime phase. Il s'est dot d’une premire stratgie d’appui aux grappes technologiques ainsi que de plans d’activit refltant sa contribution chacune des grappes de la deuxime phase, selon le stade de dveloppement et les besoins de chacune.

Accroissement de la capacit de gestion, de commercialisation et de gestion financire des PME
A offert un service de veille technologique concurrentielle (VTC) :

  • En dcembre 2004, le PARI-CNRC et l’ICIST-CNRC ont sign un protocole d’entente prvoyant que l’ICIST-CNRC offre des services d’information de base aux CTI du PARI-CNRC partout au Canada au cours de l’exercice 2005-2006. Ce protocole d’entente a t renouvel pour 2006-2007 avec quelques modifications. En plus d’offrir uniformment, l’chelle nationale, les services d’information de base de l’ICIST-CNRC, ce dernier et le PARI-CNRC ont collabor au niveau rgional la prestation de services de VTC en Atlantique/Nunavut, au Manitoba et au Qubec. Ils ont notamment lanc un service exprimental de VTC offert un nombre limit de CTI au Qubec, largi les services de VTC offerts en Atlantique/Nunavut de faon inclure Terre-Neuve-et-Labrador et le Nunavut et embauch un analyste technique commercial de l’ICIST-CNRC qui a t aussitt affect au Centre de commercialisation des technologies biomdicales du CNRC. Afin de rpondre la demande croissante des PME pour des services de VTC, le PARI-CNRC et l’ICIST-CNRC ont fait progresser cette initiative et coordonnent maintenant la gestion de tous les services de l’ICIST-CNRC au PARI-CNRC en vertu d’un seul et mme protocole d’entente valable pour la priode de 2007 2010.
  • Un client du PARI-CNRC-Pacifique qui souhaitait se doter d’une installation au charbon de bois a obtenu de l’information sur l’nergie du bois, ce qui l’a aid faire avancer son projet au stade des investissements. Les renseignements additionnels fournis par l’ICIST-CNRC sur l’utilisation du bois comme combustible ont contribu la cration d’un march viable pour les granules de bois dans le nord de la Colombie-Britannique, crant ainsi plus de 450 emplois directs.
  • Le PARI-CNRC de l’Ouest a entrepris un projet-pilote avec l’ICIST-CNRC afin de quantifier la valeur des services de VTC pour les entreprises clientes. Un CTI de la rgion a collabor avec l’ICIST-CNRC l’tude du potentiel commercial des extraits de lin, des mthodes possibles de production de cet extrait et des marchs existants, pour le compte d’une entreprise manitobaine. Cette valuation comprend une analyse de la documentation scientifique et des brevets.
  • Un analyste technique des affaires de l’IBD-CNRC a aussi t embauch pour valuer les dbouchs qui s’offraient une entreprise cliente albertaine dans le secteur des dispositifs mdicaux. L’entreprise manitobaine a identifi un compos cible li une technologie d’extraction donne et a repr un partenaire potentiel sur le plan de la proprit intellectuelle. Ce projet est en cours et l’entreprise albertaine travaille au dveloppement d’un autre projet.
  • Le PARI-CNRC-Ontario a retenu les services de l’ICIST-CNRC pour obtenir des renseignements sur le Systme d’information gographique (SIG). Cette information a permis de produire un document de travail sur le secteur des SIG en Ontario.
  • Le PARI-CNRC-Qubec a procd une enqute sur le niveau de satisfaction des CTI et de leurs clients l’gard des services de l’ICIST-CNRC. Le taux global de satisfaction tait trs lev. Les clients du PARI-CNRC ont t impressionns par le volume d’information qui leur a t fourni, alors que la plupart d’entre eux taient convaincus qu’il n’existait aucune information sur le sujet. Un client du PARI-CNRC-Qubec a dans les faits dcid de ne pas donner suite son projet lorsqu’il a constat que le march cibl tait dj occup par de nombreux acteurs cls dont il ne pouvait pas soutenir la concurrence sur ce march dynamique.
  • En 2006-2007, le PARI-CNRC-Atlantique et Nunavut a reu plus de 185 documents de VTC de la part des analystes techniques commerciaux de l’ICIST-CNRC. Cette information a t utilise pour accrotre la comprhension qu’ont les CTI des nouvelles technologies, de mieux informer leurs clients sur les difficults techniques et commerciales de leurs projets et assurer la prise de dcisions de qualit suprieure dans la formulation des projets de recherche. Un client no-brunswickois, Southsea, a demand de l’information sur les matriaux de stockage de la chaleur latente pour des systmes solaires air chaud et sur les fentres en acrylique. L’analyste technique commercial a trouv un certain nombre de brevets et de documents de recherche qui correspondaient exactement ce que cherchait ce client. Les reprsentants de l’entreprise ont affirm  qu’ils n’auraient jamais pu obtenir des rsultats de cet ordre . Cette information a permis Southsea d’envisager une rorientation de ses recherches et l’a encourag continuer de chercher de l’information additionnelle auprs du PARI-CNRC et de l’ICIST-CNRC.

A encourag et favoris la diffusion de pratiques exemplaires et de mthodes de fabrication grce des visites d’entreprise entreprise :

  • Innovation Illimite : Innovation Illimite met en vidence l’excellence du Canada dans le secteur de la fabrication et aide les entreprises manufacturires canadiennes ainsi que les exportateurs canadiens obtenir du succs l’chelle mondiale. L’change de connaissances entre les pays htes et les PME visiteuses stimule tous les participants et contribue une saine mulation. Les vnements qui ont lieu dans le cadre d’Innovation Illimite offrent aux dirigeants d’entreprises manufacturires et aux spcialistes du travail en usine la possibilit de discuter des difficults inhrentes leur travail, de partager des ides et de voir diffrentes mthodes de travail l’œuvre.
    • Innovation Illimite a organis le concours 2006 des Prix canadiens d’innovation de nouvelles technologies.
    • Un large ventail de thmes dont les mthodes et technologies de fabrication sans gaspillage, le dveloppement de nouveaux produits, les questions environnementales, les ressources humaines, le commerce et le dveloppement international, la sant et la scurit, ont permis d’largir le programme 95 entreprises htes et plus de 1 700 participants.
    • Innovation Illimite, en collaboration avec Manufacturiers et Exportateurs du Canada, section du Manitoba, a pris les arrangements ncessaires une mission d’change de pratiques exemplaires au Dakota du Nord. La dlgation a visit deux entreprises htes qui ont partag leurs pratiques exemplaires novatrices dans le secteur des vhicules tout-terrain.
    • Une mission interprovinciale du Manitoba s’est rendue en Ontario pour visiter cinq entreprises manufacturires de pointe afin de voir les pratiques exemplaires l’œuvre et d’changer des pratiques exemplaires.
    • Une mission internationale d’Innovation Illimite s’est rendue Seattle (Washington) o cinq entreprises de calibre mondial du secteur de l’arospatiale et de l’automobile lui ont ouvert leurs portes pour partager le  secret de leurs succs .
    • Une mission internationale d’Innovation Illimite s’est rendue au Royaume-Uni o les participants ont visit six entreprises de calibre mondial des secteurs de l’arospatiale, de l’lectronique et de l’automobile. La cote globale d’valuation de cette mission a t de 85,1 %.
    • Tmoignage :  J’ai not de “vrais bijoux” dans l’entreprise visite, que je m’empresserai de partager avec mon quipe de direction afin de voir s’il n’y aurait pas moyen d’amliorer les mthodes dans ma propre entreprise. 
    • Tmoignage :  J’ai tabli d’excellents contacts et j’ai constat que les entreprises qui ont une vision claire et un bon leadership sont celles qui progressent le plus sur le plan stratgique. 
  • A permis l’embauche de diplms universitaires et collgiaux possdant les comptences et le savoir-faire prcis qui peut tre utilis afin de faire progresser des projets novateurs :
    • Initiative Emploi Jeunesse : On a assist en 2006-2007 une lgre augmentation des placements de diplms, 431 nouveaux diplms ayant eu l’occasion de travailler au sein de 463 PME dans l’ensemble du pays (4,43 millions de dollars). De plus, 150 autres diplms ont travaill avec d’autres entreprises ou dans d’autres projets amorcs en 2005-2006.

