Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

ARCHIVÉ - Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada

Avertissement Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web

Information archivée dans le Web à  des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à  jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à  la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à  la page « Contactez-nous ».





2007-2008
Rapport ministériel sur le rendement



Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada






La version originale a été signée par
L'honorable Tony Clement
Ministre de l’Industrie






Table des matires

Liste des figures

  1. Architecture des activits de programme du CRSNG
  2. Renseignements sommaires sur le CRSNG
  3. Activits de programme par rsultat stratgique
  4. Investissement fdral de la R et D universitaire en SNG
  5. R et D de l’enseignement suprieur (RDES) en tant que pourcentage du PIB, 2006 ou anne la plus rcente
  6. University R&D Funding in the Natural Sciences and Engineering, 2007
  7. Clients et partenaires du CRSNG, 2007-2008
  8. Premier diplme dcern en SNG en tant que pourcentage de l’ensemble des premiers diplmes, en 2004 ou au cours de l’anne la plus rcente
  9. Exemples de retombes du programme PromoScience
  10. Rendement associ aux bourses de recherche de 1er cycle (BRPC) du CRSNG
  11. Rendement associ aux bourses d’tudes suprieures (ES) du CRSNG
  12. Rendement associ aux bourses postdoctorales (BP) du CRSNG
  13. Rendement associ aux bourses postdoctorales de R et D industrielle (BPRDI) du CRSNG
  14. Taux de chmage en sciences naturelles et en gnie (%)
  15. Salaire annuel moyen par catgorie professionnelle au Canada, en 2007
  16. Nombre d’emplois professionnels et techniques en sciences naturelles et en gnie au Canada
  17. Croissance annuelle moyenne des groupes professionnels au Canada entre 1988 et 2007
  18. Recrutement de titulaires d’une chaire de recherche du Canada (CRSNG) l’tranger, par anne
  19. Transfert de connaissances et de technologie (Sondage auprs des partenaires) – Programme de PCI
  20. Nombre de nouveaux candidats au Programme de subventions la dcouverte du CRSNG ayant fait leurs tudes l’tranger
  21. Nombre de professeurs appuys par le CRSNG qui quittent le pays
  22. Nombre de publications canadiennes en SNG et part mondiale
  23. Facteur de citations relatif moyen (FCRM) en SNG, en 2006
  24. Incidence relative des citations du Canada par sous-domaines slectionns, 2002-2006
  25. Production d’articles en SNG par habitant, 2006
  26. Exemples de dcouvertes importantes en 2007-2008 issues de la recherche appuye par le CRSNG
  27. Nombre de publications universits-gouvernement et universits-industrie ralises avec des professeurs financs par le CRSNG
  28. Interaction entre les professeurs appuys par le CRSNG et les utilisateurs
  29. Planification des activits de diffusion des connaissances auprs des utilisateurs (entreprises prives et gouvernement) et activits de diffusion des connaissances auprs des entreprises prives
  30. Utilisation par les partenaires des rsultats dcoulant des subventions de projets stratgiques du
  31. Dpenses des subventions de R et D cooprative
  32. Enqute sur la commercialisation de la proprit intellectuelle
  33. Nombre de brevets amricains dlivrs des universits canadiennes et des entreprises en dmarrage subventionnes par le CRSNG
  34. Pourcentage de brevets amricains dlivrs des universits canadiennes et des entreprises en dmarrage subventionnes par le CRSNG
  35. Redevances de licences perues par les universits canadiennes
  36. Innovations issues de la recherche appuye par le CRSNG qui ont donn lieu des licences
  37. Entreprises issues de la recherche appuye par le CRSNG, de 1954 2007
  38. Capitalisation boursire des entreprises issues de la recherche
  39. Dpenses en R et D des principales entreprises issues de la recherche appuye par le CRSNG
  40. Activits de transfert des connaissances des professeurs appuys par le CRSNG au cours des cinq dernires annes
  41. Innovations dans le domaine des technologies de l’information issues de la recherche appuye par le CRSNG
  42. Innovations dans le domaine des technologies nergtiques issues de la recherche appuye par le CRSNG
  43. Innovations dans le domaine de l’environnement issues de la recherche appuye par le CRSNG
  44. Innovations dans le domaine de la sant issues de la recherche appuye par le CRSNG

Liste des tableaux

  1. Liens du ministre avec les secteurs de rsultats du gouvernement du Canada
  2. Comparaison des dpenses prvues aux dpenses relles (y compris les ETP)
  3. Postes vots et lgislatifs
  4. Renseignements sur les programmes de paiements de transfert (PPT)

Liste des abrviations

  • BDC - Banque de dveloppement du Canada
  • ICC - Innovation dans les collges et la communaut
  • FCI - Fondation canadienne pour l’innovation
  • BESC - bourses d’tudes suprieures du Canada
  • IRSC - Instituts de recherche en sant du Canada
  • CRC - chaire de recherche du Canada
  • RDC - recherche et dveloppement cooprative
  • RMR - Rapport ministriel sur le rendement
  • PHQ - personnel hautement qualifi
  • INNOV - De l’ide l’innovation
  • PI - proprit intellectuelle
  • MPI - mobilisation de la proprit intellectuelle
  • BPRDI - bourse postdoctorale de R et D industrielle
  • ARM - appui aux ressources majeures
  • RCE - Rseaux de centres d’excellence
  • CNRC - Conseil national de recherches du Canada
  • SNG - sciences naturelles et gnie
  • CRSNG - Conseil de recherches en sciences naturelles et en gnie du Canada
  • OCDE - Organisation de coopration et de dveloppement conomiques
  • BP - bourse postdoctorale
  • R et D - recherche et dveloppement
  • CRSH - Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
  • BRPC - bourses de recherche de 1er cycle


Section 1 – Vue d’ensemble de l’organisme

1.1 Message du ministre

Minister

Le portefeuille de l’Industrie a connu une anne charge et russie en 2007-2008. En tant que ministre de l’Industrie, je me rjouis des progrs que nous avons accomplis relativement notre objectif de favoriser une conomie du savoir concurrentielle qui profite toute la population canadienne.

Une conomie concurrentielle fournit des emplois et des possibilits aux Canadiens, ainsi que des produits et des services de premire qualit aux consommateurs. Notre rendement conomique soutient la qualit de vie dont nous jouissons au pays, et le CRSNG de faon importante la ralisation de cet objectif.

Le portefeuille de l’Industrie regroupe Industrie Canada et dix autres organismes, socits d’tat et organismes quasi judiciaires. Ensemble, ils font progresser le dveloppement industriel, scientifique et conomique du Canada et contribuent faire en sorte que nous demeurions concurrentiels dans le march mondial.

En tant que pays, nous devons demeurer centrs sur la faon dont nous pouvons continuer d’offrir un environnement conomique innovateur et entrepreneurial, d’aider nos entreprises profiter des occasions d’affaires et d’offrir de la varit et de la qualit aux consommateurs. Le march mondial continue d’voluer, transformant les forces dynamiques qui influent sur le rendement du Canada. Je suis fier du fait que le portefeuille de l’Industrie participe cet effort collectif en ralisant ce qui suit:

  • Nous nous efforons de rendre notre part du march des services sans fil plus concurrentielle et, cette fin, nous avons lanc la politique-cadre pour la vente aux enchres du spectre rserv aux services sans fil volus. Cette politique-cadre vise offrir un vaste choix et un meilleur service aux consommateurs et aux entreprises, ce qui, selon nous, mnera aussi une diminution des prix.
  • Nous avons publi des lignes directrices pour clarifier l’application de la Loi sur Investissement Canada relativement aux socits d’tat trangres qui investissent au pays, afin de nous assurer que les Canadiens continuent de jouir des retombes dcoulant des investissements trangers.
  • Nous avons form le Groupe d’tude sur les politiques en matire de concurrence pour tudier de faon indpendante les lments cls des politiques canadiennes sur la concurrence et les investissements et en prsenter un compte rendu, afin de veiller ce qu’elles profitent rellement aux Canadiens.
  • Nous avons cr le Fonds d’innovation pour le secteur de l’automobile en vue de soutenir les fabricants automobiles qui mettent sur pied des projets de recherche-dveloppement (R-D) stratgiques de grande envergure visant fabriquer des vhicules innovateurs, moins polluants et plus conergtiques. De la mme faon, les investissements raliss dans le cadre de l’Initiative stratgique pour l’arospatiale et la dfense continuent de favoriser la R-D stratgique qui se traduira par des produits et des services innovateurs et de qualit.

Une de mes grandes priorits en tant que ministre de l’Industrie continue d’tre la stratgie nationale des sciences et de la technologie (S et T), Raliser le potentiel des sciences et de la technologie au profit du Canada, annonce par le premier ministre Harper en mai 2007.

  • Le budget de 2008 comprenait des mesures et des initiatives l’appui de la stratgie des S et T qui s’levaient 654 millions de dollars sur trois ans.
  • Nous avons mis en place le Conseil des sciences, de la technologie et de l’innovation en vue de fournir au gouvernement des conseils stratgiques objectifs sur les questions touchant les sciences et la technologie au Canada.
  • Le gouvernement a accord 105 millions de dollars en 2007-2008 au soutien des activits de sept nouveaux centres d’excellence. Ces projets pilotes ont le potentiel de faire du Canada un chef de file mondial dans les domaines de recherche qui offrent des occasions d’affaires stratgiques l’industrie canadienne.
  • En mars dernier, le robot canadien deux bras, Dextre, a t install avec succs sur la Station spatiale internationale.

L’anne a t marque par les progrs et les russites, et c’est avec plaisir que je vous prsente le Rapport ministriel sur le rendement du CRSNG pour l’exercice 2007-2008. Je suis dtermin tirer parti de ces russites en 2008 et au cours des annes venir. De plus, je continuerai de collaborer avec les reprsentants du portefeuille de l’Industrie pour rendre le Canada plus efficace, plus productif et plus concurrentiel.

Le ministre de l’industrie,
Tony Clement

1.2 Dclaration de la direction

Je soumets, aux fins de dpt au Parlement, le Rapport ministriel sur le rendement (RMR) de 2007-2008 du Conseil de recherches en sciences naturelles et en gnie du Canada (CRSNG).

Le prsent document a t prpar conformment aux principes de prsentation des rapports noncs dans le Guide de prparation de la Partie III du Budget des dpenses 2007-2008 : Rapports sur les plans et les priorits et Rapports ministriels sur le rendement:

  • Il est conforme aux exigences prcises de dclaration figurant dans les lignes directrices du Secrtariat.
  • Il repose sur les rsultats stratgiques et l'architecture des activits de programmes du ministre qui ont t approuvs par le Conseil du Trsor.
  • Il prsente une information cohrente, complte, quilibre et fiable.
  • Il fournit une base pour la reddition de comptes l'gard des rsultats obtenus avec les ressources et les autorisations qui lui sont confies.
  • Il rend compte de la situation financire en fonction des montants approuvs des budgets des dpenses et des Comptes publics du Canada.

Suzanne Fortier, prsidente
Conseil de recherches en sciences naturelles et en gnie du Canada

1.3 Architecture des activits de programme

La figure 1 illustre l’architecture des activits de programme (AAP) du CRSNG en 2007-2008. la suite de l’approbation de l’AAP du CRSNG pour l’exercice 2007-2008, de nouveaux programmes ont t mis en œuvre (voir ci-dessous). Le CRSNG se servira de l’AAP mise jour dans des rapports ultrieurs.

Figure 1
Architecture des activits de programme du CRSNG


  1.0 Les gens 2.0 La dcouverte 3.0 L’innovation
Rsultats stratgiques Professionnels hautement qualifis en sciences et en gnie au Canada Recherche concurrentielle de haute qualit en SNG au Canada Utilisation productive des nouvelles connaissances en SNG au Canada
Activits 1.1 Promouvoir les sciences et le gnie
1.2 Appuyer les tudiants et les stagiaires postdoctoraux
1.3 Attirer et garder en poste les membres du corps enseignant
2.1 Financer la recherche fondamentale
2.2 Financer la recherche dans des domaines stratgiques
3.1 Financer des partenariats universits-industrie-gouvernement
3.2 Appuyer la commercialisation
Sub-activities 1.1.1 Promotion des sciences et recherche en ducation
1.2.1 Bourses de recherche de 1er cycle
1.2.2 Bourses d’tudes suprieures du CRSNG
1.2.3 Bourses d’tudes suprieures du Canada
1.2.4 Bourses postdoctorales
1.2.5 Bourses postdoctorales de R et D industrielle 1.3.1 Chaires de recherche du Canada
1.3.2 Chaires de recherche industrielle et autres 1.3.3 Prix et distinctions
2.1.1 Subventions la dcouverte
2.1.2 Subventions d’occasions spciales de recherche
2.1.3 Institut Perimeter
2.1.4 Subventions de renforcement de la capacit de recherche dans les petites universits
2.1.5 Subventions d’outils et d’instruments de recherche
2.1.6 Subventions d’appui aux ressources majeures
2.1.7 Appui gnral
2.2.1 Subventions de projets stratgiques
2.2.2 Subventions de projets de recherche concerte sur la sant
3.1.1 Subventions de recherche et dveloppement cooprative
3.1.2 Ententes de partenariat de recherche
3.1.3 Rseaux de centres d’excellence
3.1.4 Subventions de rseaux stratgiques
3.2.1 Subventions de mobilisation de la proprit intellectuelle
3.2.2 Subventions du Programme De l’ide l’innovation
3.2.3 Subventions du Programme d’innovation dans les collges et la communaut

Nouveaux programmes

Par suite du budget fdral de 2007 et de 2008 et pour contribuer la ralisation des objectifs de la stratgie fdrale en matire de S et T, le CRSNG a cr plusieurs programmes, notamment les programmes suivants.

  • Programme de centres d’excellence en commercialisation et en recherche (CECR) - Ce programme vise crer des centres de classe mondiale afin de faire avancer la recherche et de faciliter la commercialisation des technologies, des produits et des services. Ces centres œuvrent dans les domaines prioritaires de la stratgie fdrale en matre de S et T, savoir, la sant, les technologies de l’information et des communications, l’environnement ainsi que l’nergie et les ressources naturelles. Le programme finance les cots d’exploitation et de commercialisation des CECR.
  • Programme de rseaux de centres d’excellence dirigs par les entreprises (RCE-E) - Tel qu’il a t annonc dans le Budget de 2007, l’objectif de ce nouveau programme est de financer des rseaux collaboratifs d’envergure pour encourager l’innovation dans le secteur priv en vue d’assurer aux Canadiens des retombes sur le plan de l’conomie, de la sant, de la socit et de l’environnement.
  • Programme de stages en R et D industrielle (SRDI) - L’objectif du programme est de crer de nouvelles occasions pour les tudiants des cycles suprieurs en S et T. Le programme appuie des stages qui sont offerts par l’entremise des entreprises participantes aux tudiants des cycles suprieurs et aux stagiaires postdoctoraux afin d’appuyer le gouvernement fdral qui s’est engag accrotre le nombre de travailleurs du savoir au Canada. Le Programme de SRDI permettra aux tudiants d’tre en contact avec des problmes pratiques du milieu industriel tout en leur donnant l’occasion de faire valoir leur savoir-faire afin de rpondre aux besoins du secteur priv canadien en matire de recherche.
  • Initiative CNRC-CRSNG-BDC en nanotechnologie - Cette initiative labore par le CRSNG, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et la Banque de dveloppement du Canada (BDC) fournit une occasion spciale aux scientifiques du CNRC et aux chercheurs universitaires canadiens qui œuvrent en nanoscience et en nanotechnologie de collaborer des projets de recherche de grande envergure dans les domaines critiques de l’nergie, de l’environnement et des technologies de l’information et des communications (TIC).
  • Programme des technologies nergtiques de quatrime gnration CRSNG-RNCan-EACL - Ce programme, cofinanc par le CRSNG et le Bureau de recherche et de dveloppement nergtique de Ressources naturelles Canada (RNCan), en collaboration avec nergie atomique du Canada limite (EACL), appuie des initiatives de recherche sur la technologie des racteurs grande chelle. Les chercheurs universitaires du Canada, en collaboration avec des scientifiques d’EACL, peuvent recevoir des fonds pour explorer des domaines particuliers de recherche lis aux technologies nergtiques de quatrime gnration dans le domaine des racteurs refroidis l’eau supercritique (RESC).
  • Programme de bourses d’tudes suprieures du Canada Vanier (BESC Vanier) - Le programme vise former et attirer la prochaine gnration de chercheurs de calibre mondial. On a ainsi cr une nouvelle catgorie de bourses doctorales nommes en l’honneur de l’ancien gouverneur gnral Georges P. Vanier. Le Programme de BESC Vanier encouragera les meilleurs tudiants au doctorat, canadiens et trangers, poursuivre leurs tudes au Canada. Les bourses Vanier s’appuieront sur un point fort du Canada, les tudes suprieures, et aideront former la main-d’œuvre qualifie dont le Canada aura besoin pour relever les dfis de l’avenir.
  • Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada (CERC) - L’objectif du programme vise renforcer la capacit des universits canadiennes de recruter et de retenir les meilleurs leaders en sciences. Ces chaires de recherche prestigieuses seront offertes dans les quatre secteurs prioritaires tablis dans la stratgie fdrale en matire de S et T, savoir l’environnement, l’nergie et les ressources naturelles, la sant et les technologies de l’information et des communications. L’appui accord par le programme aux titulaires d’une chaire leur permettra de mettre sur pied une quipe de chercheurs remarquables et d’entreprendre des travaux de recherche de pointe dans des domaines qui ont une grande importance stratgique pour le Canada.
  • Programme d’innovation dans les collges et la communaut (ICC) - Le Programme d’ICC vise accrotre l’innovation l’chelle communautaire et rgionale en permettant aux collges canadiens de renforcer leur capacit de travailler avec des entreprises industrielles locales, en particulier les petites et moyennes entreprises (PME). Tel qu’il avait t a annonc dans le budget de 2007 du gouvernement fdral, le Programme pilote d’ICC du CRSNG a t renforc et largi.

1.4 Renseignements sommaires

Le CRSNG est le principal organisme fdral qui investit dans la recherche et la formation la recherche dans les disciplines des sciences naturelles et du gnie. Il est financ directement par le Parlement et il relve de cette assemble par l’intermdiaire du ministre de l’Industrie.

La mission du CRSNG est d’investir dans les gens, la dcouverte et l’innovation afin de dvelopper une conomie nationale vigoureuse et d’amliorer la qualit de vie de tous les Canadiens. Le CRSNG appuie les priorits gouvernementales en matire de S et T visant affermir le Canada, accrotre les possibilits pour les jeunes Canadiens et Canadiennes et investir dans le savoir et la crativit.

Stratgie fdrale en matire de S et T

La stratgie fdrale en matire de S et T intitule Raliser le potentiel des sciences et de la technologie au profit du Canada a t publie en mai 2007. Par l’entremise de la stratgie en matire de S et T, le gouvernement fdral s’est engag maintenir le leadership canadien au sein du G 7, relativement la performance en R et D dans le secteur public. La stratgie tire profit des forces existantes, concentrant les efforts dans les domaines o le Canada peut aspirer l’excellence l’chelle mondiale, pour ainsi avoir une incidence relle sur la vie des Canadiens et sur les marchs.

La stratgie en matire de S et T met l’accent sur trois avantages pour le Canada : un avantage entrepreneurial, qui transforme la connaissance en applications pratiques; un avantage du savoir, qui produit de nouvelles ides et se fonde sur l’excellence en recherche, et un avantage humain qui accrot et maintient au pays le nombre de personnes hautement qualifies dont le Canada a besoin pour prosprer dans l’conomie mondiale. Regroups, ces avantages font cho au mandat du CRSNG et sa position stratgique.

Ainsi, les grands axes privilgis par le CRSNG, savoir les gens, la dcouverte et l’innovation, correspondent directement aux grandes finalits de la stratgie fdrale en matire de S et T, savoir crer un avantage humain, un avantage du savoir et un avantage entrepreneurial. En termes gnraux, pratiquement tous les fonds du CRSNG sont accords l’appui de ces avantages.

Intgrs aux fonctions de planification et de prise de dcisions du CRSNG, les principes de la stratgie sont galement solidement ancrs dans la faon dont l’organisme mne bien ses activits, qui comprend : un systme d’valuation concurrentiel, reposant sur l’examen par les pairs pour assurer des niveaux d’excellence de calibre mondial et l’optimisation des fonds; un juste quilibre de programmes cibls et large assise pour assurer la prise en charge des sujets de recherche prioritaires, de mme qu’un large ventail de sciences, depuis la dcouverte jusqu’ la recherche applique et la commercialisation; une srie de programmes de recherche concerte qui privilgient les partenariats entre l’industrie et les tablissements postsecondaires et qui encouragent la commercialisation ainsi que des contrles pertinents dont l’efficacit est avre et valide aux fins de la reddition de comptes

La figure 2 prsente les ressources financires dpenses par le CRSNG. La figure 3 prsente les rsultats attendus par activit de programme. Selon les donnes prsentes la section 2, tous les rsultats prvus pour 2007-2008 ont t atteints.

Figure 2
Renseignements sommaires sur le CRSNG

Raison d’tre:


Le CRSNG s’emploie faire du Canada un pays de dcouvreurs et d’innovateurs au profit de tous les Canadiens. Pour ce faire, il investit dans les gens, la dcouverte et l’innovation dans les universits et les collges canadiens.

Ressources financires (en millions de dollars)


2007-2008
Dpenses prvues Total des autorisations Dpenses relles
899,8 M$ 1 015,4 M$ 1 012,5 M$

Ressources humaines (quivalent temps plein)


2007-2008
Prvues Relles Diffrence
319 327 +8

Priorits de l’organisme


Priorit Type Sommaire du rendement
1. Former les dcouvreurs et les innovateurs de demain En cours Atteint avec succs
2. Renforcer la capacit du Canada en matire de dcouverte En cours Atteint avec succs
3. Saisir les nouvelles occasions de recherche En cours Atteint avec succs
4. Tirer parti des avantages de la recherche universitaire En cours Atteint avec succs

Figure 3
Activits de programme par rsultat stratgique


  2007-2008 (en millions de dollars)  
Rsultat stratgique et activit de programme Rsultats prvus Sommaire du rendement Dpenses prvues Dpenses relles Priorit
Rsultat stratgique no 1 : Les gens
Professionnels hautement qualifis en recherche dans les sciences et le gnie au Canada
1.1 Promouvoir les sciences et le gnie Les tudiants sont encourags s’intresser la recherche en sciences naturelles, en mathmatiques et en gnie. Atteint avec succs $4.1 $4.4 1
1.2 Appuyer les tudiants et les stagiaires postdoctoraux Un bassin de Canadiens hautement qualifis qui possdent des comptences de pointe en sciences et en recherche la disposition des secteurs industriel, gouvernemental et universitaire canadiens. Atteint avec succs $136.4 $137.9 1
1.3 Attirer et garder en poste les membres du corps enseignant Une capacit de recherche accrue en sciences et en gnie. Atteint avec succs $167.8 $148.0 1, 2
Rsultat stratgique no 2 : La dcouverte
Recherche concurrentielle de haute qualit en sciences naturelles et en gnie (SNG) au Canada
 
2.1 Financer la recherche fondamentale Renforcement de la capacit de dcouverte, d’innovation et de formation des chercheurs universitaires dans le domaine des SNG. Atteint avec succs $403.6 $454.3 1, 2, 3
2.2 Financer la recherche dans des domaines stratgiques La recherche et la formation cibles dans des domaines nouveaux d’importance nationale sont privilgies. Atteint avec succs $57.7 $75.4 1, 2, 3, 4
Rsultat stratgique no 3 : L’innovation
Utilisation productive des nouvelles connaissances en en sciences naturelles et en gnie au Canada
 
3.1 Financer des partenariats universits-industrie-gouvernement La collaboration mutuellement avantageuse entre le secteur priv et les chercheurs des universits et des ministres fdraux produit des retombes industrielles ou conomiques au profit du Canada. Atteint avec succs $115.0 $181.8 4
3.2 Appuyer la commercialisation Le transfert des connaissances et de technologies qui rsident dans les universits, les collges et les hpitaux du Canada est facilit. Atteint avec succs $15.2 $10.7 4
TOTAL     $899.8 $1,012.5  

1.5 Rendement global du CRSNG

Avant de rendre compte du rendement du CRSNG, il serait utile de dcrire le contexte o il volue. En raison de sa mission l’appui de la recherche et de la formation, le CRSNG fait partie du systme d’innovation du Canada et du monde, et il est reprsentatif de nombreux organismes subventionnaires qui ont une vocation similaire. En plus du rle plus traditionnel qu’elles jouent sur le plan de l’ducation, les universits du monde entier sont devenues des centres de cration de connaissances. Dans la plupart des pays industrialiss, les universits jouent un rle cl dans le dveloppement conomique de la nation. tant donn les avantages socioconomiques dcoulant de l’ducation et de la recherche universitaires, le financement de ces tablissements et de leurs activits par le gouvernement est devenu la norme.

Cadre de financement

Au cours des dix dernires annes, le paysage de la recherche a beaucoup chang au Canada. L’investissement fdral dans la R et D au niveau de l’enseignement suprieur s’est accru considrablement au cours de cette priode (voir la figure 4). Dans de nombreux domaines de recherche, le Canada est vraiment un acteur de calibre mondial, comme en tmoigne sa capacit accrue d’attirer et de retenir des gens trs talentueux. Le systme national des sciences et d’innovation offre aux chercheurs canadiens les outils dont ils ont besoin pour tre des pionniers de la connaissance, saisir les possibilits d’innovation et s’attaquer des dfis mondiaux comme l’adaptation aux changements climatiques et l’nergie durable. Le CRSNG s’est engag contribuer la ralisation des objectifs de la stratgie en matire de S et T et aider le milieu de la recherche tirer le maximum des possibilits qu’elle lui offre.

Figure 4

En 2006, les pays de l’Organisation de coopration et de dveloppement conomiques (OCDE) ont investi 168 milliards de dollars dans la recherche universitaire. La contribution des professeurs et des tudiants des universits canadiennes correspond 5,9 p. 100 de cette recherche. En pourcentage du PIB, le Canada investit davantage dans la recherche universitaire que tous ses concurrents du G7 et il se classe deuxime parmi les pays de l’OCDE, lgrement derrire la Sude (voir la figure 5).

Figure 5

En 2007, la R et D universitaire reprsentait 36 p. 100 de toute la recherche mene au Canada, telle que mesure en fonction des dpenses. Ce pourcentage dpasse largement la moyenne de 18 p. 100 de la R et D ralise par les universits dans les pays membres de l’OCDE.

Le CRSNG est le principal organisme subventionnaire de la recherche en sciences naturelles et en gnie dans les universits canadiennes. En 2007, celles-ci ont effectu pour quelque 4,3 milliards de dollars de travaux de recherche dans ces domaines. Le CRSNG a fourni directement prs du cinquime du financement total. La figure 6 ventile le financement de la recherche par sources directes.

Figure 6

Prs de 12 000 chercheurs universitaires et plus de 26 000 tudiants universitaires et stagiaires postdoctoraux reoivent un appui du CRSNG. (Pour faire une recherche dans une base de donnes o sont rpertories toutes les bourses et les subventions accordes par le CRSNG, rendez-vous www.crsng.gc.ca/funding/funding_dec_f.asp.) En outre, le CRSNG appuie un nombre considrable de techniciens dans les universits. La plupart des universits canadiennes ainsi qu’un nombre croissant de collges bnficient des programmes du CRSNG. Les industries et les ministres canadiens collaborent de plus en plus avec le CRSNG. La figure 7 prsente des renseignements dtaills sur les clients et les partenaires de l’organisme. On y voit galement la rpartition des clients dans les deux groupes principaux (personnes et organismes) et les tendances au cours des dix dernires annes.

Figure 7
Clients et partenaires du CRSNG, 2007-2008


  Nombre de clients participants ou ayant reu un appui Part du march1 Tendances dans la part du march au cours des dix dernires annes
Clients:      
Chercheurs universitaires 11,755 75% Faible augmentation
tudiants de 1er cycle 9,502 7% Augmentation modre
tudiants la matrise ou au doctorat 14,659 35-40% Augmentation modre
Stagiaires postdoctoraux 2,340 40-45% Faible augmentation
Techniciens et professionnels de la recherche dans les universits 3,504 30%-35% Augmentation modre
Organismes partenaires:      
Universits et collges 93 75% Faible augmentation
Entreprises effectuant de la R et D2 1,435 10% Augmentation modre
Ministres et organismes fdraux vocation scientifique2 26 80% Faible augmentation
Ministres et organismes provinciaux vocation scientifique2 23 25-40% Faible augmentation

Source:

  1. Pourcentage de toutes les personnes et de tous les organismes admissibles un appui du CRSNG qui reoivent des fonds du CRSNG.
  2. Organismes partenaires du CRSNG (pour l’ensemble des programmes du CRSNG).
  3. Ce pourcentage ne s’applique qu’aux universits.

En tant que principaux bnficiaires du financement du CRSNG, les professeurs et les tudiants universitaires sont aussi les principaux clients du CRSNG. Les bureaux d’administration des universits, tels que les bureaux de la recherche, sont des partenaires cls pour assurer une excution rentable des programmes du CRSNG. Plus en aval, les bureaux de transfert de technologie des universits aident gnrer les retombes socioconomiques au cœur du rsultat stratgique vis par le CRSNG. De plus, plusieurs programmes du CRSNG exigent la participation de partenaires industriels ou gouvernementaux ou des deux. On trouve des statistiques dtailles sur les demandes reues et l’appui accord par le CRSNG http://www.crsng.gc.ca/about/fact_f.asp.

tant donn la multitude des partenaires en jeu, le lecteur doit se garder d’attribuer les rsultats prsents la section 2 uniquement au financement du CRSNG. Il n’existe aucun moyen facile d’isoler l’incidence du financement du CRSNG. Toutefois, comme le financement du CRSNG est un facteur cl au stade initial des travaux menant aux rsultats attendus, par l’entremise de l’valuation par les pairs, la plupart de ces rsultats ne seraient probablement pas possibles sans lui.

Rendement du CRSNG

Le CRSNG mesure son rendement en valuant les programmes d’aide la recherche et la formation, leurs rpercussions, leur rentabilit et leur pertinence. En examinant les indicateurs de rendement pour valuer les programmes d’aide la recherche, il importe de se rappeler que ces investissements mettent plus de temps porter des fruits que la plupart des autres investissements de l’tat. Les retombes des investissements du CRSNG dans la recherche et la formation en sciences naturelles et en gnie ne peuvent tre valus qu’ long terme. Par consquent, les rsultats prvus indiqus dans le Rapport sur les plans et les priorits du CRSNG de 2007-2008 doivent tre considrs comme des rsultats prvus pour les annes venir. Les renseignements sur le rendement contenus dans le prsent rapport permettent de porter un regard rtrospectif sur les rsultats dcoulant des fonds accords par le CRSNG au cours de la dernire dcennie et, dans certains cas, mme avant.

Au cours des dernires annes, le CRSNG a remport du succs sur plusieurs fronts. Il a entre autres:

  • contribu au maintien d’une forte prsence dans la recherche mondiale en SNG, en appuyant annuellement prs de 12 000 professeurs d’universit canadiens comptant parmi les plus cratifs et les plus productifs qui produisent une part croissante des connaissances de haute qualit;
  • appuy la formation de dizaines de milliers d’tudiants la matrise et au doctorat et de jeunes chercheurs professionnels, qui ont trouv des emplois rmunrateurs et qui apportent leur contribution aux secteurs de l’conomie canadienne fonds sur les connaissances et qui travaillent principalement dans le secteur de la R et D;
  • travaill en partenariat avec plus de 1 400 entreprises canadiennes afin de transfrer les connaissances cres dans le milieu universitaire aux entreprises qui contribuent la sant conomique;
  • aid la mise au point de nouveaux procds et produits, dont certains ont donn lieu la cration d’entreprises qui investissent de manire apprciable dans l’conomie nationale et dont l’investissement annuel dpasse largement celui du CRSNG.

En 2007 2008, le CRSNG a galement procd de nombreux changements afin d’harmoniser ses activits la stratgie fdrale en matire de S et T, notamment:

  • la conception et l’excution efficaces de programmes (programmes nouveaux et amliorations aux programmes dj en place) qui refltent les objectifs de la stratgie fdrale en matire de S et T et qui mobilisent le milieu de la recherche postsecondaire autour des domaines prioritaires de la stratgie;
  • la cration de mcanismes interorganismes qui favorisent une approche plus exhaustive de la gestion gnrale de l’appui la recherche;
  • l’tablissement de nouveaux partenariats avec le secteur commercial, notamment le lancement rapide de nouveaux programmes tels que le Programme des rseaux de centres d’excellence dirigs par les entreprises (RCE-E);
  • la canalisation des efforts dans les domaines prioritaires dans le cadre des programmes nouveaux et existants axs plus particulirement sur les initiatives qui transcendent le mandat des divers organismes de financement;
  • le renforcement de la commercialisation, du transfert de technologie ainsi que des activits de transfert et de mobilisation des connaissances de tous les organismes subventionnaires par l’intermdiaire d’un leadership interne et des amliorations au programme.


Section 2 – Analyse des activits de programme par rsultat stratgique

Le CRSNG s’efforce de faire profiter la population canadienne des avantages conomiques et sociaux dcoulant d’une main-d’œuvre hautement spcialise, du transfert, des universits et des collges vers les autres secteurs, des connaissances acquises par les chercheurs canadiens et trangers en sciences naturelles et en gnie. Le rythme de cette progression varie en fonction des projets de recherche et des tudiants subventionns et peut prendre quelques annes, voire des dizaines d’annes. Cette progression n’est pas sans risque, puisque certains projets de recherche et tudiants ne donnent pas toute leur mesure. Par ailleurs, on ne peut considrer aucun indicateur comme une ralisation dterminante. Il faut plutt prendre en compte toute une gamme d’indicateurs. En outre, nombre des rsultats immdiats et intermdiaires indiqus pour les trois rsultats stratgiques se chevauchent.