Croissance des entreprises
En juillet 2006, le PARI-CNRC a lanc une initiative exprimentale consistant en une analyse comparative des clients dans la rgion du Pacifique. L’objectif de cette exprience tait d’laborer une mthode de comparaison au moyen des bases de donnes existantes de Statistique Canada afin de voir s’il existe des diffrences entre la croissance des PME appuyes financirement par le PARI-CNRC-Pacifique et celle de l’ensemble des entreprises ayant un profil similaire. Un total de 694 similitudes ont pu tre tablies grce aux bases de donnes utilises. Cette tude a montr que les PME clientes du PARI-CNRC dans la rgion du Pacifique ont un pourcentage de croissance plus lev (emplois, masse salariale et chiffre d’affaires) que celui des PME correspondantes qui n’ont pas reu d’aide du PARI-CNRC. Outre le pourcentage accru de croissance de l’emploi, de la masse salariale et du chiffre d’affaires, l’tude dmontre galement que les clients du PARI-CNRC offrent un ratio de rendement plus lev leurs actionnaires et un taux de croissance suprieur de l’avoir des actionnaires, qu’ils investissent davantage dans la R‑D et qu’ils y affectent davantage de ressources humaines. Le rendement au chapitre des exportations des clients du PARI-CNRC est cependant lgrement infrieur celui de l’ensemble des PME. L’quipe de direction du PARI-CNRC a jug que ces rsultats taient intressants et a autoris la tenue d’une tude comparative similaire l’chelle nationale. Celle-ci sera entreprise en 2007-2008.

Rsultats des efforts de rseautage
Resserrement des liens entre les PME et les rseaux d’affaires et de technologie

  • Grce au savoir-faire de son rseau pancanadien de CTI, le PARI-CNRC aide les PME en leur faisant valoir les avantages de la technologie et de son utilisation. La qualit du rapport entre le CTI et la PME est essentielle au succs du programme. Les relations approfondies que le PARI-CNRC cultive depuis longtemps avec les diffrents intervenants et acteurs du systme d’innovation font galement du programme un des principaux catalyseurs de l’innovation industrielle.
  • Toutes les rgions du PARI-CNRC continuent de verser des contributions aux organisations. Celles-ci compltent les services consultatifs de base offerts par le PARI-CNRC. Les rgions offrent tout un ventail de services d’innovation et d’affaires aux PME. Le PARI-CNRC du Pacifique a conclu un accord de contribution avec la BC Technology Industries Association (BC TIA) pour lui permettre de participer au Programme de prparation au march qui, comme son nom l’indique, a pour objet d’aider les entreprises se prparer se lancer la conqute des marchs. Onze entreprises participent actuellement au Programme, dont huit dans la grande rgion de Vancouver, une Victoria et deux Kelowna. Toutes les entreprises ont maintenu leur participation ce programme.
  • Le PARI-CNRC de l’Ouest a conclu un accord de contribution avec le Composites Innovation Centre afin que celui-ci dirige une mission Grand Forks (Dakota du Nord) et Winona (Minnesota) en octobre 2006 afin de resserrer les liens entre les PME et organisations du Manitoba et de l’Ouest canadien et afin de favoriser un rapprochement avec les entreprises et organisations des tats du centre Nord des tats-Unis. Trente‑cinq entreprises canadiennes ont particip cette mission, ainsi que le directeur gnral du National Composite Network du Royaume-Uni et un reprsentant haut plac du U.S. National Composite Centre. On a rpertori 234 nouvelles pistes d’affaires, 8 participants sondent actuellement de nouvelles possibilits d’affaires et 82 % des participants ont affirm avoir trouv de nouvelles ides sonder, dvelopper ou introduire au sujet de nouveaux matriaux et de nouvelles technologies et 75 % d’entre eux ont affirm leur intention de communiquer avec le Composites Innovation Centre afin de discuter de nouveaux projets et de certains dbouchs.
  • Le PARI-CNRC de l’Ontario a vers une contribution MaRS afin d’tablir un rseau rgional de mentorat commercial en Ontario qui offrira des services de mentorat aux PME dans 12 rseaux rgionaux d’innovation de la province. En 2006-2007, MaRS a aid 63 entreprises partout en Ontario et dans 10 des 12 rseaux rgionaux d’innovation. MaRS est une socit sans but lucratif fonde par des dirigeants des secteurs public et priv afin d’amliorer les rsultats commerciaux obtenus par le Canada grce la science et l’innovation technologique. MaRS a pour objet de resserrer les liens entre les milieux scientifiques, les milieux d’affaires et les milieux financiers, d’abord en installant des reprsentants de chacun de ces milieux au MaRS Centre puis, dans un sens plus large, en mettant en œuvre des programmes catalyseurs, des rseaux structurs et le portail Internet MaRS.
  • Le PARI-CNRC du Qubec a vers une contribution l’Universit du Qubec Trois-Rivires afin que celle‑ci puisse offrir un service de cartographie de la chane de valeur. Ce service, supervis par un professeur, est offert aux PME par des tudiants en gnie. Les tudiants ont dfini les tapes des mthodes de fabrication de l’entreprise qui pouvaient tre amliores sur le plan de la dure et des cots de production. Au total, 16 cartographies ont t effectues en 2006-2007 et les clients se sont dits satisfaits des services obtenus.
  • Le PARI-CNRC-Atlantique et Nunavut a jou un rle dans la cration d’une plaque tournante dans le secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) dans la rgion majorit francophone du nord du Nouveau-Brunswick. Le CTI a collabor avec l’analyste technique commercial et avec d’autres intervenants de la collectivit afin de crer le Centre de recherche et dveloppement en internationalisation et en localisation (CIDIF), un organisme sans but lucratif dont l’objet est de contribuer un rapprochement entre les PME du secteur des TIC actives dans diffrents domaines de spcialisation afin qu’elles offrent ensemble des services. De cette manire, les PME seront en mesure de diversifier leurs marchs, d’obtenir des mandats plus importants et de faire crotre leur chiffre d’affaires un niveau o il leur sera possible d’envisager des investissements en R-D et en commercialisation.

Augmentation du nombre de services d’innovation offerts aux PME

  • Deux cent trente employs sur le terrain offrent des services consultatifs techniques personnaliss continus et dans de nombreux cas, des services d’aide financire. Au total, 8 432 entreprises canadiennes ont reu l’aide du PARI-CNRC en 2006-2007.
  • A financ l’innovation par des contributions verses 1 906 clients (dont 732 nouvelles entreprises) et 2 293 projets, dont 1 333 taient entirement nouveaux en 2006-2007 :
    • 66,09 millions de dollars ont t verss par le PARI-CNRC aux PME et aux Initiatives Jeunesse, dont 1,05 million de dollars sont venus de fonds de DEC et 0,47 million de dollars du fonds des Initiatives de l’Atlantique.
    • Des contributions conditionnelles remboursables de 11,58 millions de dollars ont t verses dans le cadre du programme d’aide la prcommercialisation du PARI-PTC conu pour aider les PME dvelopper des produits, des mthodes ou des services technologiques nouveaux et amliors. Le programme Partenariat technologique Canada est venu chance le 31 dcembre 2006. Le PARI-CNRC a cess tout nouvel investissement dans le PARI-PTC le 1er avril 2006. Au cours de l’exercice 2006‑2007, le PARI-CNRC a financ 458 projets en cours du PARI-PTC. Les investissements dans ce portefeuille se poursuivront pendant encore au moins deux ans afin d’honorer les engagements pris, qui sont au nombre de 83 et dont la valeur s’tablit 4,72 millions de dollars.
    • Une somme de 10,53 millions de dollars a t verse aux organisations offrant des services d’aide technique et d’aide la recherche l’industrie canadienne, dont 0,51 million de dollars sont venus de l’enveloppe de DEC et 0,50 million du fonds des Initiatives de l’Atlantique.
  • CRSNG et BDC – Au dbut de 2007, le prsident du CNRC, celui du CRSNG et celui de la Banque de dveloppement du Canada (BDC) ont voulu miser sur la complmentarit des atouts respectifs des trois organisations dans le domaine de la commercialisation et se donc sont engags collaborer afin : 1) d’accrotre la capacit des PME canadiennes d’utiliser le savoir-faire, la technologie et les installations financs par des fonds publics et d’en tirer profit; 2) d’accrotre l’exploitation des fruits des investissements publics dans la R-D de l’tat et 3) d’accrotre les possibilits de succs pour les nouvelles entreprises de haute technologie en dmarrage. Dans le cadre fix par ces principes directeurs, le CNRC, le CRSNG et la BDC ont rpertori une srie d’activits impact lev. Voici quelques exemples de mesures immdiates :
    • Un comit directeur, constitu des vice-prsidents du CNRC, du CRSNG et de la BDC, a t form en fvrier 2007 afin de mettre en œuvre cet engagement. Un plan d’action dynamique a t labor et des groupes de travail ont t forms pour mettre en œuvre ce plan d’action.
    • Le PARI-CNRC a install des CTI dans les bureaux de la BDC Vancouver et en installera dans quatre autres bureaux de la BDC afin d’accrotre la comprhension et l’utilisation par les deux organisations de leurs comptences et de leurs capacits respectives. Le CRSNG s’efforce actuellement d’installer certains de ses employs rgionaux dans des bureaux du PARI-CNRC ou de la BDC.
    • Compte tenu du grand nombre d’entreprises qui ont recours au PARI-CNRC et au financement par capital de risque de la BDC, les procdures d’autorisation et de vrification pralable respectives des deux organisations sont parfois redondantes. Par souci d’efficacit, le PARI-CNRC et la BDC valueront donc la possibilit de procder des changes de donnes de vrification pralable et d’harmoniser leurs mthodes de vrification et d’autorisation pour ces entreprises en mettant au point une  dmarche acclre . Des projets exprimentaux ont t lancs et des quipes constitues cette fin.

Augmentation du nombre et de la force des acteurs du systme d’innovation grce un nombre accru de consortiums au sein de la collectivit