2.1 Professionnels hautement qualifis en sciences et en gnie au Canada

En appuyant les tudiants et les stagiaires postdoctoraux dans les universits canadiennes et l’tranger, en offrant des programmes d’aide au corps enseignant des universits et en faisant la promotion des sciences et du gnie auprs des jeunes Canadiens, le CRSNG assurera un effectif adquat de PHQ pour l’industrie, le gouvernement et le milieu universitaire au Canada. Les trois sections suivantes donnent des prcisions sur le rendement du CRSNG par activit de programme pour les rsultats stratgiques ayant trait la formation de professionnels hautement qualifis en sciences et en gnie au Canada.

2.1.1 Promouvoir les sciences et le geni

On prsente ci-dessous un aperu de l’activit de programme Promouvoir les sciences et le gnie :


Description Rsultats prvus
Cette activit de programme favorise l’intrt populaire pour les sciences, les mathmatiques et le gnie et vise dvelopper ces comptences et aptitudes chez les jeunes Canadiens. Les tudiants sont encourags s’intresser la recherche en sciences naturelles, en mathmatiques et en gnie.
Ressources (2007-2008) Clients appuys (2007-2008)
Dpenses prvues $4.1M Organismes sans but lucratif 80
Dpenses relles $4.4M Universits et collges 43
Ressources humaines prvues 2    
Ressources humaines relles 2    

Par rapport aux jeunes d’autres pays, les jeunes Canadiens sont moins enclins choisir les sciences ou le gnie comme discipline lorsqu’ils entrent l’universit (figure 8). Pour stimuler l’intrt des jeunes Canadiens en sciences et en gnie, le CRSNG a lanc deux programmes. Le programme PromoScience (2,9 M$) et le Programme pilote de Centres de recherche sur l’enseignement et l’apprentissage des sciences (1 M$) sont les principaux programmes se rattachant cette activit de programme. Le reste des fonds est consacr des prix pour la promotion des sciences et l’administration.

Figure 8

Le programme PromoScience offre un appui aux organismes sans but lucratif qui œuvrent auprs des jeunes Canadiens afin de nourrir leur intrt pour les sciences et le gnie, de motiver et d’encourager leur participation aux activits lies aux sciences et au gnie, et de former les enseignants qui sont responsables de l’enseignement des sciences et des mathmatiques aux jeunes Canadiens. Le CRSNG surveille de prs les progrs raliss dans le cadre de ces subventions et examine les rapports finals pour vrifier les retombes. On trouvera la figure 9 un aperu des rsultats prliminaires des subventions de PromoScience. Grce ce programme, les organisations peuvent offrir davantage de possibilits et faire participer beaucoup plus de jeunes Canadiens, en particulier les filles et les jeunes Autochtones. Il est peut-tre possible de calibrer un indicateur de l’incidence long terme du financement de PromoScience partir d’un sondage ralis auprs des ex-titulaires de bourses de recherche inscrits des programmes d’tudes de premier cycle (consultez la section 2.1.2) qui indique que 30,1 p. 100 des 13 067 rpondants (qui sont actuellement inscrits un programme de baccalaurat en SNG) avaient particip des camps ou des foires scientifiques l’cole primaire ou l’cole secondaire.

Figure 9
Exemples de retombes du programme PromoScience


Organisme appuy Retombes de l’aide financire du CRSNG
Chuntoh Education Society La Chuntoh Education Society est un organisme de bienfaisance enregistr qui offre aux enfants et aux jeunes la possibilit de s’initier l’cologie et la culture grce des activits cibles en pleine nature. L’organisme a largi sa gamme de programmes culturels:
  • Les lves prennent conscience des liens entre les connaissances culturelles et les sciences naturelles grce des activits qui varient d’une saison l’autre.
  • Les programmes viennent renforcer le programme d’tudes.
  • Des programmes d’ducation culturelle ont t mis sur pied et offerts 400 jeunes, dont 190 enfants des Premires nations, dans les coles publiques et celles des Premires nations dans la rgion de Fort St. James.
Universit du Manitoba/Centre for Earth Observation Science (CEOS) coles bord est un programme ducatif du rseau ArcticNet. Ce programme gr par le CEOS fait la promotion des sciences arctiques dans les coles secondaires de toutes les rgions du Canada. L’aide financire du CRSNG a permis d’accrotre la capacit d’ducation et de sensibilisation du programme.
  • Chaque anne, 4 000 lves participent au programme sur le terrain.
  • Les lves participants ont donn plus de 200 prsentations partir d’un brise-glace.
  • Une trousse utiliser en classe a t labore l’intention des enseignants.
  • Le programme a cr des possibilits de mentorat entre lves et scientifiques.
  • Le premier forum jeunesse sur les changements climatiques dans l’Arctique a t tenu titre exprimental (250 lves et enseignants).
Perimeter Institute for Theoretical Physics L’atelier hautement interactif Einstein Plus, qui s’adresse aux enseignants du secondaire, porte sur la physique moderne. L’atelier a connu un vif succs.
  • Le nombre d’enseignants participants est pass de 80 120.
  • Du matriel supplmentaire produit leur intention est remis aux enseignants.
Centre des terres humides de Tantramar Le Centre des terres humides de Tantramar est un organisme but non lucratif qui offre une formation scientifique de qualit en utilisant les terres humides comme classe en plein air. Le Centre offre davantage de programmes ducatifs et le nombre de participants a augment.
  • Cinq programmes d’ducation scientifique supplmentaires axs sur l’exprience ont t crs l’intention des jeunes et des enseignants pour les quatre saisons.
  • Des stages sont offerts aux lves du secondaire.
  • Chaque anne, 3 500 lves et enseignants des Maritimes participent au programme. Le nombre de participants augmente de 10 p. 100 par anne.
  • Le programme est maintenant offert l’extrieur du Nouveau-Brunswick.

2.1.2 Appuyer les tudiants et les stagiaires postdoctoraux
On prsente ci-dessous un aperu de l’activit de programme  Appuyer les tudiants et les stagiaires postdoctoraux .


Description Rsultats prvus
Cette activit de programme appuie la formation des PHQ par l’entremise de programmes de bourses. Un bassin de Canadiens hautement qualifis qui possdent des comptences de pointe en sciences et en recherche, afin qu’ils puissent œuvrer dans les secteurs industriel, gouvernemental et universitaire canadiens.
Ressources (2007-2008) Clients Supported (2007-08)
Dpenses prvues $136.4M tudiants de 1er cycle 4,190
Dpenses relles $137.9M tudiants la matrise ou au doctorat 4,628
Ressources humaines prvues 54 Stagiaires postdoctoraux 683
Ressources humaines relles 50    

Le CRSNG offre un appui financier direct aux tudiants des premier, deuxime et troisime cycles par l’entremise de programmes comme ceux dcrits ci-dessous.

  • Programme de bourses de recherche de 1er cycle  (19,0 M$): Ce programme prvoit une aide financire sous forme de bourses dtenues dans des laboratoires universitaires ou industriels en vue de permettre un tudiant du 1er cycle de faire un stage de quatre mois dans un milieu de recherche universitaire ou industriel. Ce programme est important car il aide les meilleurs tudiants entreprendre une carrire en recherche.
  • Programme de bourses d’tudes suprieures (93,6 M$): Au niveau de la matrise et du doctorat, le CRSNG appuie les tudiants en leur versant une somme annuelle qui leur permet de soutenir leur intrt pour la recherche. Un candidat peut obtenir un appui pendant une priode d’au plus quatre ans au cours de ses tudes suprieures. Des possibilits de poursuivre des tudes dans des tablissements au Canada et l’tranger ainsi que dans des laboratoires industriels canadiens sont offertes. Les bourses d’tudes suprieures du Canada (valides uniquement dans les universits canadiennes) sont accordes aux candidats les plus remarquables.
  • Programme de bourses postdoctorales et Programme de bourses postdoctorales de R et D industrielle (18,9 M$): Ces programmes offrent deux annes d’appui aux chercheurs qui ont obtenu leur doctorat et leur fournissent des fonds pour poursuivre leurs programmes de recherche. Les bourses postdoctorales peuvent tre dtenues dans n’importe quel tablissement universitaire et les bourses postdoctorales de R et D industrielle, au sein d’une entreprise canadienne active en recherche.

Le reste des fonds de cette activit de programme a servi l’administration des programmes susmentionns.

Le CRSNG apporte aussi une aide financire aux tudiants et aux stagiaires postdoctoraux grce l’appui offert par les professeurs au moyen de leurs subventions du CRSNG. Les tudiants et stagiaires qui obtiennent des fonds indirectement sont plus nombreux que ceux bnficiant directement de bourses d’tudes ou de recherche (17 000 contre 9 501) accordes en vertu de cette activit de programme. Les rsultats gnraux au niveau macroconomique pour les titulaires d’un diplme universitaire en sciences naturelles ou en gnie donnent une ide fort loquente des rsultats positifs du financement direct ou indirect du CRSNG pour les tudiants qui en bnficient.

Le CRSNG ralise plusieurs sondages auprs de ses titulaires de bourse et il est en mesure d’valuer le rendement par rapport aux rsultats attendus. En outre, Statistique Canada recueille des donnes sur le march du travail qui montrent de faon convaincante les rsultats fort satisfaisants sur le plan professionnel des diplms en SNG. Les sections suivantes prsentent des donnes de ces deux sources pour cette activit de programme.

tudiants de 1er cycle:

Le CRSNG offre des emplois d’une dure de quatre mois aux tudiants du 1er cycle en sciences naturelles et en gnie, par l’intermdiaire de son Programme de bourses de recherche de 1er cycle (remarque : les chercheurs financs par le CRSNG appuient galement les tudiants du 1er cycle mme leurs subventions de recherche du CRSNG). Le CRSNG investit chaque anne 19 millions de dollars dans ce programme afin de procurer une exprience du travail en milieu scientifique prs de 4 200 tudiants. Le fait de donner ces tudiants une exprience prcieuse dans un laboratoire universitaire ou industriel les encourage entreprendre des tudes aux cycles suprieurs. C’est un indicateur important des effets de l’appui offert par ce programme. La figure 10 rsume les donnes recueillies dans le cadre de six sondages mens auprs des titulaires de bourses de recherche de 1er cycle, auxquels ont particip 13 067 rpondants (taux de rponse de 63,4 p. 100). Dans l’ensemble, ce programme offre aux tudiants la possibilit d’acqurir une exprience enrichissante et il en encourage un grand nombre entreprendre des tudes suprieures en SNG.

Figure 10
Rendement associ aux bourses de recherche de 1er cycle (BRPC) du CRSNG


Rsultats court terme
  • Les rpondants manifestent un degr lev de satisfaction suite l’exprience de travail acquise dans le cadre des BRPC.
  • Les tudiants affirment avoir appris des techniques et des mthodes pratiques et acquis des comptences essentielles en gestion.
  • Les tudiants signalent que la supervision et la formation dont ils ont profit taient excellentes.
  • L’intrt des tudiants pour la recherche a augment pendant une priode critique pour leur choix de carrire.
  • L’exprience de travail acquise par les tudiants dans le cadre de leur BRPC a eu d’importantes rpercussions sur leur intrt pour une carrire dans l’industrie.
Rsultats long terme
  • Les tudiants croient essentiellement que l’exprience de travail qu’ils ont acquise dans le cadre de leur BRPC amliorera leur perspective d’emploi permanent.
  • Prs de 80 p. 100 des rpondants prvoient poursuivre jusqu’au niveau de la matrise ou du doctorat, et un nombre important d’tudiants comptent poursuivre leurs tudes universitaires plus longtemps parce qu’ils ont acquis de l’exprience de travail dans le cadre de leur BRPC.

Bourses d’tudes suprieures du CRSNG:

Le CRSNG accorde des bourses aux Canadiens qui tudient au niveau de la matrise et du doctorat en sciences naturelles et en gnie. Ces programmes appuient plus de 4 600 tudiants annuellement au cot de 94 millions de dollars par anne.

L’avancement professionnel des tudiants dont les tudes de matrise et de doctorat ont t finances par le CRSNG, et la mesure dans laquelle ce financement influe sur leur capacit d’entreprendre ou de poursuivre leurs tudes sont d’importants indicateurs des avantages de ces bourses. Au cours des treize dernires annes, le CRSNG a ralis 11 sondages (trois auprs d’ex titulaires – 1 680 rpondants/taux de rponse de 68 p. 100; et huit sondages de suivi neuf ans aprs l’octroi – 1 850 rpondants/taux de rponse de 49 p. 100) auprs d’tudiants la matrise et au doctorat bnficiant d’un financement direct. La figure 11 fait tat de certains constats importants se rapportant aux rsultats court terme et long terme obtenus par ces tudiants. Non seulement le Programme de bourses d’tudes suprieures atteint pratiquement tous les objectifs de formation, mais aussi les rsultats des participants en dbut de carrire sur le march du travail sont trs prometteurs.

Figure 11
Rendement associ aux bourses d’tudes suprieures (ES) du CRSNG


Rsultats court terme
  • 96 p. 100 des rpondants ont termin le programme (de matrise ou de doctorat) pour lequel ils ont obtenu l’appui du CRSNG.
  • 46 p. 100 des tudiants indiquent que leur bourse du CRSNG a t  trs importante  dans leur dcision de poursuivre leurs tudes aux cycles suprieurs.
  • Prs de 50 p. 100 des tudiants pensaient que le financement du CRSNG les avait aids obtenir leur diplme plus rapidement.
  • Le matriel scientifique produit par les tudiants reprsente en moyenne 1,4 publication dans des revues spcialises, 1,2 compte rendu de confrence et 1,2 prsentation dans le cadre de confrences.
  • Plus de 300 partenaires industriels ont investi plus de 2 millions de dollars par anne pour aider appuyer prs de 500 tudiants.
Rsultats long terme
  • Le taux de chmage chez les tudiants diplms (environ 2 p. 100) est de beaucoup infrieur la norme (Canada = 7 p. 100).
  • La grande majorit des tudiants diplms (92 p. 100) ont trouv un emploi temps plein.
  • Le revenu des tudiants diplms est beaucoup plus lev que la moyenne canadienne, plus de 80 p. 100 d’entre eux gagnant plus de 45 000 $ par anne.
  • 69 p. 100 des tudiants diplms indiquent que leur formation aux cycles suprieurs a t  essentielle  l’obtention de leur emploi actuel.

Stagiaires postdoctoraux:

Aprs l’obtention d’un diplme de doctorat, et ce, dans de nombreux domaines des sciences naturelles et du gnie, une proportion importante de diplms poursuivent leur formation en recherche au niveau postdoctoral. Le CRSNG appuie directement les stagiaires postdoctoraux pendant au plus deux ans. Le CRSNG a investi 15 millions de dollars l’appui de 496 stagiaires postdoctoraux canadiens en 2007 2008.

La carrire des anciens titulaires d’une bourse postdoctorale du CRSNG et la mesure dans laquelle les fonds du CRSNG influent sur leur capacit de faire carrire en recherche sont d’importants indicateurs de l’incidence des bourses postdoctorales. Au cours des huit dernires annes, le CRSNG a men quatre sondages (573 rpondants, soit un taux de rponse de 40 p. 100) auprs de stagiaires postdoctoraux ayant bnfici d’une aide directe sept ans aprs l’octroi de leur bourse et un autre auprs d’ex titulaires (150 rpondants, soit un taux de rponse de 65 p. 100). La figure 12 prsente certains rsultats cls de ces sondages. Les stagiaires postdoctoraux appuys par le CRSNG participent activement la recherche et ont d’aussi bons rsultats sur le march du travail que les tudiants des cycles suprieurs.

Figure 12
Rendement associ aux bourses postdoctorales (BP) du CRSNG


Short-term Outcomes
  • Pour 90 p. 100 des stagiaires postdoctoraux, les bourses du CRSNG ont t modrment importantes ou trs importantes quant leur dcision de poursuivre leurs recherches en milieu universitaire.
  • Le matriel scientifique produit par les tudiants reprsente en moyenne 3,6 publications dans des revues spcialises, 1,8 compte rendu de confrence et 2,1 prsentations dans le cadre de confrences.
  • La grande majorit des titulaires d’une BP estiment avoir reu une supervision adquate.
  • Dans l’ensemble, 97 p. 100 des rpondants ont dclar que leur BP amliorerait leurs chances de trouver un emploi dans un domaine pertinent.
  • Plus de 75 p. 100 des titulaires de BP reprendraient la dcision de faire un stage postdoctoral aprs l’obtention de leur doctorat.
Longer-term Outcomes
  • Les stagiaires postdoctoraux ont tendance se joindre au corps enseignant des universits (57 p. 100) pour former la prochaine gnration de scientifiques et d’ingnieurs.
  • La grande majorit des stagiaires postdoctoraux (87 p. 100) poursuivent toujours des activits de recherche, comme professeur universitaire, chercheur ou ingnieur.
  • Prs de 75 p. 100 des stagiaires postdoctoraux indiquent que la BP a t essentielle leur carrire.

Bourses postdoctorales de R et D industrielle:

Un autre mcanisme permettant aux titulaires d’un doctorat d’obtenir davantage d’exprience en recherche est le Programme de bourses postdoctorales de R et D industrielle (BPRDI) du CRSNG. Ce programme investit actuellement environ 4 millions de dollars par an pour aider 150 200 titulaires canadiens d’un doctorat trouver un poste dans des laboratoires du secteur priv. Cet investissement a beaucoup contribu l’augmentation du nombre de titulaires d’un doctorat qui travaillent dans les laboratoires de l’industrie canadienne. Plus de 20 p. 100 des chercheurs canadiens en milieu industriel titulaires d’un doctorat ont reu un financement du CRSNG par l’intermdiaire du Programme de BPRDI. Afin de dterminer la pertinence du Programme de BPRDI, le CRSNG value rgulirement la situation de l’emploi des anciens titulaires d’une BPRDI. La figure 13 prsente certains rsultats cls.