  • Le PARI-CNRC a vers 10,53 millions de dollars des organisations et a maintenu des liens formels avec plus de 146 des principales organisations publiques et prives de recherche ou de technologie. Chaque rgion du PARI-CNRC a maintenu des relations actives avec les principales organisations d’aide l’innovation. Voici quelques exemples :
  • Dans la rgion du Pacifique, la British Columbia Salmon Farmers Association et la British Columbia Shellfish Growers Association ont reu une aide du PARI-CNRC et du gouvernement provincial pour embaucher un coordonnateur de la recherche-dveloppement (CRD). En 2006-2007, le PARI-CNRC a vers 111 000 $ pour appuyer l’embauche de deux CRD. Grce ces deux personnes, des liens ont t tablis avec le rseau de CRD de l’Atlantique, ce qui a conduit des recherches conjointes l’chelle nationale. En 2006, les deux rgions ont respectivement expos leurs priorits de recherche afin d’en venir une collaboration l’chelle nationale et une grille nationale de financement de la recherche a t dveloppe. Les CRD sont arrivs gnrer efficacement de nombreux avantages pour l’industrie en dveloppant des projets de recherche de nature appuyer l’industrie, en en assurant la diffusion et en faisant en sorte que l’industrie, l’administration publique et les milieux universitaires se concentrent collectivement sur les priorits communes de R-D.
  • Dans l’Ouest, le PARI-CNRC a appuy un accord de contribution avec la Saskatchewan Advanced Technology Association (SATA) afin d’aider les PME mieux comprendre leur environnement concurrentiel et technologique et leur avenir grce des services de veille technologique et d’autres services adapts leurs plans et stratgies en matire de croissance technologique. Il a aussi appuy la cration et le dveloppement du Saskatchewan Angel Investor Network (SAINT) afin de combler le foss actuel entre entrepreneurs et investisseurs. La SATA a aid 12 PME en dfinissant pour elles les besoins de leurs clients et la porte de leurs projets, en dressant la liste des comptences requises et en surveillant les progrs accomplis dans le cadre des projets. Le SAINT a dj aid 45 PME prsenter des dbouchs d’affaires ventuels des investisseurs potentiels. Sept PME ont t prsentes des investisseurs et les dmarches de trois d’entre elles ont t couronnes de succs.
  • Le PARI-CNRC de l’Ontario ainsi que les Centres d’excellence de l’Ontario et le ministre de la Recherche et de l’innovation ont appuy le programme Health Technologies Exchange (HTX) de Markham dans ses efforts pour rapprocher les PME et les organisations de recherche en milieux universitaire et hospitalier. Il s’agit d’une initiative de trois ans qui a dbut la fin de 2006. Sept projets ont t lancs en 2006‑2007.
  • Au Qubec, Enviroclub est une initiative de Dveloppement conomiqueCanada pour les rgions du Qubec (DEC), d’Environnement Canada et du PARI-CNRC. Un Enviroclub est un groupe d’entreprises d’une rgion donne dont les entreprises membres acquirent chacune les comptences et les fonds ncessaires pour : 1) procder un projet de lutte contre la pollution en usine qui rduit les cots de production; 2) amliorer son rendement environnemental et 3) accrotre ses connaissances grce des ateliers de gestion environnementale et un rseau de contacts professionnels. De 2000 avril 2007, 21 Enviroclubs ont t crs, chacun constitu d’environ 15 entreprises participantes. Parmi les participants ces Enviroclubs, mentionnons les producteurs de marchandises allant des tomates hydroponiques au bois d’œuvre en passant par les vtements, les armoires de cuisine, les matriaux d’emballage, les tubes d’aluminium, les produits de nettoyage et plus encore. Les bnfices de toutes ces entreprises sont la hausse. Grce aux Enviroclubs, plus de 230 socits manufacturires qubcoises ont accru leur rentabilit tout en rendant leurs mthodes de production moins nuisibles pour l’environnement.
  • En Atlantique et au Nunavut, le PARI-CNRC a entrepris une valuation rgionale importante de ses contributions aux organismes d’aide l’innovation. L’tude a pris fin en 2006. Au total, 32 organisations y ont particip ainsi que 100 PME et 13 CTI. Les organisations bnficiaires ont dclar avoir un total de 1 534 clients, dont 954 ont reu des services relativement importants. Les PME ont clairement indiqu que la contribution du PARI-CNRC avait jou un rle crucial un moment important.
  • Le PARI-CNRC collabore avec le Forum des entrepreneurs (FE) depuis dix ans. Grce au FE, les PME de l’ensemble de la rgion de l’Atlantique ont accs de prcieux services, dont des services de mentorat commercial confidentiel et des services consultatifs venant de gens d’affaires chevronns. Encourager et appuyer les entrepreneurs est essentiel l’dification d’entreprises nouvelles et novatrices et au dveloppement d’une conomie forte au Canada atlantique. Actuellement, le FE compte des bureaux en Nouvelle-cosse, l’le-du-Prince-douard et Terre-Neuve-et-Labrador. En 2006-2007, le FE a procd 115 consultations de ses clients et a organis 32 sances consultatives partout au Canada atlantique. ce jour, entre autres rsultats obtenus grce l’appui du PARI-CNRC au FE, mentionnons l’augmentation du nombre d’occasions qu’ont les clients d’tablir des contacts significatifs dans les milieux d’affaires et professionnels et d’obtenir des conseils stratgiques de gens qui sont  dj passs par l .
  • Le PARI-CNRC a maintenu des liens avec les universits, les collges et les laboratoires publics du Canada ainsi qu’avec les organisations d’innovation technologique et le secteur priv afin de pouvoir rpondre de manire globale aux besoins de ses clients l’intrieur de ce que l’on pourrait autrement percevoir comme un systme d’innovation fragment.
  • Grce des accords de contribution officiels ou des rseaux informels mais efficaces, le PARI-CNRC a travaill avec des acteurs locaux de partout au Canada afin d’accrotre l’aide apporte aux PME qui participent aux activits des grappes que le CNRC s’efforce de dvelopper ou aux activits d’autres grappes technologiques, afin de renforcer la structure d’innovation du Canada, afin d’enrichir le programme d’innovation et de faciliter la coordination entre les diffrents acteurs au sein des grappes technologiques.

Meilleure comprhension des dbouchs internationaux
A aid les PME tablir des liens avec des programmes ou des sources de technologies internationales et obtenir de l’information technique de provenance trangre :

  • Le PARI-CNRC a maintenu ses liens troits avec le ministre des Affaires trangres et du Commerce international du Canada (MAECI). En 2006, des discussions ont t engages afin de resserrer les liens et d’accrotre la collaboration entre le PARI-CNRC et le MAECI ainsi qu’entre les CTI et les employs du MAECI. Entre autres exemples de collaboration, mentionnons le programme  portes ouvertes  du Canada dans les pays scandinaves et aux Pays-Bas, qui est une initiative de jumelage technologique. Le PARI-CNRC a d’abord rencontr des gestionnaires de parcs scientifiques scandinaves prslectionns afin de les interroger et d’identifier des PME trangres qu’il serait ventuellement possible de jumeler des entreprises canadiennes. Ce modle international et cette pratique ont t lancs par le conseiller en innovation et en rseautage du PARI-CNRC de la rgion de l’Atlantique et du Nunavut avec l’aide d’un conseiller en science et en technologie du MAECI Copenhague. Depuis 2003, 26 parcs scientifiques rpartis dans 6 pays scandinaves et aux Pays-Bas ont ainsi t visits et 80 entreprises ont accord des entrevues. Une analyse et un rapport seront prpars et les orientations futures de cette initiative feront l’objet de discussions en 2007-2008.
  • Le PARI-CNRC participe activement au Rseau interministriel sur les sciences et la technologie l’chelle internationale, qui est dirig par le MAECI et auquel participent galement le CNRC, les ministres et organismes vocation scientifique, Industrie Canada, les Rseaux de centres d’excellence, les conseils subventionnaires, le Bureau du conseiller scientifique national et d’autres organisations. Le but de ce rseau est de diffuser de l’information et de stimuler les discussions sur les possibilits de collaboration. De plus, le PARI‑CNRC a amorc des discussions prliminaires avec le MAECI sur des moyens ventuels d’assurer sa participation ERA-CAN, ce qui serait nettement l’avantage des PME. Le projet ERA-CAN a pour objet de diffuser en Europe de l’information sur les capacits scientifiques et technologiques du Canada et de diffuser de l’information sur l’Union europenne (UE) l’intention des chercheurs canadiens afin d’encourager la collaboration entre le Canada et l’UE.
  • Le PARI-CNRC travaille galement avec le MAECI l’valuation des possibilits de commercialisation de projets russes dans ce pays et value des sources de financement potentielles de projets canadiens en Russie.
  • Un CTI a t envoy en dtachement Kiev (Ukraine) dans le cadre de l’ancien programme scientifique d’armement du Science and Technology Centre in the Ukraine (STCU). Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un protocole d’entente conclu entre le MAECI et le CNRC pour la rorientation des anciens scientifiques affects au programme d’armement vers le Programme de partenariat mondial gr par le MAECI. En mars 2007, ce CTI a quitt le PARI-CNRC, mais il demeure cependant directeur adjoint du Programme de partenariat mondial Kiev.

Efforts accrus d’adoption, de commercialisation et de collaboration dans le cadre d’entreprises internationales

  • Au cours de l’exercice 2006-2007, 10 missions internationales l’tranger ont t organises dans 16 pays (UE, Chine, Thalande, Taiwan, Hong Kong, tats-Unis, Mexique, Isral). Cinq missions trangres ont de plus t accueillies au Canada. Ces initiatives ont permis la conclusion de dix partenariats technologiques.
  • La rgion du Pacifique entretient des contacts actifs avec les pays d’Asie, et plus particulirement avec la Chine. Le PARI-CNRC a en effet conclu des protocoles d’entente actuellement en vigueur avec trois commissions scientifiques et technologiques chinoises (Shanghai, Beijing et Guangdong). En janvier 2007, une mission ministrielle sur les technologies environnementales a t organise avec succs en Chine. Une dlgation d’entreprises canadiennes du secteur de l’hydrogne et des piles combustible y a particip. Ensuite, il y a eu de vastes consultations au sein de l’industrie afin de planifier des projets de R-D conjoints avec l’IIPC-CNRC et des PME. Cette mission a permis de dfinir des possibilits de R-D conjointes qui sont actuellement en cours d’laboration.
  • Dans le cadre du protocole d’entente sign en 2006 entre le PARI-CNRC et le  Centre de dveloppement des technologies industrielles  d’Espagne, le programme CANADEKA a t lanc en 2006. Il s’agit d’un programme conjoint d’aide la collaboration internationale. Quatre entreprises ontariennes ont dj prsent des demandes dans le cadre de ce programme.
  • En 2005, la Confdration de l’industrie indienne (CII, Inde) et le PARI-CNRC ont sign un protocole d’entente de trois ans pour encadrer et favoriser la collaboration scientifique et technologique entre PME indiennes et canadiennes. Parmi les domaines initialement cibls, mentionnons les sciences de la vie, les nergies renouvelables et la nanotechnologie. Une sance formelle de partenariat a t organise dans le cadre du protocole d’entente entre le CII et le PARI-CNRC. Six entreprises clientes du PARI-CNRC y ont particip afin de discuter de possibilits de partenariats dans l’application des sciences de la vie des problmes ruraux. En consquence, deux projets de collaboration dans le domaine de la scurit alimentaire et des diagnostics molculaires ont t dfinis et ont fait des progrs. Le PARI-CNRC travaille aussi avec le Bureau des relations internationales du CNRC (BRI-CNRC) afin que soit labore une stratgie l’chelle du CNRC l’gard de l’Inde et notamment l’gard de la participation ventuelle du PARI-CNRC au programme de partenariats internationaux en science et en technologie et l’gard de la conclusion rcente d’un protocole d’entente entre le CNRC et le ministre de la Biotechnologie de l’Inde.
  • S’appuyant sur des efforts antrieurs de rapprochement, le PARI-CNRC et Enterprise Ireland ont sign une lettre d’entente en octobre 2006 en vertu de laquelle les deux parties s’engagent promouvoir les partenariats technologiques entre entreprises irlandaises et canadiennes. Des discussions prliminaires ont eu lieu entre certaines de ces entreprises.
  • En 2006, le Canada a officiellement accept la socit EurotransBio d’ERA-Net comme partenaire. Le MAECI dirige cette initiative en utilisant le PARI-CNRC comme agent de liaison avec les PME. Ce partenariat vise favoriser les projets internationaux de recherche conjointe. Le deuxime appel de propositions est actuellement en cours.

 

En millions de dollars

 

7) Dpenses relles 2004-2005

8) Dpenses relles 2005-2006

9) Dpenses prvues 2006-2007

10) Autorisations totales 2006‑2007

11) Dpenses relles 2006-2007

12) cart(s) entre les colonnes 9) et 11)

Soutien l’innovation et infrastructure nationale de science et de technologie

13) Activit de programme (AP)

 

 

 

 

 

 

14) Total des subventions

 

 

 

 

 

 

14) Contributions

83,6

79,0

71,2

80,1

76,6

(5,4)

14) Total autres genres de PT

 

 

 

 

 

 

15) Total pour l’AP

83,6

79,0

71,2

80,1

76,6

(5,4)

16) Commentaire(s) sur les carts : L’cart de (5,4 M$) est surtout imputable aux fonds additionnels reus d’Industrie Canada pour les PME et qui n’avaient pas t prvus au moment o le RPP a t produit.

17) Conclusions importantes de l’valuation :
Le PARI-CNRC a contribu accrotre l’innovation et le rendement financier des PME canadiennes.

  • Environ 12 364 projets financs par le PARI-CNRC ont permis l’amlioration importante ou la cration de 39 186 produits, services ou procds de 1996 2001, soit environ 3,2 innovations par projet financ par le PARI-CNRC.
  • Un chiffre d’affaires d’environ 11,3 milliards de dollars est li aux innovations que le PARI-CNRC a contribu gnrer, 4,2 milliards de dollars tant attribuables au PARI-CNRC de 1996 2001 soit l’quivalent de 11 fois ses contributions totales aux projets des clients au cours de cette mme priode.
  • Environ 37,6 milliards de dollars de chiffres d’affaires futurs prvus sont lis aux innovations que le PARI-CNRC a contribu gnrer, 14 milliards de dollars tant attribuables au PARI-CNRC au cours du reste du cycle de vie des innovations des clients.
  • La cration d’environ 32 600 emplois additionnels rels est lie aux innovations que le PARI-CNRC a contribu gnrer, 12 025 de ces emplois tant attribuables au PARI-CNRC au cours de la priode de 1996 2001, soit une somme de 32 000 $ en contributions du PARI-CNRC par emploi cr au cours de cette priode1.

Le PARI-CNRC a galement gnr de la valeur et cr de la richesse pour le Canada.

  • Environ 37 % des innovations de ses clients sont considres comme des  premires mondiales  et 66 % comme des  premires canadiennes . Par ailleurs, 96 % des innovations sont considres comme des  premires pour l’entreprise en cause .
  • Ses contributions aux projets des clients sont associes des investissements totaux (pour toutes les phases des projets d’innovation) quivalant environ 12,5 fois les contributions du PARI-CNRC2, presque 50 % de ces investissements ayant t raliss mme les capitaux propres de l’entreprise.
  • Les estimations tires de l’analyse socioconomique de l’valuation indiquent que le rapport qualit-prix des activits du PARI-CNRC est excellent, ses contributions gnrant un rendement sous la forme de recettes fiscales actuelles et futures values environ 11 fois la valeur des contributions verses au PARI-CNRC3.
  • Le PARI-CNRC est reconnu par les clients comme le meilleur programme public de soutien technologique et comme la meilleure source externe d’information (outre la chane d’approvisionnement des entreprises et l’information relevant du domaine public).

1 - Les donnes sur le nombre d’innovations ont t tablies par extrapolation en fonction des 14 564 projets mens par le PARI. Les donnes sur les chiffres d’affaires et les emplois sont fondes sur une enqute effectue auprs de 684 clients du PARI et ont t tablies par extrapolation en fonction du nombre de clients du PARI qui s’lve 9 158. La dure moyenne des innovations des clients est estime dix ans. L’attribution au PARI est fonde sur l’augmentation de 37 % du financement du PARI. Les contributions totales du PARI aux projets des clients au cours de la priode de 1996 2001 se sont leves 386 millions de dollars.
2 - Les donnes sur les investissements additionnels ont t tablies par une extrapolation s’appuyant sur le nombre total de 14 564 projets mens par le PARI et comprennent les investissements dans des phases des projets des clients auxquelles le PARI n’a peut-tre pas collabor.
3 - Les donnes relatives au rendement des investissements de l’tat canadien sont fondes sur une modlisation conomique de 26 dossiers de clients individuels du PARI, incluant la modlisation du chiffre d’affaires annuel rel du client, son chiffre d’affaires futur prvu pendant le reste du cycle de vie de l’innovation, ses frais fixes et variables, ses bnfices, la dprciation de ses machines et de son matriel, un taux d’imposition des socits de 33 %, un taux d’actualisation publique de 6 % et une attribution de l’impt sur le revenu des socits de 38,4 % au PARI.