Figure 13
Rendement associ aux bourses postdoctorales de R et D industrielle (BPRDI) du CRSNG


Rsultats court terme
  • 98 p. 100 des entreprises ont dclar que le programme a rpondu leurs attentes.
  • 98 p. 100 des entreprises ont indiqu que le projet de recherche entrepris par le titulaire d’une bourse a t  couronn de succs .
  • 94 p. 100 des entreprises estiment que le projet de recherche entrepris s’est avr rentable.
  • 75 p. de 100 des anciens titulaires d’une BPRDI travaillent encore dans l’industrie canadienne. Un faible pourcentage d’entre eux occupe des postes dans les universits canadiennes, et un pourcentage similaire a quitt le pays.

Analyse conomique

Torben Drewes, professeur de science conomique la Trent University, a rcemment effectu une analyse conomique portant sur l’aide offerte par le CRSNG aux tudiants et aux stagiaires postdoctoraux. Les points saillants de cette analyse sont prsents ci-aprs.

Les retombes sociales des montants investis au titre de l’enseignement postsecondaire dans les domaines d’tudes relevant de la comptence du CRSNG sont nettement suprieures aux cots sociaux correspondants. L’analyse visait essentiellement dterminer si les dpenses annuelles du CRSNG en faveur de l’aide aux tudiants reprsentent un investissement judicieux des fonds publics. La rponse cette question repose sur un lment d’information crucial mais inconnu : parmi les tudiants qui entreprennent des tudes de 2e ou de 3e cycle, combien n’auraient pas poursuivi leurs tudes sans cette aide? En l’absence de cette information, l’analyse examine le revenu annuel avant impt calcul en fonction de l’inflation (lequel reprsente le profil de productivit des particuliers ayant des niveaux de scolarit diffrents) pour prendre en compte les retombes sociales externes de l’augmentation de la productivit d’autres travailleurs, de la baisse du taux de criminalit, etc. Elle prend aussi en considration les cots sociaux sous la forme des dpenses en ducation. L’cart entre les retombes et les cots sociaux pour les titulaires d’un baccalaurat par rapport aux titulaires d’une matrise ainsi que pour les titulaires d’une matrise par rapport aux titulaires d’un doctorat reprsente la valeur nette des retombes sociales annuelles des investissements effectus respectivement dans les programmes de matrise et de doctorat. On applique alors un taux d’actualisation de 2,5 p. 100 pour dterminer la valeur capitalise ou actuelle. Il est ainsi possible d’estimer les retombes sociales globales obtenues selon diffrentes hypothses concernant le nombre d’tudiants que l’aide financire du CRSNG incite poursuivre leurs tudes.

D’aprs l’analyse, si le financement du CRSNG amne seulement 1 000 tudiants poursuivre leurs tudes au niveau de la matrise et 1 000 au niveau du doctorat, les programmes de bourses d’tudes de l’organisme creront des retombes sociales suprieures l’investissement. Comme le CRSNG vient en aide plus de 14 000 tudiants au niveau de la matrise ou du doctorat, on peut raisonnablement prsumer que la participation induite atteint tout le moins ce niveau.

Rsultats sur le march de travail

Depuis 1978, le CRSNG a appuy la formation de plus de 75 000 tudiants en SNG aux niveaux de la matrise et du doctorat. Ces tudiants diplms sont ceux qui contribuent le plus la cration des connaissances et au transfert de technologie au Canada. Les enqutes sur les tudiants appuys par le CRSNG au dbut de leur carrire indiquent des rsultats extrmement positifs sur le plan de l’emploi.

Ces rsultats ne sont pas surprenants compte tenu de la demande importante de diplms en SNG. Le taux de chmage dans le domaine des SNG est considrablement plus bas que le taux national (figure 14) et le salaire annuel de ce groupe est suprieur de prs de 32 p. 100 la moyenne nationale (figure 15).

Figure 14
Figure 15

Les tudiants diplms appuys par le CRSNG font maintenant partie d’une main-d’œuvre croissante de plus de un million de personnes qui travaillent dans le domaine des SNG (figure 16). mesure que l’conomie du savoir continuera de crotre au Canada, les employeurs engageront de plus en plus de diplms en SNG, comme ils l’ont fait par le pass (figure 17). Comme l’indique la figure 17, parmi les postes de tous les groupes professionnels, ce sont les postes en SNG qui ont connu la croissance la plus rapide au cours des 20 dernires annes.

Figure 16
Figure 17

2.1.3 Attirer et garder en poste les membres du corps enseignant

On prsente ci-dessous un aperu de l’activit de programme  Attirer et garder en poste les membres du corps enseignant .


Description Rsultats prvus
Cette activit de programme vise attirer et garder en poste les membres du corps enseignant dans les tablissements d’enseignement postsecondaire du Canada. Elle comprend un certain nombre de programmes de chaires qui renforcent l’excellence de la recherche et de l’enseignement dans les universits canadiennes en assurant un appui aux membres du corps enseignant dans des domaines bien prcis. Une capacit de recherche accrue en sciences et en gnie.
Ressources (2007-2008) Clients appuys (2007-2008)
Dpenses prvues $167.8M Professeurs 1,062
Dpenses relles $148.0M tudiants de 1er cycle 279
Ressources humaines prvues 23 tudiants la matrise ou au doctorat 454
Ressources humaines relles 21 Stagiaires postdoctoraux 239

Les principaux programmes se rattachant cette activit de programme sont les suivants.

  • Programme de chaires de recherche du Canada (115,9 M$): Ce programme des trois organismes subventionnaires (CRSNG, IRSC et CRSH) accorde un appui financier au plus 2 000 membres du corps enseignant dans l’ensemble du pays, y compris 846 postes en SNG en 2007-2008. L’objectif cl de ce programme est de permettre aux universits canadiennes d’atteindre les plus hauts niveaux possibles d’excellence en recherche et de devenir des centres de recherche de calibre international dans l’conomie mondiale axe sur le savoir.
  • Programmes de professeurs-chercheurs industriels (PCI), autres programmes de chaires et d’aide aux membres du corps enseignant (27,7 M$): Le Programme de PCI aide les universits obtenir la masse critique de savoir-faire et tablir des relations long terme avec les partenaires du secteur priv dans les domaines de recherche importants pour l’industrie. Ce programme peut galement amliorer la capacit des universits de recruter des chercheurs chevronns et des directeurs de recherche provenant de l’industrie ou d’autres secteurs.

    L’appui accord aux membres du corps enseignant universitaire dans des secteurs cibls comme la recherche dans le Nord, la gestion du changement technologique, les piles combustible, le gnie de la conception, et les femmes en sciences et en gnie aide aborder les besoins particuliers dans des disciplines bien prcises.
  • Prix (2,1 M$): Les prix du CRSNG rendent hommage aux chercheurs particuliers, aux quipes de recherche et aux tudiants exceptionnels. Ils permettent de renforcer le dveloppement de carrire de scientifiques et d’ingnieurs remarquables et fort prometteurs et souligner l’excellence soutenue des membres du corps enseignant des universits canadiennes. Ils reconnaissent aussi publiquement les partenariats durables en R et D tablis entre les universits et l’industrie, et rendent hommage aux jeunes entrepreneurs canadiens.

Le reste des fonds se rattachant cette activit de programme sert l’administration des programmes susmentionns.

Le programme qui est de loin le plus important de cette activit de programme est le Programme de chaires de recherche du Canada. Les premires chaires ont t attribues en 2000-2001 et, en 2007-2008, le programme a appuy quelque 850 postes universitaires en SNG et prs de 1 000 dans d’autres disciplines. Une valuation pour les cinq premires annes du programme a rcemment t mene bien. Elle portait sur toutes les disciplines. On peut consulter le rapport http://www.chairs.gc.ca/web/about/publications_f.asp.

Le Programme de chaires de recherche du Canada a contribu crer au pays un climat de recherche propre attirer les meilleurs chercheurs et les garder au pays. Grce l’appui de ce programme, un grand nombre de titulaires de chaire ont t recruts l’tranger, et bon nombre de chercheurs canadiens de haut calibre sont demeurs au pays. La figure 18 prsente la distribution des chaires accordes en SNG depuis la cration du programme.

Figure 18

Programme de professeurs-chercheurs industriels

Une valuation du Programme de professeurs-chercheurs industriels (PCI) a t effectue en 2006 2007. Les rsultats cls indiquent une forte incidence sur les titulaires de chaire et les universits au chapitre de la capacit de recherche accrue et de l’obtention d’une masse critique. Les partenaires en retirent galement des avantages immdiats, car ils ont plus librement accs une recherche plus long terme et une expertise spcialise, en plus d’avoir la possibilit de partager les cots et les risques associs la ralisation de travaux de recherche plus long terme. Les rsultats de l’valuation sont prsents en dtail ci-aprs.

  • En ce qui concerne les retombes pour les partenaires, la majorit des partenaires interrogs ont indiqu que les retombes les plus importantes concernaient un meilleur accs une expertise spcialise et aux rsultats de recherche. Ces retombes sont conformes aux attentes des partenaires du Programme de PCI. Pour les organismes partenaires, l’accs permanent l’expertise du titulaire de chaire facilite le transfert de connaissances ou de technologie dans le domaine de la recherche de pointe et peut dboucher sur de nouveaux procds, produits et mthodes pour explorer les problmes de recherche. En outre, le titulaire, grce son rseau de collaboration, permet l’organisme partenaire d’avoir accs une expertise au-del de la chaire.
  • Les sondages montrent que la recherche mene dans le cadre d’une chaire de recherche industrielle est exploite par l’industrie, le plus souvent pour perfectionner ou mettre au point des procds et des produits (la figure 19). En outre, d’autres organismes bnficiaires exploitent habituellement les rsultats de la recherche. En comparant les chaires du dbut du programme et celles plus rcentes, on constate que, l’exception de la mise au point d’un prototype ou d’un modle exprimental, les titulaires du dbut ont t plus nombreux faire tat d’un transfert de connaissances ou de technologie (p. ex., l’augmentation du nombre de brevets dlivrs, du nombre de technologies sous licence ainsi que du nombre de procds ou produits perfectionns et nouveaux) tmoignant de la commercialisation des rsultats au fil du temps.
  • Le Programme de PCI joue un rle important dans le renforcement des partenariats dj en place et la cration de nouveaux partenariats entre les partenaires industriels et les universits. Selon 67 p. 100 des partenaires industriels qui ont rpondu au sondage, des partenariats tablis avec les universits avaient t renforcs par suite du Programme de PCI. Par ailleurs, 42 p. 100 ont rpondu que leur organisme avait form de nouveaux partenariats avec des chercheurs universitaires et 31 p. 100, avec d’autres organismes par suite du Programme de PCI.
  • Il appert que le Programme de PCI aide considrablement obtenir la masse critique et combler les lacunes des programmes en place ou dvelopper des crneaux (p. ex., dans le secteur automobile, dans les sciences environnementales, dans le gnie de la construction et en gestion). L’obtention de la masse critique dans des domaines intressant l’industrie est lie plusieurs caractristiques du programme et des avantages comme son effet mobilisateur, son efficacit en tant qu’outil pour recruter et maintenir en poste des professeurs d’universit (grce l’appui salarial et au prestige) ainsi qu’ sa capacit attirer du personnel hautement qualifi.
  • Toutes les sources de donnes appuient le postulat selon lequel le Programme de PCI a renforc considrablement la capacit de recherche du titulaire de chaire dans la mesure o il lui a permis de mettre sur pied une plus grande quipe de recherche et d’attirer davantage de personnel qualifi, en plus de renforcer sa rputation dans le milieu de la recherche et d’accrotre la visibilit du programme de recherche auprs de l’industrie en gnral. On s’accorde fortement pour dire que la recherche a t considrablement influence par le Programme de PCI en ce qui a trait l’amlioration de la productivit de la recherche et l’largissement de sa porte.
  • D’aprs les tudes de cas, les collaborations avec l’industrie sont galement avantageuses pour le titulaire et ses travaux plusieurs gards : elles l’aident se tenir inform des besoins et du contexte industriels ainsi qu’ cerner des objectifs de recherche fondamentale long terme; elles lui fournissent des donnes pour la recherche et dveloppement par la suite; elles lui offrent un banc d’essai pour les outils et les connaissances; et elles lui donnent une rtroaction sur les rsultats de la recherche.

Figure 19
Knowledge and Technology Transfer (Partner Survey) - IRC Program

Figure 19

Attirer et maintenir en poste les professeurs d’universit

D’autres renseignements sur les rsultats pour ce qui est d’attirer ou de maintenir en poste les professeurs d’universit proviennent des bases de donnes internes du CRSNG. Bien que le CRSNG ne recueille pas de donnes sur les antcdents de ses candidats, pour ce qui est de la nationalit, on peut avoir une ide raisonnable de cette information en jetant un coup d’œil sur leur formation. La figure 20 prsente le nombre de nouveaux candidats au Programme de subventions la dcouverte – qui est le programme le plus important – ayant obtenu leur baccalaurat et leur doctorat l’extrieur du pays. (Ce programme donne une bonne ide de l’valuation globale du pouvoir d’attirer de nouveaux professeurs puisque la grande majorit des nouveaux professeurs en SNG prsentent une demande au Programme de subventions la dcouverte.) Comme l’indique la figure, les universits canadiennes russissent recruter chaque anne au sein de leur corps enseignant des centaines de personnes qui ont fait leurs tudes l’tranger. Plus de 30 p. 100 des nombreux nouveaux candidats du CRSNG ont fait leurs tudes l’tranger. Les investissements rcents consentis par le gouvernement dans la recherche universitaire ont cr un milieu attrayant pour mener des travaux et semblent avoir vritablement suscit l’attention de personnes hautement qualifies d’autres pays.

Figure 20

Le CRSNG se penche galement sur les raisons qui incitent les titulaires quitter leur poste avant la fin du mandat de la chaire. Tel que l’indique la figure 21, au cours des huit dernires annes, seul un petit nombre de professeurs recevant l’appui du CRSNG ont donn comme raison de leur dpart le fait qu’ils allaient quitter le pays. Il s’agit d’un pourcentage extrmement faible tant donn que prs de 12 000 professeurs reoivent un appui du CRSNG.

Figure 21

L’aide vigoureuse accorde depuis 1997 1998 (figure 4) par le gouvernement fdral par l’intermdiaire des organismes subventionnaires et de la Fondation canadienne pour l’innovation et l’appui accru des gouvernements provinciaux au budget de fonctionnement des universits ont radicalement modifi le paysage de la recherche sur les campus universitaires la grandeur du pays. Le succs dont tmoignent le recrutement et le maintien en poste de professeurs d’universit ne peut tre attribu un seul programme en particulier et dcoule d’investissements dans tout le systme.

Pour reconnatre les ralisations importantes de scientifiques et d’ingnieurs qui font de la recherche au Canada et aider par le fait mme garder au pays les professeurs d’universit, le CRSNG dcerne des prix prestigieux des chercheurs individuels ou des quipes de recherche. Le laurat de 2007 2008 de la Mdaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en gnie du Canada est prsent ci-aprs.

John C. Polanyi Laurat de la Mdaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en gnie du Canada dcerne par le CRSNG

Un chimiste de la University of Toronto a reu la Mdaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en gnie du Canada, la distinction scientifique la plus prestigieuse au Canada. Ce prix annuel, nomm en l’honneur du Prix Nobel canadien Gerhard Herzberg, garantit au laurat des fonds de recherche de 1 million de dollars sur une priode de cinq ans.

La curiosit naturelle de John C. Polanyi et son approche scientifique sont l’origine de plusieurs progrs majeurs raliss en chimie au fil des ans. Qui plus est, ce chercheur a contribu l’mergence du nouveau domaine de la dynamique des ractions, qui ramne les ractions chimiques au niveau molculaire pour nous aider comprendre ce qui se produit pendant une raction. Ses contributions dans le domaine lui ont permis de faire partie du groupe de laurats du prix Nobel de chimie de 1986.

Outre le prix Nobel, M. Polanyi a remport de nombreux prix scientifiques et reu des doctorats honorifiques d’universits du monde entier. Il a t nomm Compagnon de l’Ordre du Canada et membre de la Socit royale du Canada, de la Royal Society of London et de la Royal Society of Edinburg.

Au cours de sa brillante carrire, John Polanyi ne s’est pas limit la science proprement dite. Il a publi de nombreux articles sur la politique scientifique, le contrle des armes et l’incidence de la science sur la socit. Il a t cofondateur et premier prsident du Groupe canadien Pugwash, qui s’inscrit dans un mouvement international vou comprendre les rpercussions sociales de la science et empcher qu’elle ne soit utilise mauvais escient.

2.2 Recherche concurrentielle de haute qualit en sciences naturelles et en gnie au Canada

C’est sur la recherche fondamentale que reposent tous les progrs scientifiques et technologiques, et cette recherche permet de former les gens qui peuvent gnrer de nouvelles connaissances au Canada et bien saisir les nouvelles connaissances gnres de par le monde.

2.2.1 Financer la recherche fondamentale

On prsente ci-dessous un aperu de l’activit de programme financer la recherche fondamentale .