URL vers le rapport d’valuation de 2001-2002 : http://www.nrc-cnrc.gc.ca/aboutUs/audit_irap_f.html

1) Nom du programme de paiements de transfert : Tri-University Meson Facility (TRIUMF)

2) Date de cration : 1976

3) Date de fin : 31 mars 2010

4) Description : TRIUMF, le laboratoire national canadien de recherche en physique subatomique est situ sur le campus de l’Universit de la Colombie-Britannique Vancouver. Son fonctionnement est assur depuis 1968 par un consortium de quatre universits de l’Ouest canadien – l’Universit de l’Alberta, l’Universit Simon Fraser, l’Universit de Victoria et l’Universit de Colombie-Britannique – dans le cadre d’une convention de coentreprise.

Une cinquime universit, l’Universit Carleton, s’est jointe au consortium le 1er avril 2000 et l’Universit de Toronto est devenue le sixime membre en avril 2005. Sept autres universits (Regina, Manitoba, Guelph, McMaster, Queen's, St. Mary’s et Montral) sont membres associs. L’Universit de Montral a demand se joindre au consortium en tant que membre part entire ds le 1er avril 2007.

Le laboratoire TRIUMF loge un acclrateur de particules qui produit des faisceaux de msons et d’autres particules subatomiques servant la recherche fondamentale en physique nuclaire et en physique des particules au Canada et l’tranger. Ces recherches jettent les bases de nouvelles technologies en physique et en sciences de la vie, et l’installation contribue aussi fortement la recherche sur les matriaux de pointe au Canada et l’tranger.

TRIUMF est gr comme un laboratoire national et comme la passerelle du Canada vers les laboratoires internationaux de physique subatomique. Ce laboratoire est la contribution canadienne au rseau mondial d’installations de physique des hautes nergies prsent dans la plupart des grands pays industrialiss.

5) Rsultats stratgiques :

  • Maintenir le statut d’installation nationale de physique subatomique du laboratoire TRIUMF et appuyer un programme exprimental permanent dans ce laboratoire et notamment des programmes auxiliaires dans le domaine des sciences des matriaux, des sciences de la vie et des thrapies mdicales.
  • Construire et exploiter un acclrateur et sparateur d’isotopes plus gros (ISAC‑II) afin de rpondre aux besoins d’un programme de recherche novateur en physique nuclaire, en astrophysique nuclaire, en science des matriaux et en sciences de la vie.
  • Agir comme le lien principal du Canada avec le Centre europen de recherche nuclaire (CERN) et fournir des composantes qui constitueront la contribution canadienne au Grand collisionneur de hadron (LHC) et pour le dtecteur ATLAS (A Toroidal LHC Apparatus) au CERN Genve (Suisse) de telle sorte que les scientifiques canadiens puissent participer ces programmes de recherche l’avant-garde de la physique des particules.
  • Fournir de l’aide aux infrastructures aux milieux canadiens de la recherche en physique subatomique.
  • Maximiser les retombes conomiques des investissements fdraux dans TRIUMF pour les entreprises canadiennes grce des activits proactives de transfert des technologies et grce ses politiques de march et d’approvisionnement.

6) Rsultats obtenus :
TRIUMF a connu une anne trs productive. Voici quelques-uns des faits saillants de l’anne (liste non exhaustive) :
Rsultats scientifiques

  • Premire exprience d’acclration d’un isotope rare du lithium au moyen d’ISAC-II. Cette exprience unique, faisant appel l’appareil exprimental MAYA, a russi sonder la structure d’un noyau de lithium‑11 grce une raction de transfert deux neutrons. Il s’agit d’une russite exceptionnelle.
  • Premire exprience avec l’appareil TIGRESS, en utilisant les 2 premiers dtecteurs de germanium sur les 12 prvus.
  • Publication de donnes uniques par le groupe de la rsonance du spin muonique concernant le comportement microscopique de matriaux sur lesquels sont exerces des pressions leves au moyen d’une nouvelle technique associe au sondage par spin muonique.
  • Publication des rsultats de l’exprience TWIST consacre la dsintgration de prcision du muon. Ces rsultats constituent actuellement la norme mondiale de ce processus important de dsintgration.

Rsultats techniques et rsultats des appareils exprimentaux

  • Mise en service russie de la premire phase des acclrateurs ISAC-II. Ce systme est actuellement unique au monde.
  • Dveloppement russi d’un appareil de rsonance magntique nuclaire bta s’appuyant sur une nouvelle technique exprimentale, la  rsonance nuclaire quadruple , qui permet de sonder la structure interne des nouveaux matriaux.
  • tablissement d’une liaison rapide de transmission des donnes entre le CERN et TRIUMF et des instruments initiaux ncessaires la cration du centre de donnes Tier-1.
  • Fabrication russie de 10 000 lments de dtecteur ncessaires la contribution canadienne l’exprience sur les neutrinos T2K qui est en voie d’tre entreprise au Japon. Cette exprience constitue la suite naturelle de l’exprience russie l’Observatoire de neutrinos de Sudbury.
  • 4 300 heures de temps d’utilisation de faisceaux permettant la production d’isotopes rares et exotiques dans les installations ISAC.
  • L’appareil exprimental TITAN a mis un terme la mise en service initiale du faisceau et les travaux se droulent conformment l’chancier pour les mesures de masse la fin de l’t 2007.

 

En millions de dollars

 

7) Dpenses relles 2004-2005

8) Dpenses relles 2005-2006

9) Dpenses prvues 2006-2007

10) Autorisations totales 2006‑2007

11) Dpenses relles 2006-2007

12) cart(s) entre les colonnes 9) et 11)

Recherche et innovation technologique

13) Activit de programme (AP)

 

 

 

 

 

 

14) Total des subventions

 

 

 

 

 

 

14) Contributions

40,0

44,0

51,8

51,8

45,5

6,3

14) Total des autres genres de PT

 

 

 

 

 

 

15) Total pour l’AP

40,0

44,0

51,8

51,8

45,5

6,3

16) Commentaire(s) sur les carts : L’cart de 6,3 M$ est surtout imputable au blocage d’une allocation de 6,2 M$ de TRIUMF.

17) Conclusions importantes de l’valuation :
Le Comit d’examen appuie sans rserve le programme quinquennal de recherche scientifique propos avec ses priorits bien dfinies. Le Comit estime que le programme de recherche propos est de la plus haute qualit.

Le Comit n’a que des louanges faire sur le processus au moyen duquel le plan quinquennal a t labor, et plus particulirement l’gard de la participation importante et continue de la communaut scientifique canadienne.

Au cours de la dernire dcennie, TRIUMF a fait l’objet d’une rorientation importante, passant du statut d’installation de hadrons en physique nuclaire nergie moyenne un laboratoire ayant une mission de recherche double : i) un programme interne fond sur le cyclotron de 500 MeV, principalement l’installation ISAC, qui fournit des faisceaux intenses de noyaux vie courte aux chercheurs en astrophysique et en physique nuclaires des noyaux instables, en plus de mener d’importants programmes en science molculaire, en science des matriaux et en sciences de la vie; ii) un programme extrieur orient vers les grands dbouchs de la physique des particules que l’on s’attend crer au moyen des futures installations et plus particulirement du LHC du CERN. En outre, TRIUMF a dvelopp un dynamique programme de transferts des technologies, d’ducation et de sensibilisation du public qui a connu de nombreux succs.

De l’avis du Comit, le laboratoire est arriv matriser les nombreux enjeux critiques sous-jacents cette difficile transition et il est maintenant bien positionn pour assumer son double rle grce ses programmes internes et externes.

Certains dveloppements techniques, et plus particulirement la construction russie d’ISAC ainsi que les structures des programmes, sont maintenant bien harmoniss et devraient permettre des perces majeures dans leur domaine respectif de recherche. Le plan quinquennal propos traduit de manire efficace les objectifs scientifiques gnraux dans un programme dtaill et bien planifi.

Le Comit estime que sur la foi de ces dveloppements, TRIUMF gnre des possibilits nouvelles et importantes tout en jouant son rle traditionnel d’appui la recherche universitaire canadienne et tout en continuant attirer un nombre croissant de scientifiques de partout dans le monde.

La structure de direction, la structure technique et la structure de gestion en place au laboratoire conviennent particulirement bien l’excution du programme quinquennal propos.

Le Comit considre que le financement demand est appropri et ncessaire. Si les crdits accords sont infrieurs aux demandes, cela entranera invitablement la perte d’lments scientifiques importants pour TRIUMF et pour le milieu scientifique canadien tout entier.

URL vers le rapport d’examen par les pairs 2003-2004  : http://www.nrc-cnrc.gc.ca/aboutUs/audit_irap_f.html

1) Nom du programme de paiements de transfert : Tlescope Canada-France-Hawaii (TCFH), Tlescope James Clerk Maxwell (TJCM), tlescopes Gemini

2) Date de cration : 1978 (TCFH)

3) Date de fin : dcembre 2012 (aide de la National Science Foundation des tats-Unis aux tlescopes Gemini)

4) Description : Le CNRC, en partenariat avec d'autres organismes internationaux, verse des contributions financires l'appui de la gestion et du fonctionnement de ces tlescopes et des installations connexes, et il participe la supervision et l'orientation de ces installations et de leurs activits de recherche.

Les activits de recherche-dveloppement en astrophysique exigent la construction de grands tlescopes trs prcis et trs onreux, ainsi que de nombreux instruments connexes, dans les emplacements o rgnent des conditions d'observation idales. Les cots de construction et d'entretien de ces installations sont si levs qu'ils dpassent la capacit financire d'entreprises seules, voire de bien des tats. Les organismes de recherche publics s'efforcent donc d'appuyer ces activits de R-D dans le cadre de partenariats internationaux.

5) Rsultats stratgiques :

Objectifs :

  • Accrotre l’accs dont dispose le Canada des installations et des comptences de calibre mondial en astrophysique et en tirer parti.
  • Intensifier la collaboration scientifique entre organismes canadiens et trangers.
  • Accrotre les possibilits de formation pour les scientifiques et chercheurs canadiens.
  • Accrotre les possibilits de dveloppement des instruments pour les chercheurs et les entreprises du Canada.
  • Rehausser le niveau de connaissance et de comprhension de l’univers par l’observation et l’tude des corps clestes.

Rsultats immdiats :

  • Les astronomes canadiens ont accs des installations et des technologies d’avant-garde.
  • Ces installations sont rendues accessibles aux tudiants qualifis afin qu’ils puissent y parfaire leur formation.
  • De nouvelles technologies sont mises au point dans le cadre du dveloppement de nouveaux concepts de tlescopes et d’instruments.
  • La publication en temps opportun des rsultats des recherches est facilite.
  • Les donnes provenant des tlescopes sont utilises efficacement.

Rsultats intermdiaires :

  • En tant que membre du G8 et de l’OCDE, le Canada joue un rle prdominant dans les projets scientifiques internationaux.
  • Les retombes scientifiques gnres par les tlescopes au Canada et dans le monde sont maximises.
  • L’industrie canadienne dispose d’un nombre accru d’occasions de participer des projets scientifiques de pointe et en tire un nombre accru d’avantages.
  • De nouvelles technologies sont transfres l’industrie.

Rsultats finaux :

  • Les scientifiques acquirent des connaissances sur l’univers et sur les objets qui s’y trouvent.
  • La position du Canada parmi les chefs de file mondiaux de l’astronomie est amliore et maintenue.

6) Rsultats obtenus :
Les grandes infrastructures constituent l’pine dorsale de la recherche moderne en astrophysique. Depuis 1970, le Canada s’est taill une place enviable grce ses investissements stratgiques dans des installations de pointe. Outre le maintien au Canada d’infrastructures essentielles, les contributions du CNRC trois installations internationales majeures permettent aux chercheurs canadiens d’accder des possibilits de recherche la fine pointe dans les fentres spectrales optiques et submillimtriques. Environ 40 % du budget permanent de l’IHA‑CNRC est transfr directement ces installations trangres en guise de contribution fixe leurs frais de fonctionnement. Les scientifiques, ingnieurs et techniciens de l’IHA-CNRC dveloppent galement des instruments scientifiques novateurs pour le compte d’observatoires partenaires. Pour se maintenir parmi les trois pays les plus avancs au monde en astronomie, il est crucial que le Canada ait accs aux meilleurs observatoires dots des meilleurs instruments. L’astronomie s’appuie sur de grands projets scientifiques et le fait de miser sur des partenariats internationaux ouvre la porte des projets importants et stimulants pour l’industrie canadienne. L’IHA‑CNRC recherche activement la participation de l’industrie ses projets et facilite l’engagement des entreprises d’autres projets et des entreprises commerciales connexes qui s’appuient sur les connaissances scientifiques et techniques du CNRC.