Description Rsultats prvus
Cette activit de programme permet d’investir dans la dcouverte par l’entremise de subventions axes sur des activits de recherche fondamentale. La recherche fondamentale sert de fondement aux progrs dans toutes les disciplines des SNG et permet aussi de former des gens qui peuvent gnrer de nouvelles connaissances au Canada. Renforcement de la capacit de dcouverte, d’innovation et de formation des chercheurs universitaires dans le domaine des SNG.
Ressources (2007-2008) Clients appuys (2007-2008)
Dpenses prvues $403.6M Professeurs 10,685
Dpenses relles $454.3M tudiants de 1er cycle 3,800
Ressources humaines prvues 127 tudiants la matrise ou au doctorat 6,678
Ressources humaines relles 143 Stagiaires postdoctoraux 748

Les principaux programmes se rattachant cette activit de programme sont les suivants :

  • Programme de subventions la dcouverte (333,4 M$): Ce programme constitue le pivot de l’appui la recherche universitaire. Il prvoit un financement pour les programmes continus de recherche universitaire. Ces subventions permettent de reconnatre la crativit et l’innovation qui sont au cœur de tous les progrs scientifiques, qu’ils aient t accomplis titre individuel ou titre collectif. Les chercheurs sont libres de travailler dans le mode qui convient le mieux au secteur de recherche, et ils peuvent poursuivre de nouveaux intrts scientifiques qui relvent du mandat du CRSNG. Pour obtenir un appui financier, ils doivent faire la preuve la fois de leur excellence en recherche et d’une productivit leve, ainsi que de leur contribution la formation de PHQ. La capacit de dcouverte, d’innovation et de formation des chercheurs universitaires dans le domaine des SNG se voit renforcer par la prestation d’un appui pour les cots directs des programmes continus de recherche fondamentale.
  • Programme de subventions d’outils et d’instruments de recherche (OIR) (40,8 M$): Le financement de la FCI contribue l’amlioration de l’appareillage dans les laboratoires en finanant l’achat d’appareils importants et d’infrastructures majeures. Les subventions d’OIR permettent aux professeurs d’acheter les appareils de laboratoire plus petits ncessaires pour mener bien de la recherche de calibre mondial. Cette source essentielle de financement permet d’assurer que les chercheurs ont accs aux outils de recherche modernes dont ils ont besoin pour assurer un retour maximal des autres investissements, notamment les subventions la dcouverte.
  • Programme d’appui aux ressources majeures (ARM) (35,2 M$): Le Programme d’ARM (anciennement le Programme d’accs aux installations majeures [AIM]) appuie l’accs des chercheurs de grandes installations de recherche rgionales et nationales en aidant maintenir ces installations dans un tat de disponibilit pour les chercheurs. Ce programme sert de vhicule aux investissements du CRSNG dans des installations comme le Centre canadien de rayonnement synchrotron Saskatoon et l’Observatoire de neutrinos de Sudbury.
  • Programme d’occasions spciales de recherche (OSR) (10,6 M$): Le Programme d’OSR permet aux chercheurs de profiter de nouvelles occasions de recherche en temps opportun ainsi que d’explorer et d’tablir de nouvelles collaborations, tant l’chelle nationale qu’internationale, qui leur permettront de donner suite ces occasions.

Parmi les autres programmes d’appui se rattachant cette activit de programme, on peut mentionner le Programme du gouvernement du Canada pour l’Anne polaire internationale (12,1 M$), le Programme de renforcement de la capacit de recherche des petites universits (2,2 M$), l’Appui gnral (1,3 M$) et le financement pour l’administration de tous les programmes susmentionns.

La section 2.1.2 donne une vaste perspective sur les rsultats des tudiants de premier cycle et des cycles suprieurs en SNG. Le reste de la section prsente les points saillants des mesures de rendement se rapportant au financement de la recherche fondamentale. Les rsultats dont il est question donnent galement une ide du rendement de la plupart des autres programmes de subventions du CRSNG. Comme nous l’avons mentionn, il est fort difficile de ventiler les mesures du rendement gnral entre les programmes du CRSNG.

Examen international du Programme de subventions la dcouverte

En 2007 2008, un examen spcial, soit l’examen international du Programme de subventions la dcouverte, a t men par un comit compos de scientifiques et de chercheurs prestigieux. Le comit a prsent les conclusions suivantes (le rapport complet du comit est affich http://www.nserc.gc.ca/about/rep_sur_f.asp).

  • Le taux de russite relativement lev des demandes prsentes au Programme de subventions la dcouverte favorise en fait un haut niveau d’excellence de la recherche dans un large ventail de domaines.
  • Les meilleurs chercheurs sont en mesure de bnficier de l’appui d’une subvention la dcouverte qui constitue un outil pour mobiliser des fonds en provenance d’autres sources un niveau concurrentiel sur le plan international.
  • La large assise des subventions du Programme de subventions la dcouverte permet de soutenir une capacit de recherche d’un niveau important et d’assurer la formation d’tudiants dans les diffrentes disciplines des SNG et dans toutes les rgions du Canada et, par consquent, contribue de faon notable rpondre aux besoins nationaux pour ce qui est des rsultats de la recherche et de la formation de personnel hautement qualifi.
  • Le Programme de subventions la dcouverte constitue par consquent un investissement exceptionnellement productif et mrite un financement supplmentaire pour que la valeur de ses subventions suive le rythme des possibilits croissantes.

Voici quelques indicateurs qui dmontrent l’excellence et la productivit des chercheurs canadiens.

Programme de supplments d’acclration la dcouverte

En 2007-2008, le CRSNG a lanc un nouveau programme, en l’occurrence des supplments d’acclration cibls, pour offrir en temps opportun des ressources supplmentaires apprciables un petit groupe de chercheurs exceptionnels, dont la majorit travaillent dans les trois domaines prioritaires de la stratgie fdrale en matire de S et T pour acclrer les progrs et maximiser l’incidence de leur programme de recherche. l’issue d’un examen par les pairs, le CRSNG a retenu 41 chercheurs remarquables qui mnent des travaux dans ces trois domaines et dont les efforts de recherche bnficieront grandement de l’injection de 40 000 $ par anne sur trois ans.

Indicateurs relatifs l’avantage du savoir

L’un des premiers rsultats tangibles des investissements dans la R et D universitaire est la publication d’articles dans une revue scientifique ou de gnie. De par le monde, la culture de la recherche universitaire accorde une grande importance la publication des nouvelles dcouvertes et des progrs dans des revues trs diffuses. Comme la majeure partie des publications en sciences et en gnie mane des chercheurs universitaires au Canada et ailleurs dans le monde, il s’agit d’un bon indicateur des retombes immdiates du financement de la recherche par le CRSNG.

Selon une tude exhaustive portant sur les publications et leur lien avec les professeurs appuys par le CRSNG, ces derniers sont les chercheurs qui contribuent le plus, et de loin, aux publications canadiennes dans le domaine. Il est donc possible d’tablir un lien entre les publications nationales et le financement offert par le CRSNG.

Le Canada fait partie d’un groupe d’lite compos de pays qui publient un grand nombre d’articles dans des revues spcialises en sciences et en gnie. Comme en tmoigne la figure 22, les chercheurs canadiens en SNG, tous secteurs confondus, ont accru le nombre d’articles publis par anne en le faisant passer d’environ 20 000 25 000 articles l’heure actuelle. Dans l’ensemble, la part des publications mondiales en SNG attribuable au Canada se situait 4,4 p. 100 en 2006. Le rendement du Canada au chapitre de la production d’articles en SNG par rapport ses principaux concurrents est similaire. En effet, la plupart des pays industrialiss voient leur part de ces publications s’effriter au profit des pays comme la Chine, la Core du Sud et l’Espagne. Il semble que l’augmentation du nombre de publications canadiennes et de leur part des publications mondiales pourrait constituer le premier signe des retombes des montants supplmentaires investis dans la recherche universitaire depuis plusieurs annes.

Aprs avoir oscill autour de 600 000 articles par anne, la production mondiale en SNG a mont en flche en 2003, car on a accru le nombre de revues prises en compte dans l’ensemble des donnes. Avec prs du tiers des articles publis chaque anne, les tats-Unis arrivent en tte. Le Canada s’est class au 7e rang en 2006 comparativement au 9e rang entre 2001 et 2003. Par discipline, le Canada s’est situ entre la 6e place pour la biologie, les sciences de la Terre et les sciences spatiales et la 12e pour la chimie et la physique.

Figure 22

Tout comme les cotes d’coute (plus la cote est leve, plus il y a de spectateurs ou d’auditeurs), le facteur de citations relatif moyen (FCRM) est une mesure de l’utilisation ventuelle des travaux d’un chercheur par ses collgues. Si les travaux d’un chercheur sont cits plus souvent par ses collgues, ceci signifie que ces travaux ont une plus grande valeur intrinsque. Selon le nombre de citations reues par les articles au cous des trois annes suivant leur publication, on calcule pour chaque pays et chaque domaine le FCRM, en l’occurrence une mesure normalise 1,0. Un FCRM suprieur 1,0 pour un pays et un domaine signifie que les publications du pays dans le domaine vis sont cites plus souvent que la moyenne mondiale. Un FCRM infrieur 1,0 signifie que les publications du pays dans le domaine vis ne sont pas cites aussi souvent que la moyenne mondiale.

La figure 23 prsente les valeurs du FCRM des pays qui ont publi plus de 5 000 articles en SNG en 2006. Le FCRM du Canada se classe au 7e rang, dans un bloc homogne avec les autres pays du G-7, accusant un retard important uniquement par rapport aux quatre pays de tte (la Suisse, les Pays Bas, les tats-Unis et l’Allemagne).

La publication d’articles scientifiques dans les revues prestigieuses peut constituer un indicateur d’excellence qui s’ajoute au FCRM. Science et Nature sont deux revues dans le domaine des sciences naturelles qui sont trs slectives, qui ont une grande influence et de nombreux lecteurs. Plus de 6 p. 100 des articles parus dans Science et Nature en 2007 taient attribuables des auteurs canadiens, ce qui reprsente 4,4 p. 100 de l’ensemble des publications.

Figure 23

La figure 24 montre pour la plus rcente priode (de 2002 2006) le ratio de la part des citations mondiales dans un sous-domaine attribuable un pays et de sa part des publications mondiales dans ce sous-domaine. Par exemple, le pourcentage de citations renvoyant des articles scientifiques canadiens dans le domaine des sciences spatiales a dpass de 57 p. 100 pendant cette priode la part canadienne de la production mondiale d’articles scientifiques dans ce domaine. Le Canada est l’un des trois seuls pays qui affichent un facteur relatif positif pour les articles cits dans tous les sous-domaines des SNG.

Les indicateurs de la productivit se rapportant la production de publications scientifiques peuvent aussi s’avrer utiles. Un indicateur donne une mesure de la production de publications en SNG d’un pays en fonction de la population. La figure 25 illustre la production d’articles par million d’habitants en 2006 des pays qui en publient un grand nombre (au moins 5 000 articles en 2006). Selon ce critre, la Suisse arrive en tte. Le Canada se classe au 4e rang, mais il devance certains acteurs importants comme le Royaume Uni, la France, l’Allemagne, les tats-Unis, le Japon et l’Italie.

Figure 24
Figure 25

La publication des rsultats de la recherche appuye par le CRSNG est reconnue comme une contribution importante aux sciences et au gnie dans le monde. La figure 26 donne un exemple de dcouvertes importantes issues de la recherche appuye par le CRSNG dans les domaines de l’environnement, de l’nergie, des technologies de l’information et des communications ainsi que de la sant.

Figure 26
Exemples de dcouvertes importantes en 2007-2008 issues de la recherche appuye par le CRSNG


  Quoi O Qui Comment
Environnement Pches dans des pays insulaires non compatible avec une exploitation durable Simon Fraser University Dr. Isabelle Ct En tudiant 49 pays insulaires, Isabelle Ct et ses collgues ont constat que les prises de poissons dpassent en moyenne de 64 p. 100 le niveau qui permettrait une exploitation durable. Dans neuf de ces pays, on observe dj un effondrement des pches.
Rsultats d’une tude mene dans l’Arctique pendant 24 ans Queen’s University et University of Alberta Marianne Douglas et John Smol Marianne Douglas et John Smol ont surveill 40 tangs dans l’Arctique au cours des 24 dernires annes. Il ressort de leurs travaux que le changement climatique est l’origine d’une baisse alarmante du niveau de ces tangs. Certains lacs qui existaient depuis des milliers d’annes se sont dj vapors.
Populations de poissons touches par la pilule Universit du Nouveau-Brunswick Karen Kidd Selon une tude d’une dure de sept ans mene Pches et Ocans Canada sous la gouverne de Karen Kidd, les populations de mens d’un lac exprimental ont commenc s’effondrer aprs une exposition prolonge de faibles quantits d’œstrogne synthtique. Les sujets mles ont commenc produire des protines d’œuf, et on a trouv des œufs immatures dans les testicules de certains poissons.
nergie Perce dans le stockage d’hydrogne University of New Brunswick Dr. Sean McGrady Dr. McGrady’s team successfully condensed hydrogen gas into a usable solid under mild conditions. At the moment, hydrogen gas is typically stored under pressure in large, metal cylinders, which are heavy and expensive to transport. Since they’re under pressure, they also pose a safety hazard.

Figure 26
UniversitZ du Nouveau-Brunswick


  Quoi O Qui Comment
Information et communications Applications mathmatiques pratiques du Sudoku Queen's University Ram Murty et Dr. Agnes Herzberg Les chercheurs ont analys le Sudoku dans la perspective des mathmatiques. En utilisant une thorie des graphes, ils ont constat que la thorie sous-jacente de ce jeu pourrait tre mise profit pour optimiser les rseaux de communication et les horaires des transporteurs ariens.
Activit solaire responsable de l’interruption des communications par tlphone mobile Queen's University David Thomson En examinant les pannes des satellites de tlcommunications dans les annes 1990, David Thomson a dcouvert que les satellites et les tlphones mobiles ragissaient de la mme manire aux changements dans les modes de gravit solaire. Il a continu tudier ce phnomne sous l’angle des appels interrompus. En comparant l’activit des ruptions solaires avec les registres des appels tlphoniques interrompus, il a pu mettre en vidence une corrlation dfinie. La prochaine tape de ses travaux consistera dterminer comment cela se produit.
Appareil sans fil pour mesurer la quantit de rayonnement Carleton University Atif Shamim et Muhammad Arsalan Les chercheurs ont mis au point un petit appareil sans fil jetable pour mesurer la quantit de rayonnement dans le corps d’un patient. Cette invention leur a valu un prix de 6 000 $ la TEXPO 2007 de CMC Microsystmes.
Sant Dveloppement d’un logiciel de chirurgie virtuelle de la scoliose cole Polytechnique de Montral Dr. Carl-ric Aubin Grce l’outil de simulation prchirurgicale mis au point par Carl-ric Aubin, les chirurgiens pourront vrifier les effets de la chirurgie de la scoliose avant l’intervention et dterminer les implants utiliser pour obtenir une correction optimale.
Radiothrapie amliore University of Windsor Chitra Rangan Chitra Rangan utilise des algorithmes mathmatiques afin qu’un ordinateur puisse dtecter une tumeur dans le scintigramme du corps d’un patient et cibler le rayonnement sans endommager d’autres organes.
Shortening sans gras trans University of Guelph Alex Marangoni Alex Marangoni a mis au point un shortening sans gras trans, connu sous le nom de CoaVel , qui est maintenant utilis dans huit biscuits diffrents produits par Tasty Selections et vendus aux htels canadiens.
Rajeunissement des muscles grce l’haltrophilie McMaster University Mark Tarnopolsky Mark Tamopolsky a constat que l’exercice contre rsistance pratiqu par les personnes de 65 ans ou plus permet de renverser les effets du vieillissement des muscles squelettiques.

Les prix et distinctions donnent une autre mesure de l’excellence de la recherche. Chaque anne, le CRSNG compile et met jour des donnes sur 191 prix et distinctions de calibre international. Au cours des 10 dernires annes, les chercheurs appuys par le CRSNG ont reu plus de 150 des prix et distinctions relevs dans cette analyse. On donne un exemple ci dessous d’un prix prestigieux dcern un chercheur appuy par le CRSNG.

Ted Sargent
Une subvention de 10 millions de dollars de l’Universit des sciences et de la technologie du roi Abdullah (KAUST) en Arabie saoudite

Ted Sargent, professeur de gnie lectrique et informatique et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en nanotechnologie, recevra une subvention de 10 millions de dollars de la KAUST, universit de recherche internationale au niveau des tudes suprieures qui devrait ouvrir ses portes en septembre 2009.

Le concours tait ouvert tous les scientifiques et ingnieurs de rputation internationale ayant leur actif des ralisations exceptionnelles et se dmarquant pour leur originalit et leur productivit. M. Sargent, l’un des scientifiques les plus renomms de sa gnration, a t le seul d’une universit canadienne obtenir une subvention.

l’Universit de Toronto, Ted Sargent a mis au point une nanotechnologie utilisant les rayons infrarouges du soleil pour alimenter en nergie peu prs tous les appareils lectriques actuels. Il a aussi permis un vaste lectorat de se familiariser avec la nanotechnologie grce son ouvrage trs pris The Dance of Molecules.