Les scientifiques de l’IHA-CNRC jouent un rle prpondrant afin de s’assurer que les installations appuyes par le Canada demeurent concurrentielles sur la scne mondiale. Les spectrographes GMOS, construits par l’IHA-CNRC pour les tlescopes Gemini, produisent les retombes scientifiques les plus importantes du projet Gemini. En 2006, l’IHA-CNRC, en collaboration avec des laboratoires partenaires, a obtenu un important contrat (6,3 millions de dollars amricains) pour participer la construction de l’imageur plantaire Gemini (GPI). Cet imageur, le premier des instruments conus dans le cadre du programme Aspen de Gemini tre financ a t formellement lanc en juin. Lorsque la construction du GPI sera termine en 2010, il s’agira de l’instrument le plus puissant au monde pour dtecter directement les images de plantes autour des toiles environnantes. L’IHA-CNRC participe au dveloppement du systme d’optique adaptative de Gemini (Altair, galement construit l’IHA-CNRC) qui doit tre utilis avec le guide laser des toiles, et les scientifiques de l’Institut sont parmi les tout premiers utilisateurs de cette capacit. Le systme permettra, au moyen des tlescopes Gemini, de prendre des images environ trois fois plus prcises que celles prises avec le tlescope spatial Hubble. Le succs de ces projets aura des retombes non seulement pour les scientifiques canadiens, mais aussi pour tous ceux du partenariat Gemini. Le savoir-faire tabli de l’IHA-CNRC dans les technologies d’optique adaptative, dveloppes initialement pour le TCFH et maintenant pour Gemini, reprsente le fondement de travaux plus pousss pour la conception du systme d’optique adaptative du Tlescope de trente mtres.

Les articles scientifiques s’appuyant sur les donnes extraites du GMOS et du dispositif Altair reprsentent prs de 50 % de tous les articles publis sur Gemini ce jour.

Centre canadien de donnes astronomiques (CCDA)
En 2006, les auteurs de plus de 106 articles publis dans des revues comit de lecture ont reconnu avoir eu recours aux donnes du CCDA. Le Centre a continu de mettre en œuvre des systmes afin de faciliter l’accs aux donnes par les chercheurs. Voici quelques exemples :

  • Publication d’un mcanisme d’accs exclusif aux produits du relev de l’Observatoire virtuel (OV) hrit du TCFH, de telle sorte que les donnes sont maintenant accessibles au moyen des outils de l’OV pendant la priode d’exclusivit.
  • Dveloppement continu d’archives de donnes scientifiques de Gemini, y compris la conclusion d’un nouveau contrat pour produire des images avances de Gemini.
  • Travaux constants avec le TJCM pour mettre en œuvre un service de gestion et d’archivage des donnes en prvision du relev prvu des donnes archives du TJCM au moyen de nouveaux instruments.
  • Amlioration des fonctions de transfert des fichiers entre les tlescopes Gemini et le CCDA qui font en sorte que les ensembles de donnes brutes de Gemini sont mis la disposition des utilisateurs autoriss dans les 15 minutes qui suivent leur acquisition.

Sensibilisation
Les programmes scolaires demeurent une priorit cl, ce qui explique que 354 programmes ont t organiss l’intention de 4 116 tudiants de 90 coles de l’le de Vancouver au cours du dernier exercice. Plus de 15 000 visiteurs ont assist aux autres programmes de l’IHA-CNRC, y compris la trs populaire  fte des toiles  estivale, dans le cadre de laquelle le public a accs au tlescope historique Plaskett.

Collaboration avec l’industrie
L’IHA-CNRC possde un savoir-faire unique dans la cration d’instruments spcialiss ncessaires aux travaux en astronomie. Pour dvelopper les instruments de prcision dont les observatoires partenaires ont besoin, l’IHA-CNRC retient les services d’entreprises canadiennes afin de fabriquer ces instruments conformment des caractristiques prcises, ce qui ouvre de nouveaux dbouchs ces entreprises.

  • Grce ses travaux avec l’IHA-CNRC, Nanowave Technologies Inc. a obtenu un contrat de fourniture d’amplificateurs dans le cadre du projet CARMA (Combined Array for Research in Millimeter-wave Astronomy), un instrument astronomique qui sera compos de 23 radiotlescopes grs par un consortium d’universits amricaines.
  • Un contrat important a t accord la socit ontarienne Breconridge Manufacturing Solutions afin qu’elle fournisse les normes plaques de circuits imprims qui constitueront le cœur du radiotlescope trs grand dploiement du U.S. National Radio Astronomy Observatory, au Nouveau-Mexique.
  • La socit Empire Dynamic Structures de Colombie-Britannique est en bonne position pour obtenir des contrats d’une valeur maximale de 100 millions de dollars afin de concevoir la structure et les systmes d’enceinte du Tlescope de trente mtres gr de faon internationale.

 

En millions de dollars

 

7) Dpenses relles 2004-2005

8) Dpenses relles 2005-2006

9) Dpenses prvues 2006-2007

10) Autorisations totales 2006‑2007

11) Dpenses relles 2006-2007

12) cart(s) entre les colonnes 9) et 11)

Recherche et innovation technologique

13) Activit de programme (AP)

 

 

 

 

 

 

14) Total des subventions

 

 

 

 

 

 

14) Total des contributions

10,8

9,4

12,6

12,6

12,6

-

14) Total des autres genres de PT

 

 

 

 

 

 

15) Total de l’AP

10,8

9,4

12,6

12,6

12,6

-

16) Commentaire(s) sur les carts : Aucune explication requise.

17) Rsultats d’valuation importants : Au cours des exercices financiers 2005-2006 et 2006-2007, les lments du PLT appuys par l’IHA-CNRC au cours des cinq premires annes de mise en œuvre ont t valus. Les recommandations qui suivent sont fondes sur les conclusions du rapport d’valuation.

Recommandation 1 : L’IHA-CNRC devrait se doter d’un plan de relve afin de s’assurer que la capacit de recherche de l’Institut n’est pas amoindrie par le dpart la retraite potentiel d’employs.

Recommandation 2 : Une insistance et des efforts accrus devraient tre dploys par l’IHA-CNRC pour rpertorier de manire systmatique les entreprises canadiennes inclure ses travaux dans le cadre des grands projets internationaux de tlescopes financs par l’entremise du PLT.

Recommandation 3 : L’IHA-CNRC devrait tenir compte du problme de l’affaiblissement peru de la recherche en astronomie l’Institut et, si ces proccupations sont juges valides, il devrait prendre des mesures pour remdier la situation.

Recommandation 4 : Le CNRC devrait obtenir des fonds pour financer le reste des travaux attribus l’IHA-CNRC dans le cadre du PLT et des documents d’examen mi-mandat afin de s’assurer que les retombes positives se maintiennent.

Recommandation 5 : La prochaine enveloppe budgtaire reue afin de mettre en œuvre le PLT devrait faire l’objet d’un suivi distinct dans le systme financier de l’IHA-CNRC.

Recommandation 6 : Les difficults lies la gestion financire des  grands projets scientifiques  long terme prvus dans le PLT l’intrieur d’un cycle de planification quinquennal devraient tre analyses en tenant compte du cadre recommand par le Bureau du conseiller national des sciences (BCNS).

Recommandation 7 : Si une deuxime enveloppe de financement est accorde pour le PLT, le CNRC devrait envisager de procder une analyse de rendement de l’investissement et une analyse cots-avantages, en coordination avec les autres organisations fdrales finances par l’entremise du PLT. Si elles sont entreprises, ces tudes devraient tre termines avant la prochaine valuation.