Pratiquement tous les programmes du CRSNG contribuent la diffusion des connaissances. Les nouvelles connaissances gnres par les professeurs d’universit appuys par le CRSNG sont souvent utilises par des chercheurs des laboratoires du gouvernement canadien et de l’industrie. L’un des principaux indicateurs de cette diffusion aux utilisateurs rside dans les publications conjointes. La figure 27 indique que plus de 800 publications universits-gouvernement et, en moyenne, 400 publications universits-industrie sont produites annuellement. Cette tendance a t passablement stable au cours des dix dernire annes, et ce, malgr le flchissement de la R et D industrielle survenu au Canada au cours des dernires annes et son incidence sur le nombre d’articles produits conjointement par les universits et l’industrie.

En 2007, le CRSNG a men un sondage auprs des professeurs appuys par l’organisme (2 590 rpondants, soit un taux de rponse de 45 p. 100) pour mesurer leurs activits au chapitre de la diffusion des connaissances auprs des utilisateurs (entreprises prives et gouvernement) ainsi que de leur transfert et de leur commercialisation. La figure 28 indique le pourcentage des rpondants au sondage qui avaient fait de la recherche en collaboration avec des partenaires industriels ou gouvernementaux au cours des cinq annes antrieures ou aid dfinir l’orientation de leur programme de recherche. Un pourcentage lev de rpondants avaient particip ce type de R et D concerte, ce qui acclre la diffusion des connaissances auprs des utilisateurs.

Figure 27
Figure 28

Toujours partir des donnes du sondage, la figure 29 prsente la mesure dans laquelle les professeurs appuys par le CRSNG ont tenu compte des besoins des utilisateurs dans la planification de leurs projets de recherche et la frquence laquelle les professeurs appuys par le CRSNG fournissaient des entreprises prives des services touchant leur recherche. La majorit des professeurs ont tenu compte des besoins des utilisateurs jusqu’ un certain point lors de la planification de leurs travaux. Il convient de noter que ce ne sont pas tous les projets de recherche, spcialement en recherche trs fondamentale, qui ont des utilisateurs ou des applications clairement dfinis. Bien que la majorit des rpondants s’engagent dans diverses activits de diffusion des connaissances, un petit nombre d’entre eux ne le fait pas. L’amlioration de cette diffusion des connaissances aux utilisateurs potentiels constitue un but important pour le CRSNG, et de futurs sondages permettront de suivre la situation. Dans le cadre du sondage prcdent sur le sujet (ralis en 2000), les rpondants ont fait tat de nombreux obstacles au transfert de connaissances aux utilisateurs. Prs de la moiti des rpondants ont mentionn le manque d’expertise des utilisateurs, le manque d’entreprises dans la rgion, le manque de bourses d’tudes d’appui la diffusion des connaissances ou la pression de publier comme des obstacles la diffusion des connaissances.

Figure 29
Planification des activits de diffusion des connaissances auprs des utilisateurs (entreprises prives et gouvernement) et activits de diffusion des connaissances auprs des entreprises prives


Diffusion par les professeurs appuys par le CRSNG Jamais ou rarement (%) Parfois (%) Souvent ou trs souvent (%)
A consacr du temps la diffusion des rsultats de sa recherche 14.5 23.8 61.7
A dtermin la partie des rsultats de sa recherche qu’il souhaitait diffuser auprs des utilisateurs 27.0 25.2 47.8
A recens des particuliers ou des organisations qui pourraient en bnficier s’ils appliquaient les rsultats de sa recherche 29.4 31.1 39.6
A consacr des ressources financires la diffusion des rsultats de sa recherche 35.0 26.5 38.5
Diffusion par les professeurs appuys par le CRSNG Jamais ou rarement (%) Parfois (%) Souvent ou trs souvent (%)
A envoy directement les rsultats de sa recherche 49.4 29.8 20.9
A envoy des rapports techniques 50.8 28.4 20.8
A donn des prsentations dans le cadre d’un sminaire technique organis par une entreprise 53.0 27.9 19.0
A prsent les rsultats de sa recherche des entreprises prives suceptibles de les utiliser directement 55.0 27.2 17.8

Source: Sondage men en 2007 par le CRSNG auprs des chercheurs

valuations rcentes

Le Programme de subventions d’outils et instruments de recherche et le Programme de subventions d’accs aux installations majeures (maintenant appel Programme d’appui aux ressources majeures – ARM) du CRSNG ont t valus en 2006-2007. Voici les principales conclusions de l’valuation:

  • Les subventions d’outils et d’instruments de recherche (OIR) permettent d’accrotre, d’acclrer et d’approfondir la recherche et de compter sur du personnel hautement qualifi (PHQ) ayant reu une formation plus solide. Ces rpercussions se sont fait sentir dans toutes les disciplines, dans toutes les rgions et dans les tablissements de toutes tailles. Les petits tablissements ont en gnral affirm bnficier davantage des subventions d’OIR que ceux de plus grande taille – pour autant qu’ils soient en mesure de les obtenir. D’aprs les donnes, ces tablissements ont en effet moins de chances d’obtenir un financement que ceux de taille moyenne ou grande. Ces observations corroborent l’ide selon laquelle le Programme de subventions d’OIR contribue la ralisation de ses objectifs d’amlioration de la capacit de dcouverte, d’innovation et de formation en recherche des chercheurs universitaires.
  • L’valuation a clairement fait ressortir trois messages:
    • il faudra remplacer au cours des cinq prochaines annes une proportion apprciable des appareils actuels – ce qui reprsente entre le quart et le tiers de leur valeur;
    • quelque 20 p. 100 des appareils actuels ncessiteront des travaux d’entretien majeurs au cours des cinq prochaines annes;
    • les chercheurs ont de la difficult trouver un financement pour les petits appareils.
  • En raison de la valeur et de la nature du financement des appareils, il existe l’heure actuelle un lger chevauchement entre le Programme de subventions d’OIR du CRSNG et les subventions de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI). De fait, en raison des contraintes imposes quant l’utilisation des fonds octroys par la FCI (projets de grande envergure, la fine pointe et compatibles avec les priorits stratgiques des universits), il est peu probable que l’on observe un chevauchement important avec les projets viss par les subventions d’OIR, d’AIM ou d’ARM. L’aide apporte par le Programme d’ARM s’ajoute au financement offert par la FCI dans le cadre de plusieurs projets (p. ex., le Centre canadien de rayonnement synchrotron) en faisant la preuve de l’aide au fonctionnement et la recherche ncessaire pour utiliser pleinement les installations.
  • Le Programme de subventions d’AIM (maintenant appel  Programme d’ARM ) a principalement permis d’amliorer l’utilisation des installations, d’intensifier la collaboration entre les chercheurs et de renforcer la comptitivit internationale des chercheurs canadiens. Les effets de l’appui semblent plus marqus pour les projets viss par une subvention d’AIM que pour ceux viss par une subvention d’OIR — qu’il s’agisse des effets positifs lis l’obtention d’une subvention ou des effets ngatifs dans le cas contraire. L’intensification de la collaboration entre les chercheurs et les organismes de mme que la capacit d’attirer et de retenir les professeurs sont des effets beaucoup plus marqus dans le cas du Programme de subventions d’AIM que dans celui du Programme de subventions d’OIR.

2.2.2 Financer la recherche dans des domaines stratgiques
On prsente ci-dessous un aperu de l’activit de programme  Financer la recherche dans des domaines stratgiques .


Description Rsultats prvus
Cette activit de programme finance les projets de recherche d’importance nationale et les projets de recherche dans des secteurs mergents susceptibles de revtir une importance pour le Canada. En crant des liens entre les universits, l’industrie et le gouvernement et en abordant les domaines d’importance stratgique pour le Canada, ce financement permet d’assurer que les Canadiens tirent profit de leurs investissements dans la recherche. La recherche et la formation cibles dans des domaines mergents d’importance nationale sont privilgies.


Ressources (2007-2008) Clients appuys (2007-2008)
Dpenses prvues $57.7M Professeurs 1,446
Dpenses relles $75.4M tudiants de 1er cycle 434
Ressources humaines prvues 28 tudiants la matrise ou au doctorat 1,091
Ressources humaines relles 33 Stagiaires postdoctoraux 263

Le principal programme se rattachant cette activit de programme est le suivant:

  • Programme de subventions de projets stratgiques (67,0 M$): Le Programme de subventions de projets stratgiques a pour objet d’acclrer la recherche et la formation dans des domaines cibls et dans des domaines nouveaux qui revtent une importance nationale. La recherche en est ses dbuts et prsente la possibilit de mener d’importantes perces. Les domaines cibls du programme concident de prs avec les domaines auxquels le gouvernement accorde la priorit l’heure actuelle, soit l’environnement, l’nergie, les technologies de l’information et des communications, la fabrication, les applications dans le domaine de l’automobile, la foresterie, la pche et la sant.

Les autres programmes se rattachant cette activit de programme appuient des projets de recherche concerte sur la sant (3,3 M$) et des plateformes d’innovation (1,1 M$) et l’administration de tous les programmes susmentionns.

En 2007-2008, on a russi recueillir un total de 25,9 millions de dollars en financement de contrepartie auprs de partenaires dans le cadre du Programme de subventions de projets stratgiques, alors que le financement du CRSNG tait de 67 millions de dollars. En raison du caractre prconcurrentiel du Programme de subventions de projets stratgiques, le ratio de levier de 39 p. 100 montre un bon taux de participation des partenaires.

En 2004, le CRSNG a entrepris une tude de suivi quinquennale sur le Programme de subventions de projets stratgiques (SPS) auprs de 229 titulaires d’une subvention de SPS (taux de rponse de 66 p. 100) et de 127 partenaires (taux de rponse de 67 p. 100) travaillant dans le secteur priv ou au gouvernement. Les marges d’erreur pour les deux chantillons sont de 5 points pour l’chantillon de chercheurs universitaires et de  8 points pour l’chantillon de chercheurs en milieu industriel avec un intervalle de confiance de 95 p. 100. Les points saillants du sondage sont les suivants :

  • Pratiquement tous les rpondants ont indiqu que leur exprience titre de titulaires d’une subvention de projet stratgique avait t valable (c. d. 99,6 p. 100 des chercheurs universitaires, 95,7 p. 100 des chercheurs de l’industrie et 100 p. 100 des chercheurs du secteur public).
  • Dans l’valuation de leur collaboration aprs la subvention, un total de 163 chercheurs (c. d. 71 p. 100) ont indiqu qu’ils avaient continu collaborer avec leurs partenaires du projet appuy par une SPS. En fait, 144 chercheurs (64 p. 100) ont continu travailler avec les mmes partenaires dans le domaine o ils avaient obtenu leur subvention de projet stratgique, et 19 autres chercheurs (8 p. 100) ont indiqu qu’ils avaient continu travailler avec les mmes partenaires mais des projets diffrents.
  • La figure 30 prsente les avantages qu’ont retirs les partenaires (entreprises et gouvernements) de leur participation un projet appuy par le Programme de subventions de projets stratgiques.
Figure 30

Globalement, le Programme de subventions de projets stratgiques atteint ses principaux objectifs et entrane la formation d’un nombre important de PHQ et un transfert de connaissances au milieu des utilisateurs.

Les programmes de partenariats stratgiques du CRSNG mettent l’accent sur les priorits (domaines cibls stratgiques de l’organisme), si bien qu’ils fournissent un excellent cadre pour la mise en œuvre de la stratgie en matire de S et T. En 2007-2008, par l’intermdiaire des programmes de partenariats stratgiques, le CRSNG a pris plusieurs engagements l’gard de cette stratgie, par exemple:

  • La redfinition de la porte des trois domaines cibls stratgiques du CRSNG (technologies avances de communication et de gestion de l’information; environnement et cosystmes sains; et systmes nergtiques durables) et recentrage de ces domaines pour les harmoniser avec les domaines prioritaires de la stratgie en matire de S et T.
  • L’augmentation du financement dans le concours de 2007 (4,4 millions de dollars par anne sur trois ans) pour appuyer 30 projets supplmentaires dans les domaines prioritaires de l’environnement, de l’nergie et des technologies de l’information et des communications. Au total, 101 chercheurs et 59 partenaires supplmentaires participent ces projets, qui devraient permettre de former plus de 150 tudiants.
  • Le lancement d’un concours supplmentaire extraordinaire pour accrotre rapidement la recherche et les partenariats dans les trois domaines cibls (technologies avances de communication et de gestion de l’information; environnement et cosystmes sains; et systmes nergtiques durables) qui concordent avec les domaines prioritaires de la stratgie en matire de S et T. Les 160 subventions attribues reprsentent un investissement annuel de 15 millions de dollars au cours des deux prochaines annes (voir ci-aprs un exemple des subventions accordes).
  • Six rseaux stratgiques supplmentaires (partenariats de recherche public-priv) ont t crs dans les trois domaines prioritaires de l’environnement, des technologies de l’information et des communications ainsi que de l’nergie et des ressources naturelles.
  • Afin d’assurer une meilleure harmonisation avec la stratgie en matire de S et T, le CRSNG a remani le Programme de subventions de rseaux stratgiques pour stimuler la recherche et la formation internationales et acclrer le transfert de connaissances et de nouvelles technologies en vue de leur utilisation au sein de l’conomie canadienne.
Technologies avances de communication et de gestion de l’information

Title: New generation intelligent user interface for effective and ubiquitous and pervasive communication.
Candidat: Zhang, Wenjun (Chris) (gnie mcanique, University of Saskatchewan)
Membres du groupe: Schneider, Barry B. (psychologie, Universit d’Ottawa); Gutwin, Carl (informatique, University of Saskatchewan); Shi, Yang (gnie mcanique, University of Saskatchewan)
Organismes d’appui: Immersion Canada; MPB Technologies Inc.

Sommaire:
Ce projet vise mettre au point une interface intelligente de nouvelle gnration pour les communications homme-ordinateur et homme-machine. Des informaticiens et des ingnieurs mcaniciens prendront en charge les principales tches inhrentes au projet, mais une trs bonne connaissance du comportement humain s’impose pour doter l’ordinateur ou la machine des outils appropris pour comprendre l’homme. En plus d’aider aborder correctement la question du comportement humain, la participation d’un psychologue l’quipe de recherche permettra aux tudiants d’acqurir une prcieuse formation interdisciplinaire.

2.3 Utilisation productive des nouvelles connaissances en sciences naturelles et en gnie

Il y a cration de la richesse quand les Canadiens ajoutent de la valeur au processus de production de biens et de services vendus sur les marchs mondiaux, et la connaissance constitue le fondement moderne de la valorisation. Le CRSNG compte maximiser la valeur des investissements publics dans la recherche au profit de tous les Canadiens en faisant la promotion de l’innovation axe sur la recherche, des partenariats universits-industrie, des activits de transfert de la technologie, et de la formation de personnes ayant l’ensemble des comptences scientifiques et des comptences en affaires requises pour crer de la richesse grce aux nouvelles dcouvertes en SNG.

2.3.1 Financer des partenariats universits-industrie-gouvernement

On prsente ci-dessous un aperu de l’activit de programme  Financer des partenariats universits-industrie-gouvernement 


Description Rsultats prvus
Cette activit appuie la priorit du CRSNG qui consiste tirer parti des avantages des investissements publics dans la recherche en tablissant des collaborations productives entre les chercheurs universitaires et les rcepteurs industriels qui sont en mesure de crer de la valeur partir des nouvelles dcouvertes. La collaboration mutuellement avantageuse entre le secteur priv et les chercheurs des universits produit des retombes industrielles ou conomiques au profit du Canada.


Ressources (2007-2008) Clients appuys (2007-2008)
Dpenses prvues $115.0M Professeurs 2,538
Dpenses relles $181.8M tudiants de 1er cycle 753
Ressources humaines prvues 79 tudiants la matrise ou au doctorat 1,764
Ressources humaines relles 66 Stagiaires postdoctoraux 392

Les principaux programmes se rattachant cette activit de programme sont les suivants:

  • Programme de subventions de recherche et dveloppement cooprative (45,1 M$): Ce programme vise faire bnficier les entreprises tablies au Canada des connaissances et du savoir-faire uniques que l’on trouve dans les tablissements d’enseignement postsecondaire canadiens. Il vise aussi promouvoir les collaborations mutuellement bnfiques engendrant des retombes industrielles et conomiques importantes pour le Canada. Le programme favorise galement la recherche de calibre mondial et assure une solide source de diplms bien forms. Cette activit de programme comprend galement le financement de la Socit canadienne de micro-lectronique (8,6 M$).
  • Programme de Rseaux de centres d’excellence (RCE) (40,2 M$) : Les rseaux de centres d’excellence sont des partenariats uniques entre les universits, l’industrie, le gouvernement et les organismes sans but lucratif qui visent transformer la recherche et le talent entrepreneurial canadien en avantages socio-conomiques pour tous les Canadiens. Ces partenariats de recherche pancanadiens, multidisciplinaires et multisectoriels assurent la jonction de l’excellente recherche avec le savoir-faire industriel et l’investissement stratgique. Ils crent une masse critique en matire de capacit de recherche en tablissant des rseaux entre les chercheurs et les partenaires de l’ensemble du pays.
  • Programme de subventions de rseaux stratgiques (16,5 M$) : Le Programme de subventions de rseaux stratgiques appuie des programmes de recherche complexes et de grande envergure qui comprennent des collaborations multisectorielles en vue d’examiner un sujet de recherche commun. Le sujet peut avoir un intrt local et exiger un rseau local cibl, ou il peut revtir une importance rgionale ou nationale ncessitant un rseau plus complexe et de plus grande envergure.
  • Programme des ententes de partenariat de recherche  (4,7 M$) : Un certain nombre d’initiatives ont t cres par l’entremise des ententes de partenariat de recherche conclues avec plusieurs ministres et organismes du gouvernement fdral. Ces programmes ont pour objectif d’tablir des liens solides entre le secteur priv et les chercheurs des universits et des organismes fdraux.

Le lancement par le CRSNG, la fin de l’exercice, d’un nouveau programme, soit le Programme de centres d’excellence en commercialisation et en recherche (57,2 M$), et le financement de l’administration des programmes susmentionns compltent le dernier poste de dpenses pour cette activit de programme.

Dans le reste de la prsente section, on trouvera les rsultats par programme particulier de mme que les mesures de rendement gnrales relatives au transfert de connaissances et de technologie. Les rsultats gnraux prsents dans cette section sont galement le fruit des investissements raliss dans le cadre de la plupart des autres programmes de subventions du CRSNG. Comme nous l’avons mentionn, il est extrmement difficile de ventiler les mesures du rendement gnral en fonction des diffrents programmes du CRSNG. La plupart des rsultats attendus ont trait au processus de transfert de technologie. Ce processus peut se dcrire comme tant le mouvement d’ides, d’outils et de personnes, depuis les professeurs et tudiants universitaires subventionns par le CRSNG jusqu’aux secteurs priv et public. Ce mouvement conduit aux avantages socio-conomiques dont peuvent profiter les Canadiens grce l’appui du CRSNG la recherche.

Les subventions de R et D cooprative visent faire bnficier les entreprises tablies au Canada des connaissances et du savoir-faire uniques que l’on trouve dans les tablissements d’enseignement postsecondaire canadiens. Elles visent aussi promouvoir les collaborations mutuellement bnfiques engendrant des retombes industrielles et conomiques importantes pour le Canada. Runir les professeurs d’universit et les entreprises canadiennes est une des principales faons de stimuler le transfert de technologie. Ces partenaires industriels contribuent aussi financirement aux projets de recherche universitaires. En raison des incidences socio-conomiques de la recherche universitaire, le CRSNG considre que tout investissement supplmentaire dans la recherche universitaire a une incidence positive sur l’conomie canadienne. La figure 31 prsente une comparaison du financement du CRSNG par rapport aux contributions de l’industrie au Programme de R et D cooprative. Au cours des dix dernires annes, les contributions industrielles au programme de R et D cooprative ont dpass de plus de 50 p. 100 l’investissement du CRSNG, tmoignant de l’intrt des entreprises canadiennes pour la R et D universitaire et la formation des tudiants.

Figure 31

Le CRSNG surveille les rsultats de son Programme de recherche et dveloppement cooprative (RDC) en assurant un suivi auprs des chercheurs et des partenaires. En 2007, il a examin les rapports prsents en 2004-2005 et en 2005 2006 par les responsables de 276 projets de RDC. Voici ce qui en ressort.

  • Parmi les 276 projets de RDC, 49 p. 100 ont contribu la cration de produits ou de procds nouveaux et 67 p. 100 l’amlioration de produits ou de procds.
  • Au total, 18 licences ont t accordes. Sur les 103 demandes de brevets prsentes, 24 avaient t examines au moment de la rception des rapports. Des entreprises ont t cres pour 13 projets.
  • Les subventions de RDC ont permis de former 2 531 professionnels, dont environ la moiti taient des tudiants de premier ou de deuxime cycle (respectivement 26 et 25 p. 100), par rapport 17 p. 100 au niveau du doctorat.
  • Les partenaires et le personnel hautement qualifi (PHQ) entretiennent des relations trs troites : dans 70 p. 100 des projets, le PHQ a prsent les rsultats aux partenaires et dans 68 p. 100, il a discut du projet directement avec les partenaires.
  • Il fallait attribuer des cotes pour dterminer dans quelle mesure les grands objectifs du programme avaient t atteints. Les rponses taient cotes sur une chelle de 1 7, o 1 signifie pas du tout , 4 un peu et 7 beaucoup . Des cotes de 6 et 7 ont t attribues dans 74 p. 100 des projets, ce qui indique que les objectifs avaient t atteints et les tapes cls franchies dans une large mesure. Personne n’a rpondu que les objectifs n’avaient pas du tout t atteints.
  • Les partenaires industriels ont particip la rdaction de 557 articles.

valuation rcente

En 2007, on a ralis la troisime valuation du Programme des RCE au cours des dix dernires annes. Le rapport d’valuation est affich http://www.nce-rce.gc.ca/pubs_f.htm. On prsente ci-dessous quelques-uns des principaux rsultats de l’valuation.

  • L’valuation milite en faveur de la poursuite du Programme des RCE.
  • Bien que de nombreux rsultats concrets du Programme des RCE soient similaires ceux d’autres programmes se rapportant des rseaux, le Programme des RCE obtient de meilleurs rsultats que ces programmes dans certains domaines cls, comme la cration de rseaux structurs, l’tablissement de partenariats intersectoriels et l’exploitation des connaissances – en particulier, la commercialisation des rsultats de la recherche. Manifestement, il y a une place inconteste pour le Programme des RCE.
  • Le Programme des RCE offre davantage de possibilits aux tudiants au chapitre des publications et des confrences, des dbats thiques et de la participation des pratiques de la vie relle. La participation au Programme des RCE aboutit galement une meilleure adquation entre le champ d’tude et l’emploi.
  • Les RCE ont russi runir des chercheurs, des reprsentants des secteurs public et priv et des ONG pour participer la dfinition de grands enjeux scientifiques, des travaux de recherche et la valorisation des rsultats de la recherche sous forme de retombes concrtes.
  • De l’avis des chercheurs, les programmes de rseautage et de collaboration doublent le volume des activits de transfert des connaissances et en augmentent nettement l’exploitation. Ce rsultat est vrai pour les RCE, au mme titre que pour les autres programmes de rseautage. En tablissant une comparaison avec un organisme de recherche public moyen, on observe que les rsultats de recherche exploits sont beaucoup plus nombreux dans le cas des partenaires des RCE du secteur public en 2006 que dans celui des organismes publics en gnral.

On trouvera ci-aprs un aperu plus gnral de mesures du rendement importantes se rattachant l’utilisation productive de nouvelles connaissances. De nombreux programmes du CRSNG ont contribu aux succs dcrits ci-aprs.

Divulgation des inventions, obtention de brevets et de licences

Chaque anne ou tous les deux ans, Statistique Canada effectue une enqute sur la commercialisation de la proprit intellectuelle dans le secteur universitaire. Les principaux rsultats des cinq premires enqutes sont prsents la figure 32. Comme les donnes de l’enqute sont confidentielles, on ne peut relier les rsultats mentionns dans la figure ceux du financement du CRSNG. Cela dit, selon une analyse des brevets et des publications effectue par l’organisme, la majorit de ces rsultats serait attribuable au financement du CRSNG. L’accroissement assez important de la plupart des activits de commercialisation observe au cours de ces six annes constitue un rsultat positif. La prsente section fait tat d’autres tendances lies la commercialisation.

Figure 32
Enqute sur la commercialisation de la proprit intellectuelle


Activit de commercialisation 1999 2001 2003 2004 2005
Inventions divulgues 829 1,105 1,133 1,432 1,475
Inventions protges 509 682 597 629 744
Nouvelles demandes de brevets 616 932 1,252 1,264 1,427
Brevets dlivr 325 381 347 397 374
Nombre total de brevets dtenus 1,826 2,133 3,047 3,827 3,953
Nouvelles licences 218 320 422 494 577
Nombre total de licences actives 1,109 1,338 1,756 2,022 2,216
Redevances dcoulant de l’octroi de licences (M$) $18.9 $52.5 $55.5 $51.2 $55.1
Entreprises issues de la recherche 454 680 876 968 1,028
Source: Statistique Canada          

Comme en tmoigne la figure 32, les universits canadiennes cherchent de plus en plus obtenir des brevets pour protger leurs travaux. Un autre indicateur de cette tendance est le nombre de brevets amricains dlivrs des universits canadiennes. Comme l’illustre la figure 33, on a dlivr en moyenne aux universits plus de 100 brevets par anne au cours des dix dernires annes. Une tude portant sur les 1 403 brevets dlivrs des universits canadiennes au cours des dix dernires annes a rvl que dans le cas de 956 brevets (68 p. 100), un professeur subventionn par le CRSNG figurait parmi les inventeurs mentionns dans l’acte de dlivrance du brevet. Par ailleurs, au cours des dix dernires annes, les tats-Unis ont dlivr 850 brevets des entreprises en dmarrage ayant bnfici de l’appui du CRSNG. Comme le montre la figure 34, tous les brevets dcoulant de la recherche appuye par le CRSNG reprsentent de 5 p. 100 8 p. 100 de l’ensemble des brevets dlivrs chaque anne par les tats-Unis des organismes canadiens.

Dans le cadre du sondage men en 2007 par le CRSNG auprs des chercheurs, les 2 590 rpondants ont fait tat d’activit considrable en ce qui a trait aux brevets. Au cours des cinq dernires annes, 360 brevets canadiens et 723 brevets amricains ont t dlivrs des professeurs appuys par le CRSNG. Ces chiffres donnent penser que l’activit cet gard est plus intense que ne le rvle une analyse des brevets dlivrs aux universits (c’est--dire que de nombreux brevets sont dtenus par le professeur au lieu de l’universit).

Figure 33
Figure 34

Les licences constituent un autre mcanisme qui permet de transfrer les rsultats de la recherche universitaire l’industrie. Elles donnent l’entreprise qui achte ces rsultats le droit de les commercialiser. L’utilisation commerciale des rsultats technologiques viss par une licence oblige verser des redevances l’universit et, habituellement, au chercheur. Le montant des redevances constitue un autre indicateur de la valeur de la recherche universitaire. La figure 35 donne une estimation des redevances touches par les universits canadiennes. La majeure partie de ces revenus sont au moins en partie attribuables des travaux subventionns par le CRSNG et par les Instituts de recherche en sant du Canada (IRSC).La tendance la hausse des recettes a t gnralement positive au cours des dix dernires annes. On trouvera la figure 36 des exemples de licences octroyes la suite de travaux de recherche appuys par le CRSNG.

Figure 35

Figure 36
Innovations issues de la recherche appuye par le CRSNG qui ont donn lieu des licences


Quoi O Qui Comment
Technologie microrobotique pour la micro-injection automatise d’embryons de poissons zbres. L’injection trs rapide de ces embryons est importante pour discriminer les gnes en gntique et les molcules mdicamenteuses dans la dcouverte de mdicaments. University of Toronto Yu Sun Marksman Celliject Inc., de Toronto, en Ontario
Les recherches de Brett Finlay ont abouti au dveloppement d’Econiche, le premier vaccin dans le monde qui est destin rduire l’excrtion d’E. coli O157:H7 chez le btail. La plupart des souches d’E. coli sont inoffensives, mais certaines comme O157:H7 peuvent provoquer chez l’humain une maladie grave ou mme la mort en cas d’ingestion. En vaccinant le btail au moyen d’Econiche, on peut rduire grandement le risque de contamination des aliments et de l’eau par E. coli O157:H7. University of British Columbia Brett Finlay Bioniche Life Sciences Inc., de Belleville, en Ontario L’Agence canadienne d’inspection des aliments a obtenu une licence pour l’utilisation du vaccin sans restrictions par les producteurs canadiens de btail et leurs vtrinaires.
En collaboration avec Malcolm Wilson, mise au point d’une technologie d’puration qui utilise un solvant base d’amine pour capter le CO2 dans les gaz de combustion. University of Regina Paitoon Tontiwachwithikul HTC Purenergy, de Regina, en Saskatchewan
En collaboration avec le doctorant Paul Kraeutner, dveloppement du systme d’imagerie SARA-CAATI (Small Aperture Range Angle – Computed Angle-of-Arrival Transient Imaging.) Utilis bord des navires de surface, des vhicules tlcommands ou des engins sous-marins autonomes, le systme met des pulsations, reoit leurs chos, traite les donnes et produit des images couleurs en trois dimensions et haute rsolution du plancher ocanique. Simon Fraser University John Bird Marport Canada Inc., de St. John’s, Terre-Neuve
Dveloppement d’Organic Chemistry FlashwareMC, outil visuel multimdia qui aide les tudiants comprendre les ractions chimiques au niveau molculaire. Universit du Nouveau-Brunswick Ghislain Deslongchamps Thomson Nelson, de Scarborough, en Ontario

tablissement d’entreprises issues de la recherche

Tous les deux ans, le CRSNG mne une tude dtaille afin de trouver les entreprises issues de la recherche universitaire. Ces entreprises ont toutes t fondes en fonction des rsultats des travaux de recherche partiellement financs par le CRSNG. Les 154 entreprises numres la figure 37 font actuellement des affaires dans la production de biens et de services destins aux marchs canadiens et internationaux. Au total, ces entreprises emploient environ 19 000 Canadiens et gnrent plus de 3,9 milliards de dollars en ventes et en revenus par anne. Ces entreprises crent des biens et des services innovateurs, en utilisant la technologie de pointe. Elles contribuent ainsi largement l’conomie du Canada. ces 154 entreprises s’ajoutent 77 entreprises en dmarrage issues de la recherche qui pourraient offrir des perspectives de croissance.

Quelques faits sur les entreprises issues de la recherche (EIR) appuye par le CRSNG

Nbre d’EIR actives: 154

Nbre d’EIR en dmarrage: 77

Nbre d’EIR acquises: 32

Nbre total d’EIR: 263

Nbre d’employs (EIR actives): 18,922

Recettes annuelles: $3,9 milliards de dollars

En date de juillet 2008, 29 des 154 entreprises en dmarrage examines taient des socits cotes en bourse. Bien que les marchs aient connu d’importantes fluctuations au cours des dernires annes, au 11 juillet 2008, la capitalisation boursire de ces 29 socits atteignait la somme astronomique de 11,9 milliards de dollars (figure 38). Outre les avantages conomiques directs de la contribution au PIB canadien et l’emploi, les entreprises en dmarrage prsentent galement des avantages possibles long terme. On en a dj mentionn un : prs de 850 brevets amricains dlivrs des entreprises en dmarrage au cours des dix dernires annes. La croissance des grandes entreprises de R et D au pays s’est avre un autre avantage secondaire. En 2007, cinq des 100 premires entreprises de R et D canadiennes (classes par Research Infosource, 2007) taient des entreprises en dmarrage subventionnes par le CRSNG ayant des dpenses combines de R et D de 243 millions de dollars (figure 39). Ces rsultats sont importants puisque le Canada œuvre accrotre les dpenses des entreprises canadiennes en R et D.

Analyse conomique

Torben Drewes, professeur de science conomique la Trent University, a rcemment effectu une analyse conomique portant sur les entreprises en dmarrage appuyes par le CRSNG. Les points saillants de cette analyse sont prsents ci-aprs.

Il n’est pas facile de dterminer avec exactitude le rendement de l’investissement du CRSNG dans les entreprises technologiques en dmarrage. Il faut utiliser des modles structurels pour dceler l’incidence du transfert technologique, le taux de survie des entreprises et les effets sur la productivit des activits de R et D au sein de ces entreprises. Les donnes estimatives sur le rendement de l’investissement doivent tre considres simplement comme des indicateurs gnraux.

Nanmoins, ces estimations devraient donner l’assurance dans une mesure raisonnable que les investissements du CRSNG dans les nouvelles entreprises technologiques ont donn un rendement trs apprciable en stimulant l’activit conomique. Toutes les hypothses ont t poses afin de limiter le biais. Si l’on prsume que les extrants combins des 154 entreprises examines pour l’tablissement des estimations demeurent stables ou qu’ils augmentent de 10 p. 100 par anne et que l’effet d’accroissement attribu au CRSNG se situe seulement 10 p. 100, on arrive selon le cas un rendement de l’investissement de 2,6 p. 100 ou de 12,9 p. 100. Ces valeurs sont calcules en fonction des dpenses totales du CRSNG au cours des 30 dernires annes.

Force est de conclure que l’investissement massif des fonds publics pour crer une valeur conomique partir des connaissances grce la cration de jeunes entreprises gnre une valeur considrable pour les Canadiens.

Entreprises issues de la recherche appuye par le CRSNG, de 1954 2007
(Nombre d’employs au Canada en 2007)

Figure 37

Figure 38
Capitalisation boursire des entreprises issues de la recherche

Figure 38

Figure 39
Dpenses en R et D des principales entreprises issues de la recherche appuye par le CRSNG


Entreprises issues de la recherche appuye par le CRSNG Rang Dpenses en R et D (en millions de dollars)
Open Text Corporation 37 $67.1
QLT Inc. 38 $64.0
MacDonald Dettwiler & Associates 54 $44.5
DALSA Corporation 58 $41.9
Westport Innovations 74 $25.6
Source: Research Infosource, Canada’s Top 100 Corporate R&D Spenders List 2007

Introduction sur le march de produits et proceds nouveaux et amliors

Les chercheurs appuys par le CRSNG ont cr ou mis au point un grand nombre de produits et procds nouveaux dont la valeur est difficile valuer. Les rpondants au sondage men en 2007 par le CRSNG auprs des chercheurs, mentionn prcdemment, ont indiqu participer activement au dveloppement de biens ou services nouveaux (voir la figure 40). Plus de 20 p. 100 des 3 032 titulaires de subventions la dcouverte qui ont particip une valuation rcente de ce programme, le plus gros du CRSNG, ont indiqu une contribution majeure la mise au point ou l’amlioration de produits ou de procds. Les figures 41 44 donnent des exemples des nouveaux produits ou procds mis au point par des professeurs qui reoivent des fonds du CRSNG dans les secteurs de la technologie de l’information, de l’nergie, de l’environnement et de la sant, respectivement.

Figure 40

Figure 41
Information Technology Innovations Funded by NSERC


Quoi O Qui Comment
Prototype d’un nouvel aimant University of Victoria Robin Hicks Robin Hicks a mis au point le prototype d’un nouveau matriau magntique que l’on pourrait utiliser pour produire des mmoires d’ordinateur magntiques extrmement minces et des pices ultralgres pour les vhicules spatiaux.
Logiciel de composition musicale University of Western Ontario Mike Katchabaw L’quipe de Mike Katchabaw a dvelopp le logiciel AMEE (Algorithmic Music Evolution Engine), grce auquel les utilisateurs peuvent importer leurs propres crations musicales et mme contrler l’motivit contenue dans la musique. Les chercheurs continueront de perfectionner AMEE et ils prsenteront leur logiciel aux entreprises qui ont besoin de musique, par exemple, pour les tlphones mobiles ou les jeux informatiques.
Eyebox2TM Queen's University Roel Vertegaal Eyebox suit les mouvements oculaires en temps rel jusqu’ une distance de dix mtres. Les annonceurs peuvent ainsi dterminer combien de personnes regardent leur panneaux-rclames et leurs crans.
Biocapteurs sans fil Simon Fraser University Bozena Kaminska Bozena Kaminska a dvelopp des biocapteurs jetables sans fil porter sur soi aux fins de diagnostic et de surveillance. Les biocapteurs font appel des composants lectroniques multitechnologie mis au point dans le laboratoire CiBer de Mme Kaminska. Ce laboratoire travaille en collaboration avec Nokia au dveloppement d’un systme pour transmettre les donnes des tlphones mobiles qui enverront des avertissements et des messages d’urgence aux fournisseurs de soins.
Logiciel pour dmasquer les tricheurs McMaster University George Wesolowsky George Wesolowsky a dvelopp un logiciel permettant de dcouvrir qui a trich un examen. Ce programme, appel Scheck, utilise des mthodes statistiques pour dtecter les cas de tricherie dans les tests choix multiple en examinant la rpartition des rponses.
Appareil qui produit de l’nergie pendant que l’on marche Simon Fraser University Max Donelan L’quipe de Max Donelan a cr un appareil qui produit assez d’nergie pour alimenter dix tlphones mobiles ou quelques petits ordinateurs – pendant que l’on marche.
Premire excution d’un calcul quantique University of Toronto Daniel James Daniel James faisait partie de l’quipe internationale qui a effectu le premier calcul quantique. Il s’agit d’une tape majeure vers la construction des premiers ordinateurs quantiques.

Figure 42
Innovations dans le domaine des technologies nergtiques issues de la recherche appuye par le CRSNG


Quoi O Qui Comment
Chauffe-eau solaires Queen's University Stephen Harrison Stephen Harrison a dvelopp un panneau solaire muni d’un mcanisme qui empche la surchauffe. Il a aussi cr un systme thermique passif contre-courant. Ces deux inventions font partie d’un systme vendu en Amrique du Nord par EnerWorks.
Pile solaire amliore Universit du Qubec Montral Benot Marsan La nouvelle pile solaire, qui est flexible, transparente et trs polyvalente, a un cot de production peu lev. Il ne s’agit pas d’une ide nouvelle, mais le procd et les matriaux utiliss sont novateurs. L’quipe de Benot Marsan espre lancer la pile sur le march d’ici trois ans – pour l’utiliser non seulement dans les btiments, mais aussi dans les voitures et peut-tre mme sur les vtements.
Perce dans le domaine des supraconducteurs Universit de Sherbrooke et University of British Columbia Louis Taillefer, Nicolas Doiron-Leyraud et Douglas Bonn En utilisant uniquement des cristaux purs, l’quipe de recherche a dtect une signature imprcise des lectrons dans un supraconducteur haute temprature. Les trains sustentation magntique reprsentent l’une des applications les plus prometteuses de cette dcouverte. La force de puissants aimants suspend le train au-dessus des rails, liminant ainsi la friction attribuable aux pices mobiles.
Stockage sr de l’hydrogne University of Windsor David Antonelli David Antonelli a dcouvert que l’utilisation de silice (compos prsent dans le verre) et d’oxyde de titane aide stocker en toute sret une grande quantit d’hydrogne.
Dcouverte d’un nouveau supraconducteur Universit de Montral Andrea Bianchi Andrea Bianchi dirigeait l’quipe qui a dcouvert le nouveau supraconducteur – fait de cobalt, d’indium et de terre rare, qui laisse l’lectricit circuler librement, sans perte d’nergie, lorsqu’on abaisse sa temprature quelques degrs au-dessus du zro absolu.
Nouvelle faon d’emprisonner les gaz dans des rservoirs de taille molculaire University of Calgary George Shimizu l’heure actuelle, le stockage des gaz peut prsenter des risques pour la scurit, car on doit les conserver une pression trs leve. L’quipe de recherche a dvelopp une structure cristalline qui permet de stocker les molcules de gaz pendant une priode indfinie sans les mettre en pression. Le systme, qui utilise des nanovalves molculaires , prsente un avantage supplmentaire, car il facilite la libration des gaz.

Figure 43
Innovations dans le domaine de l’environnement issues de la recherche appuye par le CRSNG


Quoi O Qui Comment
Radar dtectant le vent University of Western Ontario Wayne Hocking Wayne Hocking dirige une quipe de recherche Ontario-Qubec qui utilise un radar spcialis qui dtecte la vitesse et la direction du vent. Les premiers rsultats de l’quipe ont mis en vidence de grands courants d’ozone qui s’chappent de la stratosphre pour se rendre pratiquement au niveau du sol, o ils se transforment en smog.
Effet nocif d’un produit chimique courant sur les poissons Mount Allison University Suzanne Currie Suzanne Currie a constat que le 4-nonylphnol (4-NP) perturbe l’odorat des poissons, ce qui les pousse s’viter au lieu de se rassembler en bancs. On trouve ce produit chimique dans les dtergents industriels, les produits d’puration des eaux uses et les pesticides agricoles.
Nouvelle technique pour mesurer les gaz effet de serre Carleton University Matthew Johnson La technique brevete mise au point par Matthew Johnson utilise des modles mathmatiques et des instruments pour mesurer les fuites de mthane dans les pipelines et les torches des puits de ptrole. L’quipe a dcouvert que les missions des torches et des vents avaient t rduites de 42 p. 100 entre 2002 et 2005.
Mthode de dcontamination verte pour les armes chimiques et les pesticides Queen's University Stan Brown L’quipe de Stan Brown a trouv une nouvelle mthode pour dtruire rapidement et en toute sret les agents toxiques tels que les armes chimiques et les pesticides.
Nouvelles donnes montrant que les mdicaments se retrouvent dans l’eau de boisson University of Waterloo Mark Servos L’quipe de Mark Servos a trouv des analgsiques comme l’ibuprofne, des hypocholestrolmiants et l’agent antibactrien courant triclosan dans l’eau de boisson traite provenant de 15 usines de traitement de la rgion de Burlington, en Ontario. Il s’agit de volumes ngligeables, mais les chercheurs ne connaissent pas les effets d’une exposition de longue dure sur la sant humaine, mme en petite quantit.

Figure 44
Innovations dans le domaine de la sant issues de la recherche appuye par le CRSNG


Quoi O Qui Comment
Appareil auditif nouveau ou amlior McMaster University Suzanna Becker and Ian Bruce Les deux chercheurs ont invent le NeuroCompensator, puce qui montre aux appareils auditifs entendre des sons que les parties endommages de l’oreille ne peuvent saisir. Cette technologie brevete a suscit l’intrt de Cayce Medical.
Crible nanomtrique de conception amliore University of Alberta Jed Harrison En collaboration avec le doctorant Yong Zeng, Jed Harrison a amlior un ancien modle de crible molculaire. Les nouveaux cribles, dont le cot de fabrication est beaucoup moins lev, peuvent tre rutiliss dix fois. Ils pourraient avoir des applications en recherche biomdicale – en permettant aux chercheurs de sparer les virus des chantillons de fluide ou de tissus.
Nouvel appareil pour dtecter la tremblante University of Guelph Gordon Hayward et Warren Stiver Les chercheurs ont cr un nouvel appareil permettant de reprer les prions, la source de la tremblante, maladie dgnrative mortelle qui s’attaque au systme nerveux du mouton. D’aprs eux, l’instrument pourrait aussi dtecter d’autres maladies dgnratives de la mme famille, par exemple, l’encphalopathie spongiforme bovine ainsi que la maladie de Creutzfeldt-Jakob chez l’humain.
Technique de diagnostic de l’asthme chez les enfants Dalhousie University Geoffrey Maksym Geoffrey Maksym a mis au point une technique de diagnostic de l’asthme trs sensible et fiable qui mesure le spasme dans le muscle lisse tapissant les voies ariennes.
Microscope laser amlior permettant de mieux observer les cellules Queen's University Albert Stolow and Adrian Pegoraro Les chercheurs ont dvelopp une technique faisant appel un laser et un microscope pour examiner des parties de cellules sans utiliser les teintures traditionnelles qui peuvent tre toxiques et modifier l’environnement cellulaire.
Appuie-bras qui rduit les microtraumatismes rpts University of Guelph Michele Oliver L’appuie-bras rduit les activits musculaires dans le cou, ce qui aide prvenir les microtraumatismes rpts. Cet appareil conu l’origine pour les oprateurs de machinerie peut tre utilis sur n’importe quel fauteuil.
Playbot, fauteuil roulant robotique pour les enfants Universit York John Tsotsos John Tsotsos a cr un fauteuil roulant robotique pour enfants. Il s’agit d’un fauteuil motoris muni d’un bras robotique, d’une camra et d’un panneau de communication.

2.3.2 Appuyer la commercialisation

On prsente ci-dessous un aperu de l’activit de programme  Appuyer la commercialisation .:


Description Rsultats prvus
Cette activit de programme appuie l’innovation et fait la promotion du transfert des connaissances et de la technologie vers des entreprises canadiennes par l’entremise de l’appui aux activits de transfert de technologie d’universits canadiennes. Le transfert des connaissances et de la technologie qui rsident dans les universits, les collges et les hpitaux du Canada est facilit.
Ressources (2007-2008) Clients appuys (2007-2008)
Dpenses prvues $15.2M Professeurs 105
Dpenses relles $10.7M tudiants de 1er cycle 28
Ressources humaines prvues 6 tudiants la matrise ou au doctorat 42
Ressources humaines relles 12 Stagiaires postdoctoraux 15

Les principaux programmes se rattachant cette activit de programme sont les suivants.

  • Programme de mobilisation de la proprit intellectuelle (MPI) (3,6 M$): tabli par le CRSNG en 1995, ce programme est maintenant financ par le CRSNG, le CRSH et les IRSC. Le programme a pour objectif d’acclrer le transfert des connaissances et de la technologie que dtiennent les universits et les hpitaux canadiens en vue d’en faire bnficier le Canada. Le Programme de MPI appuie financirement, en partenariat avec les universits et les hpitaux, des activits lies la gestion et au transfert de la proprit intellectuelle issue de la recherche finance par les fonds publics et mene dans les universits.
  • Programme De l’ide l’innovation (INNOV) (5,5 M$): Le programme De l’ide l’innovation (INNOV) a pour objectif d’acclrer le dveloppement prconcurrentiel des technologies prometteuses et de promouvoir leur transfert vers des entreprises canadiennes. Le programme appuie des projets de R et D, dont le potentiel sur le plan du transfert de technologie est reconnu, en offrant une aide essentielle aux chercheurs universitaires aux premiers stades de la validation de la technologie et de la cration de liens d’affaires.

Le financement du Programme d’innovation dans les collges et la communaut (0,3 million de dollars) et des frais d’administration des programmes susmentionns quivaut peu prs aux dpenses au titre de cette activit de programme.

Comme l’illustre la figure 32, les bureaux de transfert de technologie des universits doivent traiter un nombre toujours croissant de dossiers de proprit intellectuelle.

En 2007 2008, on a ralis une valuation du Programme de MPI; les principales conclusions sont prsentes ci-aprs.

  • Le Programme de MPI a aid les tablissements perfectionner les comptences du personnel universitaire en offrant des fonds aux fins d’initiatives de perfectionnement professionnel. L’initiative la plus importante a t celle des programmes de stages rgionaux, qui prsentent diffrents avantages : une mthode relativement normalise pour perfectionner les stagiaires afin d’en faire des professionnels du transfert de technologie, un mcanisme efficace pour attirer des candidats qualifis, et une faon de rduire les risques d’embauche en leur permettant d’valuer le potentiel des candidats sur plusieurs mois faible cot, sans avoir l’obligation de les embaucher.
  • Les donnes recueillies par l’valuation, associes aux donnes de Statistique Canada (figure 32), confirment que le rythme auquel la technologie est transfre des universits et des hpitaux a augment considrablement au cours des dix dernires annes.

Le programme De l’ide l’innovation, actif depuis 2003, reoit chaque anne de 80 120 propositions de phase I, comparativement 6 12 de phase II.

Dans le cadre de la gestion du programme, le CRSNG reoit chaque anne des rapports sur l’avancement des projets. Une tude de suivi rcemment mene par les employs de l’organisme l’gard des propositions de phase I finances a aid comprendre les problmes qui expliquent le faible nombre de projets de phase II. Cette tude portant sur 74 subventions a mis en vidence les faits suivants:

  • 19 p. 100 des projets de phase I passent la phase II;
  • 15 p. 100 des projets de phase I n’ont pas permis de faire la preuve de la faisabilit de la technologie;
  • pour 8 p. 100 des subventions, la technologie a t transfre sans qu’un financement supplmentaire ne soit ncessaire;
  • 30 p. 100 des quipes travaillent avec le partenaire pour assurer le transfert de technologie;
  • dans 26 p. 100 des projets, les chercheurs taient la recherche d’un partenaire.


Section 3 – Renseignements supplmentaires

3.1 Liens ministriels avec les rsultats du gouvernement du Canada

Les investissements du CRSNG contribuent grandement nombre de rsultats stratgiques du gouvernement du Canada. Tous les rsultats financs par le CRSNG prsents la section 2 sont relis au rsultat suivant du gouvernement du Canada : une conomie axe sur l’innovation et le savoir. tant donn que la recherche et la formation finances par le CRSNG ont des retombes conomiques et sociales de grande envergure dans pratiquement tous les secteurs, plusieurs rsultats long terme du CRSNG se rattachent aussi directement d’autres rsultats importants du gouvernement du Canada, tels une forte croissance conomique, la scurit du revenu et l’emploi pour les Canadiens, un environnement propre et sain, des Canadiens en sant ayant accs des soins de sant de qualit et des communauts scuritaires et scurises, il serait extrmement compliqu d’laborer des mesures du rendement et une mthode de rpartition entre tous ces rsultats. Pour simplifier les choses, en ce qui a trait au CRSNG, nous avons retenu le dveloppement d’une conomie axe sur l’innovation et le savoir , qui est de loin le rsultat le plus pertinent.

Le tableau 1 prsente les dpenses de 2007 2008 par rsultat stratgique et activit de programme.

Tableau 1

3.2 Tableaux financiers

On trouvera ci-aprs un aperu de l’information financire du CRSNG pour l’exercice 2007-2008. En outre, les tableaux 2 4 prsentent l’information financire requise pour le Rapport ministriel sur le rendement du CRSNG, et on trouvera l’annexe A les tats financiers vrifis du CRSNG.

Le tableau 2 prsente une comparaison entre le budget principal des dpenses, les dpenses prvues, le total des autorisations et les dpenses relles pour le dernier exercice coul, ainsi que des chiffres historiques sur les dpenses relles. Les dpenses prvues sont tablies dans le Rapport sur les plans et les priorits, qui a t achev en mars 2007. Les dpenses relles du CRSNG se chiffraient 112,7 millions de dollars au-dessus des niveaux prvus. L’cart est principalement attribuable l’augmentation du budet de 37 millions de dollars et la cration d’un programme, soit le Programme des centres d’excellence en commercialisation et en recherche (57,2 millions de dollars).

Tableau 2

Le tableau 3 prsente des renseignements sur les postes vots et lgislatifs, et le tableau 4, les donnes financires sur les programmes de paiements de transfert.

Tableau 3
Tableau 4

Annexe A – tats financiers vrifis

Pour l’exercice termin le 31 mars 2008

tat 1
tat 2
tat 3
tat 4
tat 5
tat 6
tat 7
tat 8
tat 9
tat 10
tat 11
tat 12
tat 13
tat 14
tat 15
tat 16
tat 